SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

Contactez Elodie Jauneau et Jérôme Rittling copie

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

Egalité

Un plan égalité femmes-hommes à Yerres : mieux vaut tard que jamais !

50-50Lors du dernier conseil municipal, le plan égalité femmes-hommes a été adopté à l’unanimité. Il eut été en effet incompréhensible de voter contre. Nous pouvons donc nous en féliciter collectivement par-delà les clivages politiques. D’autant que cette décision s’inscrit dans la continuité de toutes les mesures portées par le Gouvernement depuis 2012.

Néanmoins…

On peut s’étonner que ce plan n’arrive que maintenant. Nicolas Dupont-Aignan est maire de Yerres depuis plus de 20 ans et il semble que cette question lui ait complètement échappée pendant toutes ces années.

Dans le Parisien du 26 avril 2016, on peut lire la déclaration d’Olivier Clodong, 1er Adjoint et Conseiller départemental :

« On s’est aperçu que le personnel de mairie était composé à 60 % de femmes »

… Diantre… Quelle surprise ! Il l’a découvert comme ça ? Par hasard ?  Est-ce à cause de cette subite découverte que ce plan a été établi ? Si la proportion avait été inverse, doit-on en conclure que ce plan n’aurait pas vu le jour ?

Monsieur Clodong ajoute ensuite :

« Pour la jeunesse, nous veillerons par exemple à ce que les filles et garçons aient le même accès à la bourse au permis »

… Doit-on en conclure que jusqu’à présent, ce n’était pas le cas ?

Pourquoi ne pas simplement reconnaître que Yerres accusait un retard en matière d’égalité femmes-hommes et qu’il était grand temps d’y remédier ?

Alors que depuis des années, tous les conseillers municipaux, qu’ils soient hommes ou femmes ne voient jamais leur fonction féminisée, alors que la ville n’organise jamais le moindre évènement à l’occasion du 8 mars, et qu’aucun-e élu-e de la majorité n’était présent-e l’année dernière à la journée dédiée à Olympe de Gouges et organisée par la Ligue des Droits de l’Homme, alors que Nicolas Dupont-Aignan est farouchement opposé au concept de genre, alors que Madame Ettori était jusque très récemment « conseiller municipal en charge du droit des femmes », nous ne pouvons en effet que nous réjouir de cette prise de conscience, certes tardive, mais bienvenue.

Nous ne pouvons également que nous réjouir que la plupart des remarques de terminologie que j’ai soumises aient été prises en compte pour la finalisation de ce plan ambitieux et les Yerrois-es peuvent être assuré-e-s de notre vigilance pour sa mise en œuvre.

Elodie Jauneau

—–

—–

Cliquez ici pour accéder à l’intégralité du plan égalité femmes-hommes tel qu’il a été adopté en conseil municipal.

Retrouvez ci-dessous les propositions que j’ai soumises en Commission des affaires sociales, scolaires et petite enfance.

Egalité FH YerresCi-dessous, extrait de la 4ème de couverture du Journal des Yerrois spécial « 20 ans de mandat »

CM masculin

A Yerres, la culture se limite à celle des fleurs

Culture YerresHier, je suis allé, en famille, voir un spectacle pour enfants à Valenton (13 000 habitants à 5 kms de Yerres). En arrivant à l’entrée du centre culturel, alors que je sortais mon portefeuille, une personne me dit à l’accueil :

« C’est gratuit ici, Monsieur. A Valenton, de très nombreux spectacles sont gratuits, ainsi d’ailleurs que bon nombre d’activités culturelles ».

De retour chez moi je suis allé sur le site de Valenton et ai pu lire ceci, en exergue aux nombreux évènements culturels organisés par la ville :

« La politique culturelle de la Ville vise à faciliter l’accès du plus grand nombre à l’offre culturelle, elle participe à la conservation de la mémoire collective, favorise les actions d’éducation et de sensibilisation à toutes les disciplines artistiques ».

Bref, Valenton a une véritable politique culturelle, une vision, une stratégie, des objectifs qui mettent en œuvre le plus grand nombre de disciplines culturelles possibles, pour tous les Valentonnais.

Que pouvons-nous lire sur le site de Yerres (30 000 habitants) ?

