SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

Contactez Elodie Jauneau et Jérôme Rittling copie

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

FN

Lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan

Monsieur Dupont-Aignan,

Nous souhaitons réagir à un courrier que vous avez envoyé aux Yerrois dans lequel vous tentez de justifier votre ralliement avec le Front National conclu entre les deux tours de l’élection présidentielle.

Nous passerons rapidement sur vos critiques de « diabolisation » (de votre décision) et de « manipulation » (pour imposer M. Macron à la tête de l’Etat) si ce n’est pour constater que vous n’avez pas perdu de temps pour emprunter le langage victimaire, totalement infondé, de vos nouveaux amis politiques.

Vous vous demandez si nous vivons encore en démocratie et vous vous étonnez que des non-Yerrois participent aux manifestations qui ont lieu devant votre mairie. Etrange paradoxe puisque le droit de manifester est l’un des principes fondateurs de la démocratie et étrange oubli puisque, nous vous le rappelons, vous n’êtes pas seulement le maire d’Yerres mais aussi le président d’une agglomération de 9 villes (dont les 8 autres maires ont réclamé votre démission) et le député d’une circonscription de 5 villes.

Vous vous réaffirmez gaulliste et humaniste, sans réaliser l’incompatibilité de ces valeurs avec celles du Front National, un parti dont le projet s’articule autour de l’hostilité envers l’étranger qui serait coupable de tous les maux dont souffrent les Français et du dogme de la préférence nationale, pourtant un danger mortel pour nos valeurs républicaines. Aussi, comment ne pas comprendre cette question posée devant votre mairie par l’un des manifestants « imagine-t-on de Gaulle se soumettre à Pétain ? ».

Comment pouvez-vous ignorer que, si la vitrine de vos nouveaux alliés s’est quelque peu adoucie en reléguant au deuxième plan la figure tutélaire de Jean-Marie Le Pen, l’arrière boutique reste pleine des mêmes idées nauséabondes portées par les mêmes pétainistes, racistes, xénophobes, négationnistes et intégristes en habits démocratiques ? Comment avez-vous pu vous entendre avec ces gens-là dont certains disaient encore récemment que Vichy n’était pas responsable du Vel d’Hiv. et que le gaz Zyklon B n’avait pas pu être utilisé dans les chambres à gaz ?

Comment vous étonner de la colère ressentie par les Yerrois, mais aussi par leurs voisins de l’agglomération et de la circonscription, qui ont sorti Mme Le Pen au 1er tour de la Présidentielle avec 2 fois moins de suffrages que la moyenne nationale et qui l’ont vue revenir en votre compagnie pour concourir au 2ème tour ? Comment ne pas comprendre la honte qu’ils ressentent de voir leur ville désormais montrée du doigt comme une ville d’extrême-droite?

                  Les socialistes et écologistes yerrois

Ralliement de Nicolas Dupont-Aignan au FN: la lettre d’un Yerrois en colère

lettreMonsieur le maire,

Par voie de presse, j’apprends que vous aller écrire aux Yerrois.

En premier lieu, sachez que ma boite aux lettres n’est pas une poubelle.

Je n’ai que faire de vos justifications, je sais depuis longtemps que vous et le FN, c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Mais maintenant ça a le mérite d’être clair.

Vos comptes de campagnes sont déjà suffisamment dans le rouge, évitez-vous des frais de postage.

Mais peut-être comptez-vous sur l’argent public de la municipalité ou de l’intercommunalité pour financer ce courrier?

Cela dit, je suis sans doute mauvaise langue. Peut-être que les frais de postage de ce courrier vont être pris en charge par le parti de Madame Le Pen.

Mais si vous prévoyez effectivement d’envoyer une lettre, ne l’envoyez pas uniquement aux Yerrois. N’oubliez pas de l’adresser également aux habitants des communes dont vous êtes le Député et de celles dont vous êtes le Président de la Communauté d’Agglo. Et ça fait beaucoup de monde.

