SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

Contactez Elodie Jauneau et Jérôme Rittling copie

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

Immigration

Accueil des réfugiés : Nicolas Dupont-Aignan ignore le sens du mot « solidarité »

Yerres irréductibleUne nouvelle fois et, hélas sans surprise il faut bien l’avouer, Nicolas Dupont-Aignan s’illustre avec des propos inacceptables dans les colonnes du Parisien du 7 septembre 2015.

Alors que la France entière (droite et gauche confondues) fait bloc pour venir en aide à ces populations en souffrance qui fuient leurs pays en guerre, Monsieur le Maire fait savoir haut et fort que Yerres refusera d’accueillir ces réfugiés.

Faisant encore et toujours des amalgames dans une tambouille médiatique dont il est accoutumé, il flirte une nouvelle fois avec les idéaux nauséabonds du Front National.

Mais à la lecture de ses déclarations, quelques questions et mises au point s’imposent :

  • Pourquoi qualifier de « concours d’hypocrisie » un mouvement qui, dans de très nombreux pays, consiste à accueillir, à aider, à sauver des vies ? Où est l’hypocrisie ?
  • Quels sont les « efforts sociaux gigantesques » faits à Yerres dont il parle ? Ne sont-ce pas plutôt des efforts qui restent à faire, dans notre ville qui accuse un retard « gigantesque » en termes de logements sociaux, et dont les plus démunis et les plus précaires n’ont jamais été une priorité depuis qu’il est maire ?
  • De quelle « immense manipulation médiatique » parle-t-il ? En Allemagne, par exemple, les citoyens sont allés au-devant des réfugiés pour les accueillir spontanément, sans mot d’ordre de qui que ce soit, médias ou responsables politiques.
  • Sur quelle réalité se fonde-t-il pour affirmer que la France est « le pays le généreux du monde »?
  • Où a-t-il compté plus de 47 nationalités dans notre ville ? Peut-il en dresser la liste ? Dispose-t-il d’un fichier qui lui permette d’affirmer cela ?
  • Que compte-t-il faire vis-à-vis des Yerrois-es qui accueilleront – malgré tout – des réfugiés ?

Aurait-il eu les mêmes propos si les sondages indiquaient que les Français souhaitaient que tout soit fait pour accueillir le maximum de réfugiés ?

« Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur »

A défaut d’avoir réellement lu les Mémoires de de Gaulle, notre maire a sans doute trop lu de bandes dessinées étant plus jeune…

Stéphane Fabe

Alain Bétant

 

 

 

 

 

Communiqué : Les propos de Nicolas Dupont-Aignan vis-à-vis de l’accueil de réfugiés à Yerres sont une insulte à la République

Alors que l’élan de solidarité et de générosité est quasiment unanime partout en France pour répondre à l’urgence de la situation des réfugiés qui fuient leurs pays par milliers, Nicolas Dupont-Aignan s’est tristement illustré dans un communiqué indigne le 7 septembre 2015 dans les colonnes du Parisien.

Rétorquant que notre circonscription (la 8ème de l’Essonne) compte « plus de 47 nationalités différentes » et que « des efforts sociaux gigantesques » ont déjà été faits, Nicolas Dupont-Aignan agite le spectre de la déferlante migratoire comme s’il craignait que notre ville soit soudainement envahie par des hordes de réfugiés assoiffés de prestations sociales gratuites.

Nicolas Dupont-Aignan est hélas un habitué des sorties médiatiques que cet acabit.

Lui qui, à chaque évènement culturel local, appelle les Yerrois à la solidarité en les invitant à ouvrir leurs maisons aux touristes qui viendraient visiter notre ville, s’oppose aujourd’hui à accueillir des réfugiés à Yerres.

Quelle sera sa réaction si une famille yerroise décide d’héberger des réfugiés ou si une association locale met en place un dispositif d’accueil ? Ira-t-il en personne les chercher pour les jeter une nouvelle fois sur les routes de l’errance ?