« À chaque nouvelle saison culturelle son lot de nouveautés, d’émotions… La culture se développe autour de deux axes : le spectacle vivant et les expositions ».

Traduisez : la culture se développe autour de spectacles chers, achetés sur catalogue, sans aucune création, destinés quasiment exclusivement aux adultes et notamment au 3ème âge et aux 2 expositions annuelles organisées à Caillebotte.

Comme politique culturelle, il y a mieux !

Il faut dire que la Culture a toujours été le cadet des soucis de M. Dupont-Aignan. La meilleure preuve en est que sur l’organigramme des élus il faut aller à la 14ème place pour trouver une conseillère municipale « déléguée à la Culture ». Cette bizarrerie date de l’époque, il y a une bonne dizaine d’années, où l’adjoint à la Culture de M. Dupont-Aignan avait démissionné quand il avait compris que sans moyen et sous la censure permanente de son chef, il lui était impossible de mettre en œuvre une politique culturelle digne de ce nom. Cela n’a pas changé. Aujourd’hui, à Valenton, ville de gauche dirigée par le PC, l’élue en charge de la Culture est la 4ème adjointe.

Mais bon.. à Yerres, contrairement à Valenton, la flotte automobile est une compétence d’un adjoint et non d’un conseiller. A chacun ses priorités !

Alain Bétant

Yerres : le dur chemin vers l’égalité femmes-hommes

8 mars égalité YerresDans l’éditorial du Journal des Yerrois de mars, Monsieur Dupont-Aignan déclare :

« Le 8 mars est la Journée de la femme »

Ça commence mal car l’appellation officielle et internationale pour cette date du 8 mars est :

« Journée internationale des droits des femmes »

Il mentionne également Madame Ettori comme « conseiller municipal en charge du Droit des Femmes« . Et plus loin, en page 6, figure une interview de Madame Ettori « conseiller municipal chargé du Droit des Femmes« .  Outre la dénomination de conseiller plutôt que conseillère, nous noterons ici que chargé s’accorde avec conseiller et non avec Madame Ettori. Cela peut sembler logique si ce n’est que, plus loin, page 19, c’est le contraire… Il est en effet mis à l’honneur le brigadier Muriel More, décorée de la médaille de la ville. Ici l’adjectif décorée est accordé avec Muriel More. Quant aux tribunes libres de la page 18, outre celle du parti socialiste, elles sont signées par trois femmes, chacune d’entre elles étant conseiller municipal et non conseillère municipale.

Alors quelle est la règle ?

En fait, d’une façon générale, il est recommandé d’accorder les fonctions au masculin (le neutre n’existant pas en français) et les métiers au féminin (quand cela est possible). Cependant la Commission générale de terminologie et de néologie ainsi que l’Académie française considèrent  pour les fonctions que:

« cette indifférence juridique et politique au sexe des individus peut s’incliner devant le désir légitime des individus de mettre en accord, pour les communications qui leur sont personnellement destinées, leur appellation avec leur identité propre ».

Donc, si Madame Ettori souhaitait être conseillère municipale plutôt que conseiller municipal, rien ne s’y opposerait (d’autant plus qu’elle est en charge du droit des femmes !). Quant à Madame More, rien ne l’empêcherait non plus, si elle le voulait, de se faire appeler brigadière-chef plutôt que brigadier-chef.
Dans son éditorial, Monsieur Dupont-Aignan constate qu’il reste encore beaucoup à accomplir pour donner une réalité complète au mot ÉGALITÉ. Nous ne lui faisons pas dire ! Et ceci d’autant plus que même les femmes n’ont pas forcément le réflexe de s’affirmer en tant que femmes quand elles le peuvent.

Alain Bétant

L’absurdité des tarifs du Cinéma Paradiso à Yerres

Cinéma Paradiso YerresLors du dernier conseil municipal, le point n°6 à l’ordre du jour portait sur la révision des tarifs du Cinéma Paradiso.

Que les tarifs augmentent, c’est regrettable certes, mais sans aucun doute nécessaire pour le bon fonctionnement du cinéma. Par ailleurs, les tarifs pratiqués par le Paradiso étant déjà préférentiels, même en augmentant, ils resteront attractifs.