De plus, si vous prévoyez effectivement d’envoyer une lettre, celle-ci se doit avant tout d’être une lettre d’excuses.

Un Yerrois en colère.

ps: si ce courrier devait arriver par voie électronique, je me ferais un plaisir de le classer dans les mails « indésirables », terme français qui vous va si bien, beaucoup plus parlant que SPAM.

Communiqué de presse – Nicolas Dupont-Aignan: le masque tombe!

Ce vendredi 28 avril, au journal de 20h de France 2, M. Dupont-Aignan, interviewé par Laurent Delahousse, a déclaré rallier Marine Le Pen pour le second tour des présidentielles.

M. Dupont-Aignan est maire de Yerres dans l’Essonne depuis 1995. Depuis 22 ans, nous ne cessons de dénoncer ses idées proches de celles de l’extrême-droite qu’il a traduites dans sa politique locale par une hausse vertigineuse de la fiscalité, un manque criant de mixité sociale et un appauvrissement général des services publics au bénéfice d’un embellissement très contestable en période de crise, d’une vidéo-protection surdimensionnée et d’un clientélisme exacerbé.

Nous tous, élus et militants socialistes et écologistes Yerrois, pointons du doigt depuis des années le durcissement de son discours à l’égard des étrangers, du repli sur soi, du retour au nationalisme et au protectionnisme. En réalité, son ralliement au Front National à l’aube du second tour des Présidentielles ne nous étonne pas. Il conforte notre honte d’avoir un maire qui à force de flirter avec les idées les plus réactionnaires et les plus nauséabondes a fini par s’écarter définitivement des valeurs d’humanité qui devraient guider les pensées et les actes des responsables politiques républicains, qu’ils soient de gauche, du centre ou de droite.

Lui qui se revendique en fils spirituel du Général de Gaulle… Imagine-t-on le général de Gaulle donner les pleins pouvoirs au maréchal Pétain ?

Elodie Jauneau, conseillère municipale
Jérôme Rittling, conseiller municipal et communautaire et secrétaire de section PS de Yerres
Fabienne Gabbanelli, représentante EELV à Yerres
L’ensemble des militants socialistes et écologistes de Yerres

Élections départementales: un défi collectif

Danger FN pireLes résultats récents liés aux intentions de vote pour les prochaines élections départementales font froid dans le dos. Ils ouvrent pour ma part, la porte à quelques interrogations et à de grosses incompréhensions.

Suite aux attentats perpétrés en France il y a quelques semaines, nous assistions à une mobilisation massive des français, prompts à revendiquer et réaffirmer les valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité. Plus de 5 millions de personnes se sont déplacées pour manifester.

Que voteront ces mêmes 5 millions de Français en mars prochain?

Il n’est pas concevable, logique et cohérent, que ces mêmes personnes puissent voter Front National ou même s’abstenir (ce qui d’une certaine façon, revient au même). Hors, force est de constater que les sondages troublent ce raisonnement. Bien sûr, il y a tout ceux qui, ce mémorable dimanche, sont restés chez eux et j’en ai fait partie. Mais quand même, c’est ahurissant et incompréhensible.

Comment est-ce possible que la mobilisation prévue pour les prochains votes ne soit pas aussi forte que lors des attentats?

Un attentat, par définition, et c’est en cela qu’il est si violent, ne peut pas s’anticiper. On est là, au mauvais moment, au mauvais endroit. Mais il serait inexcusable de ne pas aller voter pour un parti républicain, alors que nous sommes prévenus depuis des mois et que le mal et son auteur sont bien identifiés.

Bien sûr, les articles de la presse écrite qui dénoncent ce danger réel font moins de bruit que les bombes ou les coups de feu. Mais les dégâts que causeraient les probables victoires du FN ou du moins, ses arrivées massives au second tour seraient eux aussi tout aussi grave pour notre république. Et là, les victimes seraient bien trop nombreuses pour être comptées.

