SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

Contactez Elodie Jauneau et Jérôme Rittling copie

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

tarifs

Compte administratif de Yerres: une gestion toujours plus inégalitaire et fiscalement écrasante

Yerres compte administratifLors du dernier conseil municipal, le point n°18 à l’ordre du jour portait sur l’approbation du compte administratif de 2015.
Retrouvez ci-dessous le texte de mon intervention.

Nous souhaitons faire quelques remarques sur le Compte Administratif 2015.

Prenons en premier lieu les informations financières et les ratios, et comparons-les avec le Budget Supplémentaire 2016 et la moyenne de strate (2014).

L’encours de la dette par rapport aux recettes réelles de fonctionnement est de 0,63%, soit bien en deçà de celui indiqué dans le Budget Supplémentaire 2016 qui est à 0.73%.
Par conséquent, deux hypothèses s’offrent à nous :
Soit vous augmentez l’endettement de notre commune alors même que votre plan de communication exprime l’inverse, soit vous tablez sur une forte baisse des recettes, ce qui est contraire à l’augmentation que vous avez votée.

Deuxième point, l’encours de dette par habitant est de 913,17€ par habitant, là où la moyenne de la strate est à 1100€.

Cet indicateur ne varie pourtant pas dans votre Budget Supplémentaire 2016, alors que, dès 2015, vous avez perçu davantage (que ce que vous n’escomptiez) de recettes grâce aux impositions, et qu’aujourd’hui, en 2016, grâce aux hausses des taux, nous pourrions diminuer l’endettement par habitant de manière plus rapide.

Troisième point, les produits des impositions directes par rapport à la population est de 783,57€. Ce taux est très nettement supérieur aux autres communes de même taille. Les Yerrois-es sont donc encore et toujours surtaxé-e-s par rapport à leurs voisins.

Un autre élément important à prendre en compte est la baisse de la population yerroise

Car, comme tout le monde le sait, plus nous sommes nombreux, plus la dette est répartie (sans pour autant augmenter proportionnellement les dépenses).
A Yerres, la population a baissé de 143 habitants entre le Budget Primitif 2015 et le Compte Administratif 2015.
Espérons que ce ne soit qu’un épiphénomène, sinon nous sommes en droit de craindre une nouvelle hausse d’impôts juste après la prochaine échéance électorale comme ce fut le cas en 2014.

Par ailleurs, nous contestons la sincérité de ce budget dès lors que le chapitre dédié aux impôts locaux est excédentaire de plus de 269 000€ par rapport au Budget Primitif 2015, et ce, sans prendre en compte les hausses d’impôts (4%) que vous avez votées en 2015, pour une application dès 2016.
Pourtant, dans le Budget Supplémentaire 2016, vous minimisez les futures recettes de ces impôts

Dernier point et non des moindres : les dotations

Vous n’avez pas cessé de mettre en avant que la baisse de la DGF vous a obligé à augmenter les impôts, tout comme la réforme des rythmes scolaires. Cependant, votre discours ne va pas avec la réalité des chiffres du Compte Administratif 2015.

Maintenir une pression fiscale importante sur les Yerrois-es vous permet de bénéficier d’une La dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale (DSU) plus importante, que vous avez minimisée alors que vous avez reçu le double (+158 000€).

Par conséquent, la compensation de l’Etat sur les exonérations de taxe d’habitation démontre qu’une partie grandissante des Yerrois-es s’en trouve donc exempte, laissant reposer l’effort fiscal sur une partie de la population dite de la « classe moyenne ».

Votre vision de la gestion des comptes municipaux, basée sur une forte imposition, abusant du recours à l’emprunt, étouffant la population yerroise sous une pression fiscale des plus importantes, n’est nullement partagée par l’opposition de gauche que nous représentons.

Jérôme Rittling

A quand une politique culturelle accessible à tous-tes ?

audience-868074_1280Tribune parue dans le Journal des Yerrois de Juin 2016

Depuis des années maintenant, nous sommes toujours dans l’attente d’une politique municipale qui rendrait la culture accessible à tous-tes.

Par sa programmation et ses tarifs, Yerres est une ville qui empêche bon nombre de jeunes (enfants, adolescent-e-s, adultes) les plus modestes d’accéder à la culture.

