Essonne

Budget 2016 de l’Essonne : La droite est là, l’austérité aussi !

Mesures budgétaires CD91Lundi 25 janvier 2016, le Conseil départemental de l’Essonne a fait le choix de l’austérité. Pas très étonnant pour ceux qui connaissent François Durovray, son nouveau président, qui a été le bras armé de Nicolas Dupont-Aignan quand ce dernier a décidé d’augmenter de plus de 40% la taxe d’habitation des Yerrois-es.

Ce choix est clivant puisque ce budget n’a été adopté qu’à 25 voix de la majorité, 3 s’étant abstenues et 2 ayant voté contre aux côtés des 12 élu-e-s du groupe RGE.

Alors que les compétences du Conseil départemental semblent parfois éloignées des préoccupations de nos concitoyen-ne-s, des Essonnien-ne-s et des Yerrois-es, les mesures fiscales et budgétaires qui ont été adoptées en début de semaine sont bien concrètes et auront des répercussions immédiates sur notre vie quotidienne.

Dans le viseur de ce budget : les familles, les jeunes et les plus fragiles. Autrement dit, plusieurs dizaines de milliers d’Essonnien-ne-s.

Sans avoir jamais consulté l’opposition et en balayant d’un revers de main la totalité du contre-budget et des mesures proposées par nos élu-e-s, la majorité de droite a décidé d’étrangler les Essonnien-ne-s.

Basé sur une hausse d’impôts de 29% – ce qui, dans notre commune déjà hyper-fiscalisée, aura des conséquences immédiates sur le pouvoir d’achat des Yerrois-es – le budget adopté par le Conseil départemental est à l’image des décisions prises par la droite dans son ensemble, qu’elle soit à la tête de nos mairies ou de notre région :

  • Abandon de la carte jeune
  • Fin de la subvention de la carte Imagin’R pour les collégiens
  • Fin de la gratuité dans l’aide à la restauration scolaire
  • Fin de l’expérimentation des petits déjeuners dans les collèges
  • Suppression du Festival Cinessonne
  • Abandon de l’APA+ pour nos séniors les plus modestes
  • Baisse des subventions aux associations de lutte contre les discriminations
  • Baisse du financement des missions locales de l’Essonne
  • Fin du co-financement des emplois d’avenir
  • …etc.

Alors que d’importantes concertations sont actuellement en cours à Matignon pour repenser et proposer de nouvelles solutions sur le financement des aides sociales – qui relèvent, rappelons-le, des compétences obligatoires du Conseil départemental –, alors que le budget pouvait être voté jusqu’au 15 avril 2016, François Durovray a préféré s’inscrire dans une posture démagogique et droitière. Exactement comme il l’a fait en arrivant à la tête de la mairie de Montgeron en 2014 où il a immédiatement augmenté les impôts de 12% juste avant de démissionner pour rejoindre la Présidence du Conseil départemental.

Conscient des difficultés à résoudre au plus vite, le groupe des élu-e-s RGE a proposé un contre-budget garantissant 15 millions d’euros d’économies sans aucune augmentation d’impôts, 2,5 millions de recettes, le maintien de la dette à un niveau supportable et un soutien indéfectible à celles et ceux qui en ont le plus besoin : les jeunes, les familles et les plus fragiles.

A tous-tes celles et ceux qui considèrent encore que la droite et la gauche, c’est la même chose ou, pour reprendre une expression populaire, c’est « blanc bonnet et bonnet blanc », les décisions qui viennent d’être prises cette semaine par l’exécutif départemental démontrent sans aucune équivoque possible que nos valeurs, nos priorités et nos luttes ne sont clairement pas les mêmes.

Moralité : ce dont les Essonnien-ne-s ont vraiment besoin, la droite a décidé de s’en passer. 

Elodie Jauneau

Rencontre avec les candidat-e-s de l’Essonne aux élections régionales

visuelSamedi 14 novembre de 10h à 12h, le BartoTour91 fera escale à Yerres, sur le parvis du CEC.

A cette occasion, vous pourrez rencontrer vos élu-e-s Elodie Jauneau et Jérôme Rittling, mais surtout quelques-un-e-s des candidat-e-s essonnien-ne-s aux élections régionales sur la liste menée par Claude Bartolone.

