SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

Contactez Elodie Jauneau et Jérôme Rittling copie

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

Stéphane Fabe

Avec vous, pour une Île-de-France humaine et inscrite dans le XXIème siècle, votons Claude Bartolone.

Affiche Barto gauche rassembléeDimanche dernier, au soir du 1er tour, le Front National a atteint un niveau particulièrement inquiétant qui doit toutes et tous nous interpeller. Il en va de même pour l’abstention. C’est pourquoi, bien que les causes de cette défiance soient profondes et qu’elles doivent être combattues sans relâche, nous vous appelons dimanche prochain à faire barrage à l’extrême-droite dans notre Région.

Nous ne pouvons pas non plus nous résoudre à laisser les clefs de la Région à Valérie Pécresse, candidate de Nicolas Sarkozy, celui-là même qui a tant abîmé la France lorsqu’il était au pouvoir.

Nous ne pouvons nous résoudre à confier le Conseil Régional à une candidate qui affiche sur ses listes des militant-e-s de la Manif Pour Tous qui luttent sans vergogne contre les droits des femmes, contre l’IVG, contre l’égalité entre les femmes et les hommes au nom de valeurs d’un autre temps.

Nous ne pouvons accepter que Valérie Pécresse dirige notre Région sur la base d’un programme truffé de promesses anticonstitutionnelles et qui ne relèvent pas des compétences de la Région.

Voter pour Valérie Pécresse, c’est voter pour le conservatisme et pour un programme inapplicable basé sur les mensonges, des contre-vérités, quand ce n’est pas de la diffamation contre les candidats de gauche… Mais jamais aucune attaque contre le candidat du Front National dont elle nourrit l’espoir que ses électeurs reportent leur voix sur ses propres listes.

Voter pour Walleyrand de Saint-Just, c’est confier notre Région – la 1ère région de France – à un parti réactionnaire, xénophobe, islamophobe, qui prône la préférence nationale et qui n’a aucun programme régional mais seulement les ambitions de servir des valeurs et des idées qui n’ont rien de républicaines.

C’est pourquoi, nous appelons de toutes nos forces à faire barrage à l’extrême-droite et à la droite dure en votant pour Claude Bartolone, candidat de la gauche et des écologistes rassemblés avec Emmanuelle Cosse et Pierre Laurent.

Dimanche prochain, aucune voix ne doit manquer.

Avec vous, pour une Île-de-France humaine et inscrite dans le XXIème siècle, votons Claude Bartolone.

Flyer 4 pages

Elodie Jauneau, Alain Bétant, Stéphane Fabe, Jérôme Rittling, Denis Montarou

Cérémonie du 11 novembre à Yerres

Comme chaque année, nous étions présent-e-s avec l’ensemble du conseil municipal pour rendre hommage aux mort-e-s pour la France, aux Yerrois et Yerroises touché-e-s par la Première Guerre mondiale et à leurs familles.

Nous étions très nombreux-ses réuni-e-s au pied du Monument aux Morts. Et nous tenons à remercier et à féliciter les portes-drapeaux, les associations d’anciens combattants qui entretiennent cette mémoire collective, la fanfare de Crosne, le conseil municipal des jeunes ainsi que les enfants de l’école des Camaldules, toujours fidèles au rendez-vous, qui ont entonné la Marseillaise et qui ont donné lecture des Yerrois-es mort-e-s pour la France.

Un beau moment de cohésion municipale et républicaine.

11 novembre à Yerres

Accueil des réfugiés : Nicolas Dupont-Aignan ignore le sens du mot « solidarité »

Yerres irréductibleUne nouvelle fois et, hélas sans surprise il faut bien l’avouer, Nicolas Dupont-Aignan s’illustre avec des propos inacceptables dans les colonnes du Parisien du 7 septembre 2015.

Alors que la France entière (droite et gauche confondues) fait bloc pour venir en aide à ces populations en souffrance qui fuient leurs pays en guerre, Monsieur le Maire fait savoir haut et fort que Yerres refusera d’accueillir ces réfugiés.

Faisant encore et toujours des amalgames dans une tambouille médiatique dont il est accoutumé, il flirte une nouvelle fois avec les idéaux nauséabonds du Front National.

