SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

Loisirs

A quand une politique culturelle accessible à tous-tes ?

audience-868074_1280Tribune parue dans le Journal des Yerrois de Juin 2016

Depuis des années maintenant, nous sommes toujours dans l’attente d’une politique municipale qui rendrait la culture accessible à tous-tes.

Par sa programmation et ses tarifs, Yerres est une ville qui empêche bon nombre de jeunes (enfants, adolescent-e-s, adultes) les plus modestes d’accéder à la culture.

Quant à la création artistique, elle est bien peu représentative de la richesse de nos jeunes talents, pourtant fort nombreux sur notre territoire.

Nous avons maintes fois abordé cette question en conseil municipal. En vain.

Une seule de nos propositions semble avoir retenu l’attention de la majorité (CM du 14/12/15) : celle de faire de la Fête de la Ville une véritable Fête de la Musique comme la célèbrent nombre de communes à cette date. Nous avons suggéré que des scènes ouvertes et libres soient mises à la disposition de nos jeunes talents dépourvus de lieux pour se produire.

Nous avons aussi proposé que les artistes qui se produisent à la Fête de la Ville soient différents chaque année afin de laisser la place à de nouveaux talents issus de notre territoire.

Nous nourrissions aussi l’espoir que nos artistes locaux investissent les quartiers à cette occasion, comme le veut la tradition de la Fête de la Musique. Ainsi, tous nos quartiers pourraient être en fête : le Rond-Point Pasteur, les Arcades, les Rives de l’Yerres… etc. Cela permettrait également à tous les commerçant-e-s de fêter la musique, tout en fêtant la ville… Mais pas seulement dans le centre.

Par ailleurs, Yerres fait hélas partie des villes qui ne disposent d’aucun espace culturel dédié aux jeunes et aux plus modestes. Une seule place de spectacle au CEC coûte le même prix que plusieurs au Café Cultures de Draveil, au Plan de Ris-Orangis, au Rack’am de Brétigny-sur-Orge, à l’Agora d’Evry…etc.

Hélas, à quelques jours de la Fête de la Ville, il semble que celle-ci ne sera pas placée sous le signe de la nouveauté et de la jeunesse.

Elodie Jauneau

Yerres, tour opérateur pour Yerrois aisés

Yerres voyagesComme tous les Yerrois de plus de 55 ans, je reçois chaque année, en février, un courrier de M. Dupont-Aignan qui débute par ces mots :

« De nouveau, cette année, pour répondre aux souhaits des Yerrois de plus de 55 ans, j’ai demandé à deux agences de vous présenter des voyages et ai le plaisir de vous proposer les destinations suivantes « .

D’abord je m’étonne. Je ne me souviens pas avoir sollicité M. Dupont-Aignan pour me proposer des voyages. Je sais faire tout seul. Et puis, je doute que d’autres Yerrois de plus de 55 ans manifestent ce souhait chaque année. Mais bon… je poursuis.

Deux voyages sont proposés, chacun d’entre eux pour 40 participants.

« La Crête, une semaine pour 1 360 € » et « Le Portugal, une semaine pour 1 395 € « .

Je continue de m’étonner car les prix proposés n’ont rien de compétitif. Ils sont même assez chers. D’autant plus que ces voyages ont lieu hors saison, en septembre et en octobre. Mais peut-être est-ce plus cher car cela permet aux Yerrois aisés qui répondront favorablement à cette proposition, de rester entre eux ? En tout cas, ce courrier pose plusieurs questions.

La ville a-t-elle vocation à se substituer aux agences de voyages alors même que les prix proposés n’ont rien d’intéressant ? Quelle est sa valeur ajoutée sinon à faire du « buzz » en donnant l’impression qu’elle s’occupe des personnes âgées ? Quelles ressources au sein du service des Relations Publiques de la mairie sont mobilisées pour accompagner cette prestation, répondre à d’éventuelles questions de Yerrois, faire le lien avec les agences de voyages ?

Franchement…  la ville n’a rien d’autre à faire de plus utile ?