Venu-e-s de toute l’Essonne, militant-e-s, élu-e-s et candidat-e-s seront à Yerres pour échanger avec vous autour du projet de Claude Bartolone et des enjeux de ces élections régionales.Vous pouvez si vous le souhaitez nous confirmer votre présence en cliquant sur l’un des liens ci-dessous :

A samedi !

Départementales 2015: Le programme défendu par Nicolas Dupont-Aignan est un tissu de démagogie et de contre-vérités

Yerres Clodong Lamoth Dupont-Aignan Départementales BrunoyAujourd’hui fut un grand moment de désarroi.  En effet, je me suis attelé à une tâche himalayenne: lire le programme du ticket soutenu par Nicolas Dupont-Aignan aux élections départementales des 22 et 29 mars prochain.

Première remarque : pour écrire un tel monceau d’inepties, il ne faut pas avoir une connaissance très élaborée de la vie départementale et des compétences du Conseil Général. Ensuite, la capacité mémorielle des candidats semble fortement dégradée. En effet, oser proposer un programme qu’ils n’ont jamais été capables de mettre en place dans leurs communes respectives, sans parler du fait qu’ils semblent complètement sourds aux propositions de leur concitoyens, cela force le respect.

Car, non seulement, ils passent leurs mandats actuels à dénigrer les propositions de leurs concitoyens mais maintenant qu’ils sont en campagne, ils s’autoproclament défenseurs des « vraies » valeurs, sous-entendu, les leurs.

Il serait temps que cette équipe composée d’extrêmo-souveraino-monarchistes passe enfin la main plutôt que de s’attacher à un monde qui est davantage tourné vers le passé que vers le 21ème siècle. Le tout en ne manquant pas d’évoquer les tragiques attentats parisiens du mois de janvier pour développer le concept d’une pseudo-république dans laquelle le culte du « moi je » prime sur celui de l’intérêt général.

  • Comment une telle équipe peut proposer une aide aux plus fragiles et aux personnes en situation de handicap lorsque dans les quartiers de Yerres les plus peuplés, seulement 3% de places de stationnement sont réservés aux personnes à mobilité réduite (par exemple : dans le quartier des Tournelles) ?
  • Comment une telle équipe peut proposer un financement des crèches, lorsque dans le même temps, elle en a supprimé plusieurs dizaines depuis 1995 à Yerres et qu’elle entend désormais facturer les frais de dossier à 50€ par famille ?
  • Comment une telle équipe peut proposer de financer les écoles de musique après sa tentative de démantèlement du Conservatoire à Rayonnement Départemental (CRD) ?
  • Comment une telle équipe peut évoquer la gestion des collèges quand, à échelle municipale, elle ne fait rien pour restaurer les écoles, mettre aux normes les gymnases (sinon en apparence parce que « ça se voit ») et que son leader, Nicolas Dupont-Aignan, ose leur imposer de « faire le ménage » en classe et dans les salles de sport ?
  • Comment une telle équipe peut prétendre défendre les transports – tout en affirmant que la Région et le Département sont inertes – alors que qu’une avancée majeure comme le pass navigo à tarif unique vient d’être adoptée et que leurs comparses élus au Conseil Régional ont voté contre ?
  • Comment une telle équipe peut défendre l’environnement quand, à échelle municipale, écologie ne rime qu’avec fleurissement de la ville ?
  • Comment oser critiquer les soit-disant dépenses pharaoniques du Département alors que Yerres a profité de subventions sans précédent du Conseil Général notamment pour promouvoir l’Exposition Caillebotte dans tout le département ?
  • Comment oser parler de hausse d’impôts alors que Yerres est l’une des communes les plus taxées de France et que les impôts du Conseil Général n’ont pas augmenté d’un centime depuis qu’il est à gauche, contre 47% lorsqu’il était dirigé par la droite ?
  • Comment oser parler de sécurité à échelle du Département, lorsqu’à Yerres, celle-ci se résume à près de 120 caméras de vidéo-surveillance, une brigade équestre inutile et une incitation à la délation avec le dispositif des voisins vigilants ?
  • Comment oser parler de sécurité routière lorsqu’à Yerres, on incite les écoliers à juger le comportement de leurs parents au volant ?

Je suis finalement parvenu à lire ce « programme » jusqu’au bout, non sans une certaine douleur et des picotements dans les yeux.

Denis Montarou

En Essonne, les 22 et 29 mars, on vote pour la Gauche unie et rassemblée

Elections départementales en EssonneElections départementales en Essonne