Mais à la lecture de ses déclarations, quelques questions et mises au point s’imposent :

  • Pourquoi qualifier de « concours d’hypocrisie » un mouvement qui, dans de très nombreux pays, consiste à accueillir, à aider, à sauver des vies ? Où est l’hypocrisie ?
  • Quels sont les « efforts sociaux gigantesques » faits à Yerres dont il parle ? Ne sont-ce pas plutôt des efforts qui restent à faire, dans notre ville qui accuse un retard « gigantesque » en termes de logements sociaux, et dont les plus démunis et les plus précaires n’ont jamais été une priorité depuis qu’il est maire ?
  • De quelle « immense manipulation médiatique » parle-t-il ? En Allemagne, par exemple, les citoyens sont allés au-devant des réfugiés pour les accueillir spontanément, sans mot d’ordre de qui que ce soit, médias ou responsables politiques.
  • Sur quelle réalité se fonde-t-il pour affirmer que la France est « le pays le généreux du monde »?
  • Où a-t-il compté plus de 47 nationalités dans notre ville ? Peut-il en dresser la liste ? Dispose-t-il d’un fichier qui lui permette d’affirmer cela ?
  • Que compte-t-il faire vis-à-vis des Yerrois-es qui accueilleront – malgré tout – des réfugiés ?

Aurait-il eu les mêmes propos si les sondages indiquaient que les Français souhaitaient que tout soit fait pour accueillir le maximum de réfugiés ?

« Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur »

A défaut d’avoir réellement lu les Mémoires de de Gaulle, notre maire a sans doute trop lu de bandes dessinées étant plus jeune…

Stéphane Fabe

Alain Bétant

 

 

 

 

 

La cigale Dupont-Aignan se fait passer pour une fourmi !

cigale Dupont-AignanLe maire chante à qui veut bien l’entendre que la baisse des dotations de l’État va le contraindre à faire des économies, à savoir : réduire les charges courantes et les frais de personnel.

Les Yerrois ne sont pas des ignorants et savent très bien que, depuis des années, leur pouvoir d’achat a fortement diminué. Ils font déjà des économies forcées sur certains postes de leur budget familial.

Là où le bât blesse concernant le budget de la ville, c’est que, depuis de nombreuses années, la municipalité communique à grand renfort de publications (coûteuses pour le contribuable yerrois) qu’elle gère admirablement les finances de la ville qu’elle avait trouvées fort mal en point.

Mais tout ceci en oubliant sciemment de communiquer sur le fait qu’elle le faisait aussi avec l’argent du département et de la région… Gérés par qui ? Par la gauche !

Un document sur les finances de la ville est parfois distribué aux réunions de quartier…

Sans entrer dans le détail, voici un petit florilège :

  • « Moins d’agents municipaux pour un meilleur service public ».

Ça veut dire quoi ? Licenciements de certains agents ? Non renouvellement des contractuels et vacataires déjà dans des situations précaires ?

Faut-il comprendre « expliquez-nous ce dont vous avez besoin et on vous expliquera comment vous en passer » comme disait Coluche ?

  • « Les intérêts de la dette divisés par 4 ! »

Quiconque ayant contracté un crédit sait parfaitement qu’il rembourse en premier les intérêts. Alors oui, les intérêts de la dette baissent. Mais c’est tout à fait normal, au vu du lourd effort contributif demandé aux Yerrois depuis 1996 ! Il n’y a donc aucune raison pour que la Municipalité s’en vante.

Une petite question quand même…

L’information sur la baisse des dotations de l’Etat ne date pas d’hier et certaines réductions sont engagées depuis plusieurs années. Il est impossible d’envisager qu’un maire, qui plus est député, responsable et honnête, l’ignore.

Alors pourquoi avoir fait des choix budgétaires non prioritaires comme des caméras dans tous les coins de la ville, des éclairages surpuissants et parfois inutiles, une salle de spectacle ultra-coûteuse qui ne propose que 29 dates pour 52 semaines (même pas un spectacle par semaine…), une brigade équestre inutile… etc. ?

Malheureusement, Monsieur le Maire a toujours compté sur l’argent des autres pour gérer et valoriser son bilan municipal. Mais maintenant que la bise est venue, ce sont les Yerrois qui se retrouvent dépourvus !

Stéphane Fabe

Le Canard’Yerres n°2 bientôt dans toutes les boîtes aux lettres yerroises

Bannière n°2

Actuellement en cours de distribution, il sera dans toutes les boîtes aux lettres yerroises d’ici la fin de l’année.

Au sommaire de ce numéro:

  • Réforme des rythmes scolaires: comment la municipalité a pourri la rentrée des enfants, de leurs parents et des équipes pédagogiques
  • Ce que nous aurions fait pour la mise en place des nouveaux rythmes scolaires
  • Tarification du centre de loisirs le mercredi: la municipalité avait tout prémédité
  • Jouons ensemble à « Question pour un quotient »
  • A droite toute!
  • Petit rappel à la loi à l’attention de Nicolas Dupont-Aignan

Cliquez ici pour accéder au numéro 2 du Canard’Yerres.