Nous condamnons fermement ces propos et nous sommes affligés de constater que notre commune est une nouvelle fois montrée du doigt à cause des outrances et de l’indécence de son maire.

A l’heure où le Ministre de l’Intérieur s’adresse à tous-tes les maires de France afin de les inviter à s’inscrire dans une démarche collective de solidarité vis-à-vis des réfugiés, Nicolas Dupont-Aignan s’inscrit dans une démarche d’hostilité, ancré dans ses positions réactionnaires et conservatrices qui ne sont pas sans rappeler celles de l’extrême-droite.

Force est de constater que Nicolas Dupont-Aignan nourrit l’espoir que ses rêves de fermeture des frontières deviennent réalité à échelle municipale et nous, socialistes yerrois, nous engageons dès aujourd’hui à unir nos efforts avec tous-tes celles et ceux qui souhaiteraient venir en aide aux réfugiés dans notre ville.

Cliquez ici pour télécharger le communiqué.

Elodie JAUNEAU

Jérôme RITTLING

Nicolas Dupont-Aignan et les Roms

Préjugés clichés romsAlors qu’en août 2013 la Délégation Interministérielle à l’Hébergement recensait moins de 20 000 Roms sur le territoire national, M. Dupont-Aignan affirmait que les services préfectoraux en dénombraient plus de 100 000. Quelle est la vérité ?

En fait, les 20 000 Roms recensés par la DIH sont ceux qui vivent dans des bidonvilles. Pour arriver à 100 000, et donc frapper davantage les esprits, M. Dupont-Aignan a donné une estimation du nombre total de Roms vivant en France, dont la grande majorité est parfaitement intégrée (avocats, médecins,…).

Que faut-il penser des propos de Manuel Valls qui a assuré, quand il était ministre de l’Intérieur, qu’une minorité de familles Roms souhaitait s’intégrer ?

M. Valls a fait référence aux projets d’insertion qui concernent, en effet peu de familles. Mais il a oublié de dire que la plupart du temps, les camps sont évacués avant que les organismes sociaux ne puissent mener les diagnostics nécessaires pour identifier les familles souhaitant s’intégrer. Dire que peu de familles ne souhaitent pas s’intégrer est donc inexact.

L’expression « Roms migrants » est-elle juste ?

Non, car la plupart des Roms sont des citoyens européens et ne sont donc pas «migrants» au sens de la législation européenne.

Y a-t-il plus de Roms en France que dans les autres pays européens ?

Non. Les Roms sont plus nombreux en Espagne, en Italie ou en Belgique mais chez nos voisins, le sujet ne fait pas débat comme en France. Ici, la question est surmédiatisée et sur politisée car les Roms vivent dans des bidonvilles. En Espagne, par exemple, où ils sont beaucoup plus nombreux, le débat est beaucoup moins violent qu’en France car la majorité d’entre eux vit dans des logements sociaux en centre-ville.

Certains politiques, comme M. Dupont-Aignan, parlent d’un risque de créer un appel d’air. Y a-t-il plus de migrations des populations d’origine rom qu’avant ?

Non. Les études du Conseil de l’Europe montrent que la tendance est plutôt stable depuis une dizaine d’années. Il n’y a pas plus de Roms qui quittent la Roumanie que de Roumains. Il n’y a pas plus d’invasion en Europe occidentale qu’il n’y a d’appel d’air.

M. Dupont-Aignan a-t-il raison de faire régulièrement le lien entre les cambriolages et la présence de Roms ?

M. Dupont-Aignan a indiqué en octobre dernier, dans une émission de télévision, que le nombre de cambriolages avait été multiplié par 4 pendant la période durant laquelle un camp de Roms s’était installé à Vigneux, à côté de Yerres. Lors du conseil municipal du 9 avril dernier, il a réitéré en faisant le lien entre l’augmentation des cambriolages à Yerres (40 par mois) et la présence de ce camp. Après avoir triché sur les chiffres, M. Dupont-Aignan préfère stigmatiser ces populations et les accuser sans preuve de façon à justifier ses positions.