En fait, la seule raison pertinente qui pourrait expliquer cette démarche serait que M. Dupont-Aignan projette d’abandonner ses mandats pour monter une agence de voyages. Si c’est cela, je suis naturellement prêt à l’aider dans sa reconversion. Quitte à m’inscrire aux voyages proposés.

Alain Bétant

L’arnaque du siècle : la politique tarifaire scolaire à Yerres

Yerres arnaque du siècleSi Nicolas Dupont-Aignan titre l’un de ses livres « l’arnaque du siècle » s’agissant du passage à l’euro, elle l’est aussi dans le domaine de la politique tarifaire qu’il pratique depuis la rentrée scolaire.

En effet, le coût des repas, (toujours aussi infectes, même aux dires des animateurs des centres de loisirs) et des activités pré-post et péri scolaires a augmenté.

Le mercredi matin, pourtant pris en charge par l’Etat pour financer la présence des enseignants et les heures d’école n’a pas fait baisser le coût de prise en charge des mercredis par les familles qui travaillent : en effet, le Maire continue de demander aux familles la même participation financière que les autres années précédant la réforme, alors que les enfants ne passent plus qu’une demie journée au centre de loisirs au lieu d’une journée entière. Inadmissible!

Enfin, le Maire a encore augmenté le coût de la majoration en cas d’oubli d’inscription des enfants sur le site internet de la ville. Elle est désormais de 30% alors que l’an passé, cette majoration n’était que de 10% !!!

Au regard de toutes ces augmentations injustes et scandaleuses, on pourrait espérer une justification tacite dans l’amélioration des services publics proposés à Yerres. Mais rien!!! rien en matière d’éducation, d’environnement, d’enfance, de jeunesse. Nicolas Dupont-Aignan se contente de maintenir en l’état ce qui existe à peine, et c’est à proprement parler fatiguant, désespérant et révoltant.

C’est vous, monsieur le Maire, qui, par des jeux d’augmentation tarifaires plombez notre pouvoir d’achat!!!. Ne reprochez pas à l’euro d’agir de la même manière que celle que vous pratiquez sans vergogne sur le portefeuille de vos administrés.

Commencez par balayer devant votre porte, avant de publier vos œuvres grotesques et « hypocritiques »!!!

Vox de Gauche

A Yerres, on résout les problèmes par l’argent… Encore et toujours.

finances yerresLors du dernier Conseil Municipal, le point n°7 à l’ordre du jour portait – encore une fois – sur une nouvelle révision des tarifs périscolaires. Il s’agit de faire passer de 10 à 30% la majoration des inscriptions hors-délais.

Nous avons voté contre cette révision qui pénalise injustement  des familles.

Tout d’abord, les tarifs étant déjà extrêmement élevés et les grilles de quotients familiaux qui les fixent étant particulièrement injustes, nous nous opposons à toute autre forme d’augmentation tarifaire.

Selon la Majorité, il semble que seulement 20 % des familles ne soient pas sensibles à cette majoration et aient plusieurs fois affirmé aux services référents que cette majoration n’était pas dissuasive et que cela ne leur posait aucun problème de la payer.

Nous émettons donc de sérieux doutes sur l’efficacité d’une augmentation de la majoration, d’autant plus que, pour une minorité de parents peu consciencieux, cette augmentation va impacter toutes les familles yerroises, y compris les plus modestes.

Nous suggérons, plutôt qu’une augmentation, une sensibilisation ciblée auprès des familles.

Nous suggérons également d’élargir les délais d’inscription jusqu’à 1 jour avant le jour J. En cas de dépassement des délais, il est tout à fait possible de refuser l’inscription de l’enfant comme c’est le cas dans toute autre situation nécessitant une inscription (sorties, RDV médicaux, voyages, loisirs…etc.)

Par ailleurs, on pourrait aussi envisager un système d’avertissement bien plus pédagogique que la sanction financière, à savoir un système d’avertissement : au-delà de 2 inscriptions hors-délais, plus aucune inscription hors-délais ne serait possible.