Quant à la création artistique, elle est bien peu représentative de la richesse de nos jeunes talents, pourtant fort nombreux sur notre territoire.

Nous avons maintes fois abordé cette question en conseil municipal. En vain.

Une seule de nos propositions semble avoir retenu l’attention de la majorité (CM du 14/12/15) : celle de faire de la Fête de la Ville une véritable Fête de la Musique comme la célèbrent nombre de communes à cette date. Nous avons suggéré que des scènes ouvertes et libres soient mises à la disposition de nos jeunes talents dépourvus de lieux pour se produire.

Nous avons aussi proposé que les artistes qui se produisent à la Fête de la Ville soient différents chaque année afin de laisser la place à de nouveaux talents issus de notre territoire.

Nous nourrissions aussi l’espoir que nos artistes locaux investissent les quartiers à cette occasion, comme le veut la tradition de la Fête de la Musique. Ainsi, tous nos quartiers pourraient être en fête : le Rond-Point Pasteur, les Arcades, les Rives de l’Yerres… etc. Cela permettrait également à tous les commerçant-e-s de fêter la musique, tout en fêtant la ville… Mais pas seulement dans le centre.

Par ailleurs, Yerres fait hélas partie des villes qui ne disposent d’aucun espace culturel dédié aux jeunes et aux plus modestes. Une seule place de spectacle au CEC coûte le même prix que plusieurs au Café Cultures de Draveil, au Plan de Ris-Orangis, au Rack’am de Brétigny-sur-Orge, à l’Agora d’Evry…etc.

Hélas, à quelques jours de la Fête de la Ville, il semble que celle-ci ne sera pas placée sous le signe de la nouveauté et de la jeunesse.

Elodie Jauneau

Yerres, tour opérateur pour Yerrois aisés

Yerres voyagesComme tous les Yerrois de plus de 55 ans, je reçois chaque année, en février, un courrier de M. Dupont-Aignan qui débute par ces mots :

« De nouveau, cette année, pour répondre aux souhaits des Yerrois de plus de 55 ans, j’ai demandé à deux agences de vous présenter des voyages et ai le plaisir de vous proposer les destinations suivantes « .

D’abord je m’étonne. Je ne me souviens pas avoir sollicité M. Dupont-Aignan pour me proposer des voyages. Je sais faire tout seul. Et puis, je doute que d’autres Yerrois de plus de 55 ans manifestent ce souhait chaque année. Mais bon… je poursuis.

Deux voyages sont proposés, chacun d’entre eux pour 40 participants.

« La Crête, une semaine pour 1 360 € » et « Le Portugal, une semaine pour 1 395 € « .

Je continue de m’étonner car les prix proposés n’ont rien de compétitif. Ils sont même assez chers. D’autant plus que ces voyages ont lieu hors saison, en septembre et en octobre. Mais peut-être est-ce plus cher car cela permet aux Yerrois aisés qui répondront favorablement à cette proposition, de rester entre eux ? En tout cas, ce courrier pose plusieurs questions.

La ville a-t-elle vocation à se substituer aux agences de voyages alors même que les prix proposés n’ont rien d’intéressant ? Quelle est sa valeur ajoutée sinon à faire du « buzz » en donnant l’impression qu’elle s’occupe des personnes âgées ? Quelles ressources au sein du service des Relations Publiques de la mairie sont mobilisées pour accompagner cette prestation, répondre à d’éventuelles questions de Yerrois, faire le lien avec les agences de voyages ?

Franchement…  la ville n’a rien d’autre à faire de plus utile ?

En fait, la seule raison pertinente qui pourrait expliquer cette démarche serait que M. Dupont-Aignan projette d’abandonner ses mandats pour monter une agence de voyages. Si c’est cela, je suis naturellement prêt à l’aider dans sa reconversion. Quitte à m’inscrire aux voyages proposés.

Alain Bétant

L’arnaque du siècle : la politique tarifaire scolaire à Yerres

Yerres arnaque du siècleSi Nicolas Dupont-Aignan titre l’un de ses livres « l’arnaque du siècle » s’agissant du passage à l’euro, elle l’est aussi dans le domaine de la politique tarifaire qu’il pratique depuis la rentrée scolaire.

En effet, le coût des repas, (toujours aussi infectes, même aux dires des animateurs des centres de loisirs) et des activités pré-post et péri scolaires a augmenté.