Anne-Laure Fonbaustier

Voter pour le FN, c’est se punir soi-même !

Vote FN Yerres Brunoy DépartementalesLe tract des candidats du FN aux élections départementales sur le canton de Yerres reprend naturellement les chevaux de bataille de l’extrême droite : sécurité, immigration, assistanat, menace islamiste, politique familiale, souveraineté, soumission à Bruxelles, identité de la France, etc… Bref, la litanie habituelle de l’extrême droite qui ne sait communiquer que sur les peurs et le rejet de l’autre.

Mais ce tract est d’abord et avant tout un déni de démocratie.

En premier lieu parce qu’il est le même pour tous les candidats du FN, dans tous les départements. D’un tract à l’autre, seuls changent les photos et les noms des candidats.

Sur 8 pages qui reprennent les égoïsmes haineux habituels de l’extrême droite, ce tract ne parle de l’Essonne que 2 fois : en haut à droite de la 1ère page pour mentionner le « canton de Yerres » (mention obligatoire) et au verso, sur 13 lignes écrites en gros, pour dénoncer une « politique de l’assistanat à outrance du département de l’Essonne » et un « projet indécent de stade de rugby à Ris-Orangis ». C’est tout ! Aucune référence au programme des candidats, à leurs idées pour améliorer la vie dans notre canton, à leurs propositions pour ce qui touche aux compétences du département. Aucune critique du bilan de la majorité sortante. Pas de présentation non plus des candidats si ce n’est leurs photos et leurs noms, aucune information sur l’identité de leurs suppléants… A croire qu’il s’agit de candidats virtuels, sans identité réelle.

Malheureusement, malgré les idées nauséabondes du FN, malgré le déni de démocratie dans lequel ce parti aime à se complaire, malgré les mises en garde (souvent maladroites) des démocrates (de gauche comme de droite) sur les conséquences du vote FN, il semble que les intentions de vote pour ce parti ne faiblissent pas. Il suffirait pourtant que les Français qui s’apprêtent à voter FN se renseignent sur ce qui s’est passé dans toutes les collectivités qui ont élu un Frontiste à leur tête. Moins de culture, moins de social, moins d’associatif, moins de solidarité, moins de libertés… En fait, le vote FN c’est comme un boomerang.

On veut punir certains, généralement parce qu’on est en colère, et on se punit soi-même.

Alain Bétant

Pourquoi le Front National peut gagner les prochaines élections grâce aux médias

FN presse médiasQuatre raisons principales expliquent les bons sondages du Front National :

  1. La situation économique et sociale du pays,
  2. le sentiment d’impuissance donné par les gouvernements successifs,
  3. l’écart entre les actes et les promesses des responsables politiques,
  4. et les affaires impliquant ces derniers.

En soi, ces raisons ne devraient pas suffire pour permettre à un parti xénophobe, réactionnaire et anti-européen de gagner des élections. Même en temps de crise. Mais un élément peut servir de catalyseur dans la conquête du pouvoir du FN, c’est la complaisance de la majorité des médias à son endroit, et ceci pour des raisons essentiellement mercantiles.

La situation économique du pays fragilise notre pays. Pour réduire le chômage, les Français se disent:

« On a tout essayé sauf le FN. »

Et maintenant que sa vitrine n’est plus incarnée par le père mais par la fille, apparemment plus présentable, pourquoi ne pas lui donner une chance ? Mais pourquoi si peu d’organes de presse se font l’écho des mensonges proférés par le FN notamment sur l’immigration ? Pourquoi les argumentaires anti FN, notamment sur ce qu’il adviendrait de l’Etat si ses propositions étaient mises en œuvre, ne sont-ils pas relayés par les médias ?