Vox de Gauche

 

La Maison des Jeunes à Yerres et l’abominable homme des neiges

Maison des jeunes Yerres«Quand j’entends le mot « culture », je sors mon revolver», nous dit une formule maintes fois reprise.

Selon toute vraisemblance, Nicolas Dupont-Aignan, quant à lui, sort sa paire de ciseaux.

Mon fils fréquente la Maison des Jeunes, sur laquelle j’ai pris l’habitude de porter un regard critique et constructif.

Bien que la plupart des activités proposées par la Maison des Jeunes n’aient rien de transcendant la plupart du temps, mon fils y retrouve ses amis pour passer de bons moments et l’équipe d’animation est – je cite –  « trop sympa ».

Sauf que…

… Voilà deux jours, le programme des vacances de Noël nous est adressé et… Ô surprise ! La thématique retenue cette année porte sur les arts. Enfin ! Il était temps de proposer à nos jeunes des activités portées sur la culture et les arts !

Mais hélas, mon enthousiasme fut de courte durée à la lecture dudit programme. Soyons clairs : la municipalité se moque littéralement du monde en général, et des parents en particulier.

Hormis 2 ou 3 activités, les arts sont bien cachés dans cette programmation : une sortie au Musée des Arts Modernes et une autre au cirque… Et on pourra s’interroger sur l’usage culturel que feront les jeunes devant un spectacle de clowns et d’acrobates…Il me semble que placer une sortie au cirque dans la thématique des arts est, au mieux, réducteur, au pire, opportuniste.

Pourquoi ne pas emmener nos jeunes passer Une Journée au Cirque afin qu’ils soient vraiment en contact avec les artistes du cirque ? Ils pourraient ainsi profiter d’une approche pédagogique grâce à des ateliers dans lesquels ils apprennent, se mettent en scène, tout en étant accompagnés par des professionnels.

Quand on compare les ambitions affichées par Nicolas Dupont-Aignan et les propositions qui sont faites à nos jeunes, on est en droit de se poser un certain nombre de questions.

Qu’est-ce que l’art pour Monsieur le Maire ?

  • Est-ce que découvrir des arts forains, c’est aller au parc d’attraction ?
  • Est-ce que découvrir les arts de la table, c’est faire un atelier pâtisserie ?
  • Est-ce que découvrir le 7ème art, c’est aller au cinéma voir le dernier Disney ?

Mon propos n’est pas d’accabler le personnel, très apprécié des jeunes, qui compose un programme avec un budget victime de coupes sombres. Mais alors que les années précédentes, nos jeunes avaient droit à 3 sorties prioritaires, cette année, ils doivent se contenter d’une seule.

Et, comble du comble, les inscriptions commencent le mercredi uniquement sur place à 14h00. Les parents qui travaillent toute la semaine apprécieront cet aménagement des horaires.

Premier arrivé, premier servi !

Mercredi dernier, on a ainsi assisté à une scène ubuesque où des parents faisaient le pied de grue devant la Maison des Jeunes dès 12h30 afin d’être sûrs que leur enfant puisse s’inscrire à l’activité qu’il avait choisie.

Pourquoi un tel mode d’inscription ?

La mairie sait très bien mettre en place la réservation de la garderie et de la cantine, ainsi que la facturation par internet quand il s’agit des activités périscolaires. Pourquoi ne le fait-elle pas pour la Maison des Jeunes ?

Enfin, on pourra regretter que la Maison des Jeunes de Yerres ne soit pas une vraie MJC, une Maison des Jeunes et de la Culture. Et on sera alors en droit de se demander si cette négation de l’accès à la culture pour les jeunes n’est pas le reflet d’une absence de politique culturelle pour tous à Yerres.

Ainsi, le Yéti, symbole de la Maison des Jeunes, semble également incarner cette « politique culturelle » : une créature tellement mystérieuse et légendaire qu’on en arrive à se demander si elle existe vraiment…

Stéphane Fabe

Le monde avance, Nicolas Dupont-Aignan recule

bagne Cayenne Nicolas Dupont-Aignan

Hier je tombe sur cet article du Point:

« Nicolas Dupont-Aignan veut faire de Cayenne un centre de détention pour djihadistes »

Même si le djihadisme est un sujet extrêmement sérieux, la solution préconisée par Nicolas Dupont-Aignan est inappropriée et antirépublicaine : la réouverture du bagne de Cayenne ? Soyons sérieux cinq minutes !

Se souvient-t-il des conditions de détention à Cayenne et du personnel chargé de surveiller les détenus ? S’est-il penché deux secondes sur la logistique liée à l’implantation géographique ?