Le mercredi matin, pourtant pris en charge par l’Etat pour financer la présence des enseignants et les heures d’école n’a pas fait baisser le coût de prise en charge des mercredis par les familles qui travaillent : en effet, le Maire continue de demander aux familles la même participation financière que les autres années précédant la réforme, alors que les enfants ne passent plus qu’une demie journée au centre de loisirs au lieu d’une journée entière. Inadmissible!

Enfin, le Maire a encore augmenté le coût de la majoration en cas d’oubli d’inscription des enfants sur le site internet de la ville. Elle est désormais de 30% alors que l’an passé, cette majoration n’était que de 10% !!!

Au regard de toutes ces augmentations injustes et scandaleuses, on pourrait espérer une justification tacite dans l’amélioration des services publics proposés à Yerres. Mais rien!!! rien en matière d’éducation, d’environnement, d’enfance, de jeunesse. Nicolas Dupont-Aignan se contente de maintenir en l’état ce qui existe à peine, et c’est à proprement parler fatiguant, désespérant et révoltant.

C’est vous, monsieur le Maire, qui, par des jeux d’augmentation tarifaires plombez notre pouvoir d’achat!!!. Ne reprochez pas à l’euro d’agir de la même manière que celle que vous pratiquez sans vergogne sur le portefeuille de vos administrés.

Commencez par balayer devant votre porte, avant de publier vos œuvres grotesques et « hypocritiques »!!!

Vox de Gauche

A Yerres, la culture se limite à celle des fleurs

Culture YerresHier, je suis allé, en famille, voir un spectacle pour enfants à Valenton (13 000 habitants à 5 kms de Yerres). En arrivant à l’entrée du centre culturel, alors que je sortais mon portefeuille, une personne me dit à l’accueil :

« C’est gratuit ici, Monsieur. A Valenton, de très nombreux spectacles sont gratuits, ainsi d’ailleurs que bon nombre d’activités culturelles ».

De retour chez moi je suis allé sur le site de Valenton et ai pu lire ceci, en exergue aux nombreux évènements culturels organisés par la ville :

« La politique culturelle de la Ville vise à faciliter l’accès du plus grand nombre à l’offre culturelle, elle participe à la conservation de la mémoire collective, favorise les actions d’éducation et de sensibilisation à toutes les disciplines artistiques ».

Bref, Valenton a une véritable politique culturelle, une vision, une stratégie, des objectifs qui mettent en œuvre le plus grand nombre de disciplines culturelles possibles, pour tous les Valentonnais.

Que pouvons-nous lire sur le site de Yerres (30 000 habitants) ?

« À chaque nouvelle saison culturelle son lot de nouveautés, d’émotions… La culture se développe autour de deux axes : le spectacle vivant et les expositions ».

Traduisez : la culture se développe autour de spectacles chers, achetés sur catalogue, sans aucune création, destinés quasiment exclusivement aux adultes et notamment au 3ème âge et aux 2 expositions annuelles organisées à Caillebotte.

Comme politique culturelle, il y a mieux !

Il faut dire que la Culture a toujours été le cadet des soucis de M. Dupont-Aignan. La meilleure preuve en est que sur l’organigramme des élus il faut aller à la 14ème place pour trouver une conseillère municipale « déléguée à la Culture ». Cette bizarrerie date de l’époque, il y a une bonne dizaine d’années, où l’adjoint à la Culture de M. Dupont-Aignan avait démissionné quand il avait compris que sans moyen et sous la censure permanente de son chef, il lui était impossible de mettre en œuvre une politique culturelle digne de ce nom. Cela n’a pas changé. Aujourd’hui, à Valenton, ville de gauche dirigée par le PC, l’élue en charge de la Culture est la 4ème adjointe.

Mais bon.. à Yerres, contrairement à Valenton, la flotte automobile est une compétence d’un adjoint et non d’un conseiller. A chacun ses priorités !

Alain Bétant

Lettre ouverte d’une Yerroise en colère

cantines scolaires YerresRetrouvez ci-dessous la lettre qu’une Yerroise, mère de deux enfants, a adressée à la Mairie à deux reprises, et qui est, encore à ce jour, restée sans réponse.