En revanche, ils ne sont pas préférentiels lorsque les Val d’Yerrois achètent une carte d’abonnement de 10 places. On aurait pu imaginer que pour l’achat d’une carte de 10 places, la 11ème soit offerte ou qu’on n’en paie que 9 pour 10.

Mais non. Et voici l’argument avancé dans le rapport de présentation :

« Le délégataire souhaite maintenir le principe du coût de la carte d’abonnement du Val d’Yerres identique à la vente à l’unité, afin de garantir l’équilibre financier du cinéma mais d’inciter les extérieurs au Val d’Yerres à fréquenter également assidument ce dernier. »

Ainsi, pour les Val d’Yerrois, la place de cinéma passe de 5 € à 6 € et la carte d’abonnement de 10 places passe de 50€ à 60€.

Pour les spectateurs hors Agglomération du Val d’Yerres, la place de cinéma passe de 7,50€ à 8€ et la carte d’abonnement de 10 places passe de 60€ à 70€. Elle est donc plus avantageuse pour eux.

Dans ces conditions, quel est l’intérêt pour les Val d’Yerrois d’acheter une carte d’abonnement ?

La réponse qui nous a été fournie en conseil municipal ne manquera pas de faire sourire celles et ceux d’entre vous qui ont l’habitude de fréquenter le Paradiso.

En effet, Madame Renonciat nous a expliqué qu’en cas d’affluence, la carte d’abonnement faisait office de « coupe-file » !

Ce qui est totalement faux.

Jamais, et même en cas de forte affluence aux projections par exemple de Gravity d’Alfonso Cuarón, de Samba, d’Intouchables d’Olivier Nakache et Éric Toledano ou encore de Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne, jamais les cartes d’abonnement n’ont servi à couper les files.

Et ce pour deux raisons : la première, c’est que la carte ne donne pas accès à la salle, elle donne le droit à un ticket de cinéma après débit de la carte ; la seconde, c’est qu’il n’y a qu’une seule personne au guichet et que, pour des raisons évidentes, il lui est impossible de gérer en même temps les spectateurs abonnés des spectateurs occasionnels.

Par conséquent, l’argumentaire de la Municipalité censé nous expliquer pourquoi la carte est plus avantageuse pour habitants hors Val d’Yerres plutôt que pour les Val d’Yerrois, ne tient pas la route une seule seconde.

Enfin, en commission Finances et Affaires Générales du 13 novembre, Jérôme Rittling a expliqué que la Fédération Nationale du Cinéma Français a mis en place début 2014 un tarif de 4€ pour les jeunes de moins de 14 ans, alors que les tarifs proposés aujourd’hui au Paradiso sont de 5 € pour les moins de 12 ans. Il conviendrait donc que ces tarifs soient ajustés afin d’être conformes à la politiques tarifaire nationale.

Par ailleurs, au Cyrano de Montgeron, certains spectateurs (famille nombreuse, étudiant, personne en recherche d’emploi ou de plus de 60 ans) hors agglomération de Sénart Val de Seine peuvent bénéficier d’un tarif réduit, ce qui n’est pas le cas au Paradiso pour les spectateurs hors Val d’Yerres. Le tarif réduit est de 5,10€ et la carte d’abonnement de 10 places est à 46€, sans parler du tarif réduit pour les jeunes de moins de 12 ans (3,50€) et de moins de 14 ans (4€).

Dans ces conditions, les familles nombreuses, les étudiants, les personnes en recherche d’emploi ou de plus de 60 ans du Val d’Yerres ont plus intérêt à se rendre au Cyrano à Montgeron (tarif réduit à 5,10€) qu’au Paradiso à Yerres (6€ au 1er janvier 2015).

C’est pourquoi, Jérôme Rittling et moi-même nous sommes abstenus au moment du vote parce que nous exigeons une tarification logique et équitable basée sur des arguments solides et davantage de justice sociale.

Ci-dessous le rapport de présentation.

Elodie Jauneau

Rapport de présentation Cinéma Paradiso Yerres

Yerres : Polémique sur la « préférence nationale »

Retrouvez ci-dessous l’article du Parisien qui reprend nos inquiétudes quant aux critères de nationalité imposés par la Municipalité pour les candidats au dispositif « Coup de Pouce » au permis de conduire.