Je l’ai déjà dit dans un précédent article : je suis un fier descendant de paysan gascon.  Je suis aussi, comme mes aïeux l’étaient avant moi, un fier patriote : ce n’est pas un gros mot, et cela ne veut pas dire non plus que je suis nostalgique de la France d’hier.

Ancien marin moi même, mon grand père faisait partie des 50 000 Français libres entre 1939 et 1945, son  père était combattant en 1914-1918 et le père de son père : gardien à Cayenne !

A l’époque, mon arrière-arrière-grand-père n’avait pas choisi d’aller là-bas, c’était pour y faire son service militaire de six ans… après avoir été tiré au sort.

Voici ce que répondait mon aïeul à une sœur lui demandant pourquoi il ne priait pas pour sa famille, lors de la prière collective sur le bateau qui conduisait les conscrits au bagne :

« C’est plutôt à elle de prier pour moi ! »

Alors Monsieur Dupont-Aignan, avant de piocher dans le passé, sans doute par manque d’idées neuves, prenez donc dans son entier les éléments contextuels des idées que vous pillez.

Donner une deuxième vie aux objets, ça peut être sympa, le recyclage, c’est nécessaire, mais aller chercher des idées pour la France d’aujourd’hui dans les recoins poussiéreux de ce que la République a fait de pire, c’est assez affligeant. Et c’est un euphémisme.

Avant de nous proposer le rétablissement de la peine de mort, le rétablissement du service militaire, le port de la blouse à l’école, voire la suppression du droit de vote aux femmes tant qu’on y est… je propose à notre maire d’arrêter son cinéma médiatique, de visionner « Alcatraz » avec Clint Eastwood ou « Papillon » avec Steeve McQueen.

Voilà un vrai cinéma « d’avant » avec de vrais acteurs professionnels de talent.

Stéphane Fabe

Le bruit et l’odeur du « nouveau » skate parc de Yerres

Skate parc YerresL’ancien skate parc rasé pour laisser place à un parking (ne revenons pas sur cet épisode…) a été réimplanté sous la pression des jeunes, ailleurs certes mais visiblement à la hâte et en dépit du bon sens, ça ne fait aucun doute.

Skateur mais pas vraiment habitué des parcs, je n’en suis pas pour autant papa de deux enfants qui aiment ça. Nous fréquentions déjà l’ancien équipement, c’est pourquoi je peux affirmer que le nouveau skate parc est sans comparaison possible avec l’ancien.

Tout d’abord, le nouveau skate parc est plus bruyant puisqu’en bordure de route, nocif ensuite puisque nos enfants respirent à pleins poumons les gaz d’échappement, et enfin, il présente une dangerosité puisque aucune séparation ne sécurise le parking qui le jouxte. Par ailleurs, il est plus petit que l’ancien et inadapté pour la vraie pratique de la rampe.

La municipalité se gargarise de sa bonne fréquentation mais si elle se donnait la peine de se rendre sur place, elle pourrait constater que cet espace est devenu un lieu plus vraiment dédié à la pratique de la vraie glisse urbaine. En effet, s’y côtoient les rollers, les skateurs débutants et confirmés, les trottinettes, les enfants à vélo, etc… sans parler des parents qui doivent se contenter de 2 bancs seulement.

De plus, les adolescents que j’y croise régulièrement sont déçus du lieu d’implantation puisque depuis ’ancien skate parc, ils avaient accès, en cas de fringale ou de soif, aux supérettes et aux boulangeries du centre ville. Désormais pour eux, c’est Mc Do sinon rien.

D’un point de vue économique et nutritif, c’est un choix très contestable !

Je me permets ce petit réquisitoire car il y a plusieurs semaines, j’ai rencontré un élu de la municipalité pour lui faire part de mes remarques, en particulier sur le point de la sécurité, et ceci dans une démarche constructive.

Malheureusement pendant les vacances de la Toussaint, j’ai constaté qu’aucune action concernant la séparation avec le parking n’avait été prise. Mais, pire : une des structures était en train d’être ressoudée (ça laisse songeur sur la qualité) par des opérateurs en plein milieu des enfants sans aucun périmètre de sécurité.

Pour conclure, alors que l’ensemble des équipements sportifs de Yerres porte un nom, le skate parc n’en a pas.

C’est pourquoi, j’ai dit à l’élu qu’il serait de bon ton de donner un nom à cet espace, un nom qui incarne la jeunesse et le skate board.