Madame l’adjointe au Maire,

N’ayant toujours pas de réponse de votre part après l’envoi de deux messages, je vous écris à nouveau, car les parents qui m’interrogent sur la réponse que vous avez apportée sur les questions ci-dessous ne comprennent pas votre silence. Je souhaite attirer votre attention sur quelques points faisant l’objet d’interrogations personnelles et largement partagées par d’autres parents d’élèves.

1 -Dans le menu du mois de juin (constats similaires pour les mois précédents), je souhaiterais savoir pour quelle(s) raison(s), 14 repas ne comportent pas d’entrée.

2- Au regard de cette information, je souhaiterais savoir aussi pour quelles raisons le coût d’un repas est similaire qu’il y ait une entrée ou non. Auriez-vous la gentillesse de bien vouloir m’éclairer sur le mode de calcul du cout d’un repas? (Charges fixes, variables…)

3 – Lors de la fête de la ville 2014, je me suis entretenue près de 10 minutes avec monsieur le Maire qui s’est engagé à améliorer la qualité des repas. Non seulement la qualité ne change pas , mais la quantité diminue alors que le tarif augmente. Ceci n’était pas annoncé dans le programme de la campagne municipale de monsieur le Maire. Merci de me dire ce qui est concrètement envisagé et quand, car rien n’a changé à ce jour. Mes enfants ne dissocient même pas ce qu’ils mangent car les plats réchauffés sont essentiellement constitués de sauces immondes et bien pratiques sans doute, pour masquer la piètre qualité des produits et matières premières qui y sont servis.

4- Enfin, merci de me dire, lorsqu’il s’agit d’éveiller les enfants aux goûts, pourquoi du colin peut certains mois leur être servi 4 vendredi sur 5!!

Dans l’attente d’une réponse de votre part et avec mes remerciements,

Cordialement,

Anne-Laure Fonbaustier

Faire payer les Yerrois : la solution de facilité de Nicolas Dupont-Aignan

yerres budgetTribune parue dans le Journal des Yerrois de juin 2015.

Le mois dernier, nous contestions vigoureusement les choix budgétaires de Monsieur le Maire pour les années à venir : augmentation des tarifs périscolaires, augmentation des tarifs du cinéma et des Musicales de Caillebotte, gel des primes des assistantes maternelles, augmentation du nombre de caméras de vidéo-surveillance, déploiement de la brigade équestre (un gouffre financier pour notre commune), mais surtout : l’augmentation des impôts locaux.

Alors qu’il nous promettait en 2014 que les Yerrois n’auraient plus à subir la moindre augmentation fiscale (rappelons que notre ville figure parmi les plus imposées de France) et qu’il allait réviser la grille des quotients familiaux (nous sommes toujours dans l’attente), une fois de plus M. Dupont-Aignan renie ses promesses de campagne et repousse aux calendes grecques les vraies réformes de justice sociale.

Arguer que ces hausses tarifaires et les sacrifices demandés aux agents – parmi les plus modestes – sont les conséquences directes de la baisse des dotations aux collectivités et du coût de la réforme des rythmes scolaires, est trop facile.

Trop facile parce que cette baisse des dotations aurait pu être anticipée dès 2009. Trop facile parce que si la Municipalité avait honoré sa part du contrat dans la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, elle aurait pu bénéficier, comme toutes les communes françaises qui ont appliqué la réforme, du fonds d’amorçage de l’Etat.

Faire payer aux Yerrois les errements et les lubies politiques de Nicolas Dupont-Aignan est décidément trop facile.

S’acharner à faire des dépenses de prestige inutiles alors que tant d’autres postes budgétaires tournés vers le bien-être des Yerrois sont délaissés en dit long sur les priorités de la Majorité.

Elodie Jauneau

Mairie de Yerres : quand l’hôpital se fout de la charité.

collVous trouverez ci-après la réponse que Nicolas Dupont-Aignan a envoyée à tous les parents des enfants inscrits dans les écoles yerroises, en réponse à un tract des associations de parents d’élèves diffusé à la sortie des écoles.

Pour cette réponse, Nicolas Dupont-Aignan mérite le podium : une telle maitrise de la rhétorique et de la communication vaut son pesant d’or. Sa réponse pourrait s’intituler ainsi : « de l’art d’endormir les foules pour déformer la réalité ».