Justement, quelles sont les positions de M. Dupont-Aignan sur les roms ?

M. Dupont-Aignan propose de contrôler les frontières, de démanteler les camps et de supprimer les aides à la Roumanie. Ce sont de mauvaises solutions.

La remise en cause unilatérale des accords de Schengen serait un dramatique retour en arrière.

Concernant le démantèlement des camps, il ne peut être envisagé que si des propositions alternatives existent. On ne peut pas continuer à accepter que des familles soient chassées d’un endroit sans solution car cela les conduits à s’installer ailleurs, dans des conditions qui ne sont pas meilleures. En réalité il faut une politique publique d’accompagnement vers le droit commun dans tous les domaines (social, scolaire, logement, santé, travail) ainsi qu’une politique cohérente et concertée entre l’Union européenne, les pays d’origine, le gouvernement, les collectivités locales et les associations. L’Union Européenne, conformément à ses engagements, doit tout mettre en œuvre pour que ces populations ne soient plus contraintes, comme aujourd’hui, de quitter leur pays d’origine où elles sont marginalisées, voire persécutées. Des programmes validés et contrôlés doivent être mis en œuvre pour faire cesser toute discrimination à leur égard, en collaboration avec les pays membres.

Dire tout cela n’est pas faire de « l’angélisme bobo » comme l’ont affirmé certains responsables politiques de droite. C’est tout simplement mettre les valeurs de l’humanisme au service de la politique.

La vision qui consiste à faire de l’immigration la cause de tous nos problèmes est mensongère. La question de l’immigration a toujours été une question d’équilibre dans la société française.

Alain Bétant

Source de l’illustration. Article du Huffington Post: Happening de Roms à Paris pour dénoncer les clichés tandis qu’Amnesty publie un rapport accablant pour l’Europe

Les affabulations du FN sur l’immigration

A l’approche des élections municipales de mars 2014, les dirigeants du Front National ne cessent de faire des sauts de cabri pour séduire les mécontents, nombreux si on en croit les sondages en proclamant la banalisation de leur parti. Ce dernier s’inspire des extrémistes fascistes tels que les Déat, Doriot … collaborateurs avérés du régime de Vichy pour qui deux principes devaient guider la politique :

  • la haine de l’étranger,
  • le repli de la France sur soi.

D’où les deux principales propositions du FN :

  • discriminer les étrangers et stopper l’immigration,
  • sortir de l’Union Européenne, rejeter l’euro et revenir à une monnaie nationale.

S’agissant de l’immigration, le FN prétend:

1- qu’il y a trop d’étrangers en France.

Cette affirmation ne correspond pas à la réalité européenne. La moyenne européenne est en effet de 5,8% contre 5,1% en France et de 8,7% en Allemagne. Prétendre dès lors que les immigrés sont source de chômage est une parfaite contre-vérité si on se compare avec l’Allemagne.

2- que les immigrés coûtent cher à la France. Encore une contre-vérité. Toutes les études sérieuses et objectives démontrent que l’immigration rapporte aux Institution françaises : Etat, Collectivités locales Sécurité sociale…

Pour s’en convaincre, on peut se reporter à l’article de L’Express du 14 novembre 2012.

3- que les immigrés prennent le travail des Français.

Il faut être aveugle et de mauvaise foi pour ne pas constater que l’immense majorité des immigrés effectuent des tâches dont les nationaux ne veulent pas : dans le bâtiment et les travaux publics (BTP) dans les services (restaurants, ramassage des ordures ménagères…) Ils seraient à l’origine d’une pression à la baisse sur les salaires: effectivement cet effet serait de 0,48 euro pour un salaire de 1200 euros.

4- que les étrangers ne doivent pas bénéficier des prestations sociales.

Là on atteint l’abjection des propositions du FN : priver de prestations les personnes qui ont cotisé à cet effet. Et cela s’appelle du vol.

Vox de Gauche