On appréciera tout particulièrement la réponse de Monsieur le Maire:

« Cela existe depuis des années et personne ne s’en est jamais ému. D’ailleurs, nous n’avons jamais exclu personne de ce dispositif à cause du critère de nationalité. »

Ce n’est pas parce que personne « ne s’en est jamais ému » qu’il convient de laisser le dispositif en l’état.

Sur le même sujet, nous sommes toujours dans l’attente d’une réponse à notre requête adressée mercredi 26 novembre à Monsieur le Maire.

Yerres polémique préférence nationaleElodie Jauneau

Lettre à Nicolas Dupont-Aignan: demande de suppression d’un critère de discrimination

Coup de pouce permis de conduire YerresRetrouvez ci-dessous copie du courrier que nous venons d’adresser à Monsieur le Maire au sujet du règlement du dispositif « Coup de Pouce au permis de conduire » qui comporte un critère de discrimination relatif à la nationalité.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de la réponse qui nous parviendra.

Monsieur le Maire,

Nous saluons l’effort qui a été fait par vos services afin de réécrire le règlement du dispositif Bourse Jeune Animateur Yerrois après que Jérôme Rittling a soulevé en Commission Affaires Générales et Finances du 13 novembre dernier le caractère discriminatoire du premier critère d’éligibilité au dispositif, à savoir: être de nationalité française.

En effet, comme vous le savez fort bien, aucune loi n’impose la nationalité française aux jeunes qui souhaitent obtenir le BAFA.

Selon la même logique, Monsieur Rittling et moi-même sollicitons une réécriture du dispositif Coup de Pouce au permis de conduire afin que la mention « être de nationalité française » soit supprimée de la liste des conditions à remplir pour pouvoir en bénéficier.

En effet, comme vous le savez (encore) fort bien, tout le monde peut passer le permis de conduire en France et ce, quelle que soit sa nationalité.

Par conséquent, quand le règlement du dispositif Coup de Pouce au permis de conduire aura été modifié, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir le soumettre à l’approbation du prochain Conseil Municipal.

En cas de refus de votre part, nous serions dans l’obligation de saisir le Tribunal Administratif pour discrimination.

Nous vous remercions par avance de bien vouloir nous tenir informés des suites que vous donnerez à cette requête et, dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Maire, en l’expression de notre considération sincère.

Elodie JAUNEAU et Jérôme RITTLING

La préférence nationale ne passera pas par Yerres

Yerrois de soucheLors du Conseil Municipal du 24 novembre 2014, le point n° 27 à l’ordre du jour visait à approuver le règlement de la convention type de la Bourse Jeune Animateur Yerrois.

Préalablement, ce point a été examiné en Commission Finances et Affaires Générales le 13 novembre 2014. Pendant cette commission, Jérôme Rittling a attiré l’attention des élus sur les critères d’éligibilité au dispositif. En effet, tel que le dispositif nous a été présenté, il était stipulé que les candidats à la Bourse Jeune Animateur Yerrois devaient être de nationalité française.

Règlement mentionnant la nationalité

Ce critère étant contraire à nos principes républicains d’égalité, Jérôme Rittling a soulevé cette question en Commission.

question Jérôme Rittling

Jérôme Rittling n’a reçu aucune réponse à sa question.

Lorsque l’ordre du jour détaillé du Conseil municipal nous a été transmis le 18 novembre, ce critère discriminatoire figurait toujours dans le règlement dudit dispositif. Dans ces conditions, il était hors de question que nous, élus socialistes, approuvions ce règlement en l’état.