Elodie Jauneau

Jérôme Rittling

La Maison des Jeunes à Yerres et l’abominable homme des neiges

Maison des jeunes Yerres«Quand j’entends le mot « culture », je sors mon revolver», nous dit une formule maintes fois reprise.

Selon toute vraisemblance, Nicolas Dupont-Aignan, quant à lui, sort sa paire de ciseaux.

Mon fils fréquente la Maison des Jeunes, sur laquelle j’ai pris l’habitude de porter un regard critique et constructif.

Bien que la plupart des activités proposées par la Maison des Jeunes n’aient rien de transcendant la plupart du temps, mon fils y retrouve ses amis pour passer de bons moments et l’équipe d’animation est – je cite –  « trop sympa ».

Sauf que…

… Voilà deux jours, le programme des vacances de Noël nous est adressé et… Ô surprise ! La thématique retenue cette année porte sur les arts. Enfin ! Il était temps de proposer à nos jeunes des activités portées sur la culture et les arts !

Mais hélas, mon enthousiasme fut de courte durée à la lecture dudit programme. Soyons clairs : la municipalité se moque littéralement du monde en général, et des parents en particulier.

Hormis 2 ou 3 activités, les arts sont bien cachés dans cette programmation : une sortie au Musée des Arts Modernes et une autre au cirque… Et on pourra s’interroger sur l’usage culturel que feront les jeunes devant un spectacle de clowns et d’acrobates…Il me semble que placer une sortie au cirque dans la thématique des arts est, au mieux, réducteur, au pire, opportuniste.

Pourquoi ne pas emmener nos jeunes passer Une Journée au Cirque afin qu’ils soient vraiment en contact avec les artistes du cirque ? Ils pourraient ainsi profiter d’une approche pédagogique grâce à des ateliers dans lesquels ils apprennent, se mettent en scène, tout en étant accompagnés par des professionnels.

Quand on compare les ambitions affichées par Nicolas Dupont-Aignan et les propositions qui sont faites à nos jeunes, on est en droit de se poser un certain nombre de questions.

Qu’est-ce que l’art pour Monsieur le Maire ?

  • Est-ce que découvrir des arts forains, c’est aller au parc d’attraction ?
  • Est-ce que découvrir les arts de la table, c’est faire un atelier pâtisserie ?
  • Est-ce que découvrir le 7ème art, c’est aller au cinéma voir le dernier Disney ?

Mon propos n’est pas d’accabler le personnel, très apprécié des jeunes, qui compose un programme avec un budget victime de coupes sombres. Mais alors que les années précédentes, nos jeunes avaient droit à 3 sorties prioritaires, cette année, ils doivent se contenter d’une seule.

Et, comble du comble, les inscriptions commencent le mercredi uniquement sur place à 14h00. Les parents qui travaillent toute la semaine apprécieront cet aménagement des horaires.

Premier arrivé, premier servi !

Mercredi dernier, on a ainsi assisté à une scène ubuesque où des parents faisaient le pied de grue devant la Maison des Jeunes dès 12h30 afin d’être sûrs que leur enfant puisse s’inscrire à l’activité qu’il avait choisie.

Pourquoi un tel mode d’inscription ?

La mairie sait très bien mettre en place la réservation de la garderie et de la cantine, ainsi que la facturation par internet quand il s’agit des activités périscolaires. Pourquoi ne le fait-elle pas pour la Maison des Jeunes ?

Enfin, on pourra regretter que la Maison des Jeunes de Yerres ne soit pas une vraie MJC, une Maison des Jeunes et de la Culture. Et on sera alors en droit de se demander si cette négation de l’accès à la culture pour les jeunes n’est pas le reflet d’une absence de politique culturelle pour tous à Yerres.

Ainsi, le Yéti, symbole de la Maison des Jeunes, semble également incarner cette « politique culturelle » : une créature tellement mystérieuse et légendaire qu’on en arrive à se demander si elle existe vraiment…

Stéphane Fabe

Le bruit et l’odeur du « nouveau » skate parc de Yerres

Skate parc YerresL’ancien skate parc rasé pour laisser place à un parking (ne revenons pas sur cet épisode…) a été réimplanté sous la pression des jeunes, ailleurs certes mais visiblement à la hâte et en dépit du bon sens, ça ne fait aucun doute.