Seuls Médiapart et quelques médias confidentiels publient régulièrement des contre-argumentaires étayés aux propositions et aux mensonges du FN. Ainsi, au gros son de cloche vendeur du FN ne répondent aujourd’hui que des petites clochettes dispersées et inaudibles.

Par ailleurs, la majorité des médias ne cesse de répéter que l’écart entre les promesses des dirigeants politiques et leurs actes n’a jamais été aussi important. Pourtant, 52 des 60 propositions de François Hollande ont déjà été réalisées ou sont en voie de l’être. Mais qui le sait ? Si les médias n’en parlent pas, n’est-ce pas parce que la seule ligne éditoriale qui semble prévaloir aujourd’hui, la plus vendeuse, est le « Hollande bashing » (on ne sait plus d’ailleurs plus si c’est le « Hollande bashing » qui alimente les mauvais sondages ou si ce sont les mauvais sondages qui alimentent le « Hollande bashing ») ?

Ceci étant dit, à la décharge de la presse, c’est aussi parce que François Hollande, en mettant en œuvre des mesures « droitières » qui ne figuraient pas dans son programme et en s’accrochant à sa promesse d’inverser la courbe du chômage fin 2013, a accrédité l’idée aux yeux des Français qu’il fait des promesses qu’il ne tient pas et surtout que le PS, après l’UMP, est impuissant à sortir le pays de la crise. Malgré tout, la vérité devrait commander à la presse de faire état de toutes ces informations et pas seulement d’une partie d’entre elles, les plus favorables au « Hollande bashing », donc les plus favorables au FN.

Autre raison qui explique la montée du FN : les affaires. Alors que le FN totalise davantage de condamnations que tous les autres partis réunis, il n’est question dans la presse que de celles, certes lamentables, du PS et de l’UMP. Les Français ont-ils su, par exemple, avant les dernières Municipales, que 3 maires frontistes sur les 4 qui sont devenus maires en 1995 ont été condamnés ? Corruption, clientélisme, chasse aux sorcières… à Vitrolles, Toulon, Orange et Marignane, les municipalités frontistes ont laissé un bilan déplorable. Ce bilan a t-il été porté à la connaissance des Français pour les éclairer dans leur choix ? Mais non… Grâce au silence complaisant de la majorité des médias de masse, le FN a réalisé un très bon score aux Municipales et une majorité de Français pense aujourd’hui que les affaires sont essentiellement le fait d’élus UMP et PS.

Pour vendre davantage leurs publications, une bonne partie de la presse évite aujourd’hui de cultiver le sens critique et le discernement des Français et présente les informations de façon souvent tronquée, non-objective et non-contradictoire en relayant des thèses autant inexactes que scandaleuses, sans donner la possibilité à la vérité de se faire réellement entendre. En privilégiant la mise en exergue du spectaculaire, des scandales, des informations people, des petites phrases, des propos péremptoires et souvent inexacts, de nombreux Français assimilent aujourd’hui les islamistes radicaux aux musulmans, les musulmans à des non-Français, les chômeurs à des fainéants, les étrangers à des assistés (au détriment, bien sûr, des « bons Français » que l’Etat n’aide pas alors qu’eux payent des impôts…). Tout cela procède d’une même volonté de vendre du papier au détriment de la vérité, de la morale et de l’éthique, et au risque que les extrêmes en profitent lors des prochaines élections. Toute cette dialectique nauséabonde sur laquelle le FN fait commerce est malheureusement entretenue par un grand nombre de médias ou alors beaucoup trop faiblement dénoncée par eux.

La question est donc posée :

« Est-il possible de faire aujourd’hui une presse de masse économiquement viable qui soit non racoleuse, objective, contradictoire, une presse d’investigation qui informe vraiment, qui tire vers le haut, qui interroge, qui fait réfléchir ? »

Aujourd’hui, on peut malheureusement en douter quand on voit les Unes, qu’elles proviennent de médias quotidiens ou hebdomadaires, papier ou audiovisuels.

Alain Bétant