« les ATSEM et les agents d’entretien font le ménage tous les jours dans les écoles maternelles« 

… nous dit-il. C’est faux : lors de notre rendez-vous avec la maitresse de notre fille à Brossolette, mercredi 20 mars à 8h15, l’état de la classe était pitoyable. Sur le sol, les moutons de poussières rivalisaient avec les papiers. De plus si les ATSEM ont pour tâche de faire le ménage, cette seule réalité serait scandaleuse. Lorsque l’on se reporte à la fiche de poste officielle de l’éducation nationale concernant les missions des ATSEM, le ménage n’est pas mentionné! Les ATSEM des écoles font un travail remarquable, mais chacun son métier. Je n’ai à ce jour jamais croisé ce personnel tirant le chariot ad-hoc pour nettoyer les lieux.

Autre point de réponse :

« 30% de majoration pour les parents qui réservent les activités à moins de 72h pour évier le gaspillage »

… précise Nicolas Dupont-Aignan. Alors, là, ça dépasse l’entendement. Le Maire prend les parents d’élèves pour des imbéciles et en voici la démonstration logique et mathématique : en quoi cette augmentation lutte-t-elle vraiment contre le gaspillage? La mairie est sensée s’assurer des bonnes quantités de repas servis au regard du nombre d’inscrits. Hors, si un parent est majoré, s’est qu’il n’a pas inscrit son enfant assez tôt. Le risque pour la mairie n’est donc pas d’avoir trop de repas, mais pas assez!!!!! En quoi réduit-il le gaspillage, lorsqu’il majore les retards de 30%? Il majore de 30% pour faire rentrer plus d’argent dans les caisses de la mairie : sorte d’impôt indirect… en somme. A cela, bien sûr, il convient d’ajouter l’argent que gagne la mairie sur les 18 repas par mois qui ne contiennent pas d’entrée et qui sont pourtant facturés au même tarif que les 8 autres qui en propose une aux enfants (le menu du mois de mars est élogieux!).

« L’état verse 50 euros par enfant et la réforme coute 200 euros par enfant »

Merci au Maire de nous détailler ses calculs, car ce ne sont certainement la pléthore d’activités proposées qui permet d’atteindre un tel coût individuel. Il est si facile d’asséner des chiffres qui sortent d’un chapeau. Pourquoi omettre de noue ne détailler le calcul?

Et enfin, sorte de clou du spectacle :

« La Commission mensuelle des Menus, composée de parents et d’enfants, n’a émis aucune observation négative et a même récemment noté une amélioration des repas ».

Cette affirmation est à vomir. Qu’il écoute nos enfants et qu’il aille y manger dans ses cantines. Que dire à un enfant à qui on a appris à manger lorsqu’il vous affirme qu’il ne distingue pas la viande du poisson? Le contenu des poubelles devrait être photographié…Le gaspillage donne la nausée. Enfin, comment des parents d’une commission peuvent ils être à même de juger de la qualité des menus? Mangent-ils à la cantine tous les jours? Si oui, au même titre que nos enfants et les enseignants, ce sont des héros.

Réponse de Nicolas Dupont-Aignan au tract des parents d’élèves:

 CE QUE DIT LE TRACT  LA REALITE
1h45 : c’est le temps moyen que nos enfants passent dehors, depuis la réforme

 

C’est la conséquence concrète de la réforme des rythmes scolaires imposée par le Gouvernement.

Pour l’atténuer, la Municipalité s’attache à mettre en place dans chaque école des activités de loisirs gérées par des animateurs.

 

Le ménage est fait 2 fois par semaine dans les écoles maternelles

Les ATSEM et les Agents d’Entretien font le ménage tous les jours dans les écoles maternelles.

Dans les écoles élémentaires, les sanitaires sont nettoyés deux fois par jour, les parties communes tous les jours et les classes deux fois par semaine.

30% de majoration pour les parents qui réservent les activités à moins de 72h Les parents peuvent réserver sans majoration jusqu’à 48h avant.

Cette mesure a été mise en place pour lutter contre les gaspillages. Elle existe dans la plupart des villes qui demandent des engagements au mois ou à l’année.

 

Facturation 16h – 16h30

Cette facturation à la ½ heure a été mise en place précisément pour ne pas pénaliser les parents qui peuvent venir chercher leur enfant avant 16h30 et leur éviter ainsi de payer la totalité de la soirée.
 