Skateur mais pas vraiment habitué des parcs, je n’en suis pas pour autant papa de deux enfants qui aiment ça. Nous fréquentions déjà l’ancien équipement, c’est pourquoi je peux affirmer que le nouveau skate parc est sans comparaison possible avec l’ancien.

Tout d’abord, le nouveau skate parc est plus bruyant puisqu’en bordure de route, nocif ensuite puisque nos enfants respirent à pleins poumons les gaz d’échappement, et enfin, il présente une dangerosité puisque aucune séparation ne sécurise le parking qui le jouxte. Par ailleurs, il est plus petit que l’ancien et inadapté pour la vraie pratique de la rampe.

La municipalité se gargarise de sa bonne fréquentation mais si elle se donnait la peine de se rendre sur place, elle pourrait constater que cet espace est devenu un lieu plus vraiment dédié à la pratique de la vraie glisse urbaine. En effet, s’y côtoient les rollers, les skateurs débutants et confirmés, les trottinettes, les enfants à vélo, etc… sans parler des parents qui doivent se contenter de 2 bancs seulement.

De plus, les adolescents que j’y croise régulièrement sont déçus du lieu d’implantation puisque depuis ’ancien skate parc, ils avaient accès, en cas de fringale ou de soif, aux supérettes et aux boulangeries du centre ville. Désormais pour eux, c’est Mc Do sinon rien.

D’un point de vue économique et nutritif, c’est un choix très contestable !

Je me permets ce petit réquisitoire car il y a plusieurs semaines, j’ai rencontré un élu de la municipalité pour lui faire part de mes remarques, en particulier sur le point de la sécurité, et ceci dans une démarche constructive.

Malheureusement pendant les vacances de la Toussaint, j’ai constaté qu’aucune action concernant la séparation avec le parking n’avait été prise. Mais, pire : une des structures était en train d’être ressoudée (ça laisse songeur sur la qualité) par des opérateurs en plein milieu des enfants sans aucun périmètre de sécurité.

Pour conclure, alors que l’ensemble des équipements sportifs de Yerres porte un nom, le skate parc n’en a pas.

C’est pourquoi, j’ai dit à l’élu qu’il serait de bon ton de donner un nom à cet espace, un nom qui incarne la jeunesse et le skate board.

Stéphane Fabe

Compte rendu des Commissions relatives au Conseil Municipal du 13 octobre 2014

compte_rendu Retrouvez ci-dessous les comptes rendus des commissions relatives au prochain Conseil Municipal.

Il aura lieu le 13 octobre 2014 à 20h15 au Foyer du CEC.

  • Commission des affaires sociales, scolaires, petite enfance,
  • Commission des sports loisirs, jeunesse, vie associative,
  • Commission des travaux, urbanisme, logement, développement économique

Télécharger les comptes rendus au format pdf.

Participez au concours photo « Jaurès donne son nom »

Mercredi 9 juillet, le Parti Socialiste a lancé un concours photo sur les réseaux sociaux.

Vous pouvez participer sur Twitter, Facebook et Instagram en postant votre photographie illustrant un lieu, une statue, un monument…etc. qui porte le nom de Jaurès.

Le détail du règlement est consultable sur le site du Parti Socialiste.

Notre section a joué le jeu en postant cette photo sur Instagram et sur Twitter:

#Jaurès2014

Et n’oubliez pas le hashtag #Jaurès2014!

Elodie Jauneau

Retour sur la Fête des Associations

Fête des Associations YerresLa Fête des associations qui s’est tenue hier sur l’Île Panchout fut une belle journée. L’occasion pour nous, élus et membres de la section PS de Yerres de renouer le contact avec nos sympathisants et notre électorat. Nos camarades d’Europe Écologie les Verts étaient également présents à nos côtés. Plusieurs Yerrois ont saisi l’occasion pour rencontrer Alain Bétant et Elodie Jauneau et aborder avec eux les sujets qui font l’actualité à Yerres en ce moment: rythmes scolaires, Conservatoire, Exposition Caillebotte… etc.