Stéphane Fabe

Contribution de la Section PS de Yerres pour les Etats Généraux du PS #EGPS

PS Yerres EGPSThème 4 : activité et plein emploi

Que serait une société de plein emploi et du bon emploi ? Faut-il une société du plein emploi ou de la pleine activité ? Comment mettre la formation au cœur de la société et de la vie de chacun-e ? Comment répondre au chômage de masse vécu dans les quartiers ?

Depuis plusieurs décennies, les avancées technologiques ont permis d’améliorer les rendements et la productivité. Mais là où, quelques années auparavant, plusieurs salariés étaient nécessaires, aujourd’hui, seul(s) un ou deux (service comptabilité, robotisation des chaînes de montage, caisse automatique des supermarchés, bornes de paiement dans la restauration rapide…etc.) peuvent accomplir ces mêmes tâches.

Par conséquent, face à ces bouleversements technologiques, la société doit être réactive et proactive dans ses évolutions, notamment dans la formation professionnelle (changement d’orientation, qualification, etc…), l’apprentissage ou la revalorisation des filières techniques dans les classes d’orientation.

Les différentes organisations patronales mettent en avant la nécessité de diminuer drastiquement le coût du travail, et d’assouplir les règles du Code du Travail pour favoriser l’emploi. Nous pensons au contraire que les organisations patronales doivent s’engager dans des objectifs de création d’emplois plus précise et plus ambitieuse, pour ne pas reproduire l’échec (création d’emplois très relative) de la baisse de la TVA dans la restauration (de 19.6% en 2009 elle est passé à 5.5% en juillet 2009, puis à 7% en janvier 2012, pour revenir à 10% en janvier 2014).

Par ailleurs, certains secteurs ont un potentiel de développement très important. Ceux de l’économie sociale et solidaire ont l’avantage de créer des emplois non délocalisables (métiers de service).

Dans le domaine énergétique, le développement la filière énergie « verte » permettrait un changement de notre mode de consommation et de notre comportement dans l’utilisation des énergies renouvelables et moins polluantes (véhicules électriques, maison à énergie positive…). Tous les emplois créés dans ce secteur sont également non délocalisables.

Cependant, il nous semble également nécessaire d’augmenter les moyens humains pour lutter plus efficacement contre la fraude aux cotisations sociales (plus de 20 milliards d’euros en 2013 d’après la Cour des comptes) : sous-déclaration des heures effectivement travaillées, utilisation détournée du statut d’auto-entrepreneur, abus liés au statut de travailleur détaché d’autres pays de l’Union européenne … etc. Pour ce faire, une augmentation significative des effectifs de l’inspection du travail semble indispensable.

En parallèle, un meilleur accompagnement des demandeurs d’emploi passe par une augmentation des conseillers de Pôle Emploi, pour transformer l’accompagnement de masse non personnalisé à un accompagnement de qualité et un meilleur suivi du demandeur d’emploi.

Section PS de Yerres

Retrouvez ci-dessous les contributions des membres de la Section PS de Yerres:

Nicolas Dupont-Aignan, un chef aux méthodes contestées dans son propre camp

Nicolas Dupont-Aignan contestéLettre ouverte aux Yerrois de bonne foi.

Lors de la campagne municipale on a souvent entendu que soutenir la liste de NDA, ce n’était être ni de gauche ni de droite.

Je ne partage pas ce point de vue. J’ai souvent dénoncé l’ambiguïté (notamment pendant les élections européennes) de Monsieur le Maire quant à son accointance avec le FN et ses valeurs… Surtout lorsque Nicolas Dupont-Aignan martèle à tour de bras qu’il est gaulliste.

La récente démission de Laurent Pinsolle (membre du bureau national de Debout la république) confirme malheureusement ce que l’opposition Yerroise au sens large dénonce depuis de longs mois.

Les raisons de la démission de Laurent Pinsolle (qu’il argumente lui même sur son blog) nous démontrent hélas que nous sommes dans le vrai encore plus que ce que nous pensions !

Le tableau dépeint par l’ancien porte-parole du parti est accablant :

  • Le parti ne sert qu’à l’ambition politique de Nicolas Dupont-Aignan qui ne laisse de place à personne d’autre que lui-même.
  • Le positionnement (rapprochement ?)vis-à-vis du FN est loin de faire l’unanimité au sein de son parti.
  • Le mode de fonctionnement interne du parti est loin d’être exemplaire.

Le président d’un parti qui proclame à qui veut bien l’entendre qu’il n’est « ni système, ni extrême » devrait peut être changer son argumentaire en : « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ».

Hélas! Qui peut croire qu’une personne soit fondamentalement différente selon qu’elle préside un parti ou qu’elle dirige une ville ? Pas moi en tout cas !

Stéphane Fabe