Réforme = Subvention

L’Etat verse effectivement 50€ par enfant, mais le coût réel de la réforme est de 200€ par enfant !
Cantine : hausse des tarifs de 3% La réforme des rythmes scolaires imposée par le Gouvernement coûte 500.000€ à la Ville.

La hausse des tarifs ne couvre que 10% (50.000€) du coût de la réforme qui est supporté par le budget de la ville, et donc par des économies dans d’autres secteurs.

 

La qualité de la cantine en baisse

La Commission mensuelle des Menus, composée de parents et d’enfants, n’a émis aucune observation négative et a même récemment noté une amélioration des repas
La sécurité de nos enfants doit être une priorité pour la municipalité C’est bien sûr le cas, tous les animateurs sont diplômés
Une séance d’étude par mois = forfait appliqué C’est le principe d’un forfait. Plus on consomme de séances, plus le coût de la séance est bas…

Par ailleurs, il semblerait que certaines personnes diffusent des informations sans fondement faisant état :

  • de la fusion entre les écoles maternelles Saint Hubert et Mare-Armée,
  • de la fermeture de l’école maternelle Grande-Prairie, en faveur de la maternelle des Tournelles,
  • de la fermeture de l’école maternelle des Jardins de Concy, en faveur de la maternelle des Grands Godeaux, afin de récupérer des locaux pour la création d’un centre de loisirs.

Je souhaite vous rassurer à propos de ces fausses rumeurs ; aucune fermeture d’école n’est envisagée par la Municipalité. Cependant, si la baisse des effectifs sur Saint Hubert se poursuit, il sera de notre responsabilité de modifier les limites des secteurs scolaires pour permettre le maintien de cette école.

Sachez que je trouve déplorable que de telles allégations puissent se propager dans le seul but de nuire à la Municipalité.

D’une manière générale, les parents qui font circuler ces tracts, sont justement ceux qui défendaient à 100% la réforme des rythmes scolaires imposée par le Gouvernement et qui nous critiquaient lorsque nous refusions de les appliquer.

Dans l’espoir que ces précisions lèveront toute ambiguïté ou doute, je vous prie de croire, Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Parents, en l’assurance de mes sentiments distingués et dévoués.

Anne-Laure Fonbaustier

A Yerres, on résout les problèmes par l’argent… Encore et toujours.

finances yerresLors du dernier Conseil Municipal, le point n°7 à l’ordre du jour portait – encore une fois – sur une nouvelle révision des tarifs périscolaires. Il s’agit de faire passer de 10 à 30% la majoration des inscriptions hors-délais.

Nous avons voté contre cette révision qui pénalise injustement  des familles.

Tout d’abord, les tarifs étant déjà extrêmement élevés et les grilles de quotients familiaux qui les fixent étant particulièrement injustes, nous nous opposons à toute autre forme d’augmentation tarifaire.

Selon la Majorité, il semble que seulement 20 % des familles ne soient pas sensibles à cette majoration et aient plusieurs fois affirmé aux services référents que cette majoration n’était pas dissuasive et que cela ne leur posait aucun problème de la payer.

Nous émettons donc de sérieux doutes sur l’efficacité d’une augmentation de la majoration, d’autant plus que, pour une minorité de parents peu consciencieux, cette augmentation va impacter toutes les familles yerroises, y compris les plus modestes.

Nous suggérons, plutôt qu’une augmentation, une sensibilisation ciblée auprès des familles.

Nous suggérons également d’élargir les délais d’inscription jusqu’à 1 jour avant le jour J. En cas de dépassement des délais, il est tout à fait possible de refuser l’inscription de l’enfant comme c’est le cas dans toute autre situation nécessitant une inscription (sorties, RDV médicaux, voyages, loisirs…etc.)

Par ailleurs, on pourrait aussi envisager un système d’avertissement bien plus pédagogique que la sanction financière, à savoir un système d’avertissement : au-delà de 2 inscriptions hors-délais, plus aucune inscription hors-délais ne serait possible.

Elodie Jauneau

Jérôme Rittling

L’absurdité des tarifs du Cinéma Paradiso à Yerres

Cinéma Paradiso YerresLors du dernier conseil municipal, le point n°6 à l’ordre du jour portait sur la révision des tarifs du Cinéma Paradiso.