Cette journée a donné lieu à beaucoup de dialogue, d’écoute et d’échange avec les Yerrois qui nous ont également apporter leur soutien et nous encouragé à poursuivre nos actions afin de faire connaître au plus grand nombre nos positions sur l’actualité locale.

Nous avons également profité de l’évènement pour présenter aux Yerrois notre dernière publication réalisée en collaboration avec les membres d’EELV de Yerres, avec des Yerrois de gauche, toutes sensibilités confondues et avec des membres de notre section:

Le Canard’Yerres, le journal des socialistes et écologistes yerrois

Vous pouvez le consulter et le télécharger  en cliquant ici.

Canard'YerresIl sera distribué à tous les Yerrois d’ici la fin du mois du juin.

Vox de Gauche

Comment Nicolas Dupont-Aignan réécrit l’histoire à son avantage

Nicolas Dupont-Aignan hué par les jeunes YerroisNicolas Dupont-Aignan, rédacteur en chef du Journal des Yerrois, ne manque pas de culot. Pour preuve : la façon dont il relate la concertation avec les jeunes Yerrois au sujet du skate parc qui a été rasé deux jours après le 1er tour des élections municipales par décision unilatérale et sans concertation.

Nous vous en parlions déjà ici.

Les arguments du maire sont les suivants :

Vieillissant et plus aux normes, il ne répondait plus aux attentes des jeunes qui s’en plaignaient. De son côté, la direction déplorait son implantation trop proche du collège Budé : son emplacement isolé mettait en cause la sécurité des collégiens à la sortie des cours. Il était par ailleurs nécessaire de dégager de nouveaux emplacements pour le collège, les usagers des commerces du centre-ville et les spectateurs du CEC. »

La vérité est bien différente.

Rappelons-lui que les jeunes Yerrois étaient scandalisés par la destruction du skate parc. Personne, ni les jeunes, ni les parents d’élèves,  ni les professeurs n’ont été consultés avant cette décision. Ce n’est que face à leur mobilisation le 29 mars 2014 que la Municipalité a été contrainte d’organiser une concertation afin de leur proposer une solution alternative.

Par ailleurs, les premiers arguments avancés par la Municipalité étaient d’augmenter le nombre de places de parking pour les visiteurs de l’Exposition Caillebotte… Dont vous noterez ici qu’il n’est fait aucune mention.

Enfin, l’argument sécuritaire prête à sourire. La seule solution quand un « lieu isolé » met « en cause la sécurité des collégiens » est-elle simplement de le détruire ? La ville ne possède-t-elle pas suffisamment de caméras de vidéo-protection pour en implanter à proximité de ces fameux «lieux isolés » ? N’est-ce pas là justement la vocation de ces caméras ?

Un peu plus loin dans l’article, on peut également lire :

Ils [les jeunes] ont par ailleurs fait preuve de civisme en réclamant des poubelles à proximité des espaces de repos ».

Une fois encore, il y a de quoi sourire. La Municipalité méprise-t-elle à ce point les jeunes pour imaginer une seule seconde que la demande de poubelles est une preuve de civisme ? Veut-elle nous faire croire que si les jeunes n’en avaient pas demandées, il n’y en aurait pas eu ?

Il a donc été décidé qu’un nouveau skate parc serait implanté au Deux-Rivières. C’est une bonne nouvelle même s’il est regrettable que celle-ci ait été prise sous la contrainte.

Mais pourquoi en limiter l’accès selon des horaires précis ? Celui-ci ne peut-il pas être en accès libre en permanence ? De plus, rien ne permet d’affirmer que le site des Deux Rivières est moins « isolé » que celui de des rives de l’Yerres…

Bref. Dans ce dernier numéro du Journal des Yerrois, Nicolas Dupont-Aignan nous livre une nouvelle fois un joli numéro de gloriole.

Elodie Jauneau