Que les tarifs augmentent, c’est regrettable certes, mais sans aucun doute nécessaire pour le bon fonctionnement du cinéma. Par ailleurs, les tarifs pratiqués par le Paradiso étant déjà préférentiels, même en augmentant, ils resteront attractifs.

En revanche, ils ne sont pas préférentiels lorsque les Val d’Yerrois achètent une carte d’abonnement de 10 places. On aurait pu imaginer que pour l’achat d’une carte de 10 places, la 11ème soit offerte ou qu’on n’en paie que 9 pour 10.

Mais non. Et voici l’argument avancé dans le rapport de présentation :

« Le délégataire souhaite maintenir le principe du coût de la carte d’abonnement du Val d’Yerres identique à la vente à l’unité, afin de garantir l’équilibre financier du cinéma mais d’inciter les extérieurs au Val d’Yerres à fréquenter également assidument ce dernier. »

Ainsi, pour les Val d’Yerrois, la place de cinéma passe de 5 € à 6 € et la carte d’abonnement de 10 places passe de 50€ à 60€.

Pour les spectateurs hors Agglomération du Val d’Yerres, la place de cinéma passe de 7,50€ à 8€ et la carte d’abonnement de 10 places passe de 60€ à 70€. Elle est donc plus avantageuse pour eux.

Dans ces conditions, quel est l’intérêt pour les Val d’Yerrois d’acheter une carte d’abonnement ?

La réponse qui nous a été fournie en conseil municipal ne manquera pas de faire sourire celles et ceux d’entre vous qui ont l’habitude de fréquenter le Paradiso.

En effet, Madame Renonciat nous a expliqué qu’en cas d’affluence, la carte d’abonnement faisait office de « coupe-file » !

Ce qui est totalement faux.

Jamais, et même en cas de forte affluence aux projections par exemple de Gravity d’Alfonso Cuarón, de Samba, d’Intouchables d’Olivier Nakache et Éric Toledano ou encore de Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne, jamais les cartes d’abonnement n’ont servi à couper les files.

Et ce pour deux raisons : la première, c’est que la carte ne donne pas accès à la salle, elle donne le droit à un ticket de cinéma après débit de la carte ; la seconde, c’est qu’il n’y a qu’une seule personne au guichet et que, pour des raisons évidentes, il lui est impossible de gérer en même temps les spectateurs abonnés des spectateurs occasionnels.

Par conséquent, l’argumentaire de la Municipalité censé nous expliquer pourquoi la carte est plus avantageuse pour habitants hors Val d’Yerres plutôt que pour les Val d’Yerrois, ne tient pas la route une seule seconde.

Enfin, en commission Finances et Affaires Générales du 13 novembre, Jérôme Rittling a expliqué que la Fédération Nationale du Cinéma Français a mis en place début 2014 un tarif de 4€ pour les jeunes de moins de 14 ans, alors que les tarifs proposés aujourd’hui au Paradiso sont de 5 € pour les moins de 12 ans. Il conviendrait donc que ces tarifs soient ajustés afin d’être conformes à la politiques tarifaire nationale.

Par ailleurs, au Cyrano de Montgeron, certains spectateurs (famille nombreuse, étudiant, personne en recherche d’emploi ou de plus de 60 ans) hors agglomération de Sénart Val de Seine peuvent bénéficier d’un tarif réduit, ce qui n’est pas le cas au Paradiso pour les spectateurs hors Val d’Yerres. Le tarif réduit est de 5,10€ et la carte d’abonnement de 10 places est à 46€, sans parler du tarif réduit pour les jeunes de moins de 12 ans (3,50€) et de moins de 14 ans (4€).

Dans ces conditions, les familles nombreuses, les étudiants, les personnes en recherche d’emploi ou de plus de 60 ans du Val d’Yerres ont plus intérêt à se rendre au Cyrano à Montgeron (tarif réduit à 5,10€) qu’au Paradiso à Yerres (6€ au 1er janvier 2015).

C’est pourquoi, Jérôme Rittling et moi-même nous sommes abstenus au moment du vote parce que nous exigeons une tarification logique et équitable basée sur des arguments solides et davantage de justice sociale.

Ci-dessous le rapport de présentation.

Elodie Jauneau

Rapport de présentation Cinéma Paradiso Yerres