Cependant, le point n°27 a été modifié en séance ce lundi 24 novembre et nous a été présenté ainsi :

Point 27 modifié

Nous nous réjouissons que les remarques de Jérôme Rittling aient été prises en compte mais nous regrettons néanmoins que ce critère reste encore flou. Il eut été plus clair de citer la loi afin de dissiper les doutes :

« La personne volontaire doit posséder la nationalité française ou celle d’un État membre de l’Union européenne ou celle d’un État partie à l’accord sur l’Espace économique européen ou justifier d’une résidence régulière et continue de plus d’un an en France. La condition de durée de résidence ne s’applique pas lorsque la personne volontaire est bénéficiaire d’un contrat d’accueil et d’intégration tel que défini à l’article L. 117-1 du code de l’action sociale et des familles. »

Source : LOI n° 2006-586 du 23 mai 2006 relative au volontariat associatif et à l’engagement éducatif

Nous regrettons aussi qu’il ait fallu 15 jours à la Municipalité pour mesurer le caractère discriminatoire de ce critère et nous sommes surpris que la première ébauche de ce règlement n’ait heurté personne dans la Majorité municipale.

C’est pourquoi nous nous sommes penchés sur les autres dispositifs existants et nous allons saisir la Municipalité pour que le Coup de Pouce au permis de conduire soit modifié.

Selon les mêmes principes d’égalité, nous exigeons que le critère de nationalité française soit retiré du règlement de ce dispositif car aucune loi française ne stipule que le candidat au permis de conduire soit français.

Coup de pouce permis de conduire YerresNous ne manquerons pas de vous tenir informés des suites données à nos requêtes.

Elodie Jauneau

Contribution d’Elodie Jauneau pour les Etats Généraux du PS #EGPS

Elodie Jauneau EGPSThème 6: droits et individus

Oui on peut dire « je » et « nous », l’un n’allant pas sans l’autre. Mais il ne peut y avoir de « je » ni de « nous » sans parité, sans lutte contre les discriminations, contre la pauvreté et l’exclusion. Être socialiste, c’est avoir le courage de faire tomber les barrières de genre et les barrières socio-culturelles pour plus d’égalité. Être socialiste, c’est ouvrir les yeux sur la société, prendre en considération ses mutations et ses évolutions afin qu’elle s’adapte à toutes et à tous: mariage pour tous, droit de vote des étrangers aux élections locales… Mais pas seulement. Être socialiste, c’est oser le progressisme et oser affronter les obscurantistes, les réactionnaires et les conservateurs qui sont figés dans une société aux valeurs d’un autre temps. Être socialiste, c’est avoir le courage de poser les questions qui « dérangent »: PMA, GPA, droit de vote des étrangers, droit à mourir dans la dignité, dépénalisation du cannabis… Mais c’est surtout avoir le courage d’y répondre car ce sont des questions de société. Et la société, c’est « je », c’est « nous ».

Elodie Jauneau

Des quotients familiaux toujours injustes à Yerres

calcul quotientLors du dernier conseil municipal, le 34ème point à l’ordre du jour portait sur « la révision des tarifs des services municipaux applicables à compter du 1er septembre 2014 et du 1er janvier 2015 ».

Parmi les différentes prestations municipales, plusieurs répondent à des tarifs variables selon les quotients familiaux.

Cliquez ici pour accéder au détail du point 34 qui concerne les tarifs des services municipaux selon les quotients familiaux.

Dans son programme électoral pour les Municipales 2014, Nicolas Dupont-Aignan promettait en page 7 :

« Revoir la grille des quotients familiaux pour multiplier les tranches et adapter les tarifs aux revenus des familles ».

Et ce n’est pas la première fois qu’il en parle. Ca fait des années qu’il promet aux Yerrois une révision totale de la grille des quotients.

Quelle ne fut donc pas notre surprise de constater que ce point n’évoquait aucune révision des quotients familiaux mais une hausse pure et simple des tarifs des prestations municipales. Pour preuve, la grille ci-dessous qui illustre l’augmentation des tarifs de centre de loisirs et des repas scolaires :Quotients Familiaux Yerres

Nous sommes donc très loin de la promesse de campagne de Nicolas Dupont-Aignan.

Pour mesurer l’ampleur de l’injustice pratiquée à Yerres en termes de quotients familiaux, il suffit de se rendre sur la page du site dédiée à la simulation :

  • Un couple avec un seul enfant à charge, et dont les revenus annuels sont de 34 320 € bruts (soit un SMIC mensuel chacun) sans aucune autre source de revenu, se situe dans la tranche A, soit la plus élevée des Yerrois.
  • Si l’un des deux parents se retrouve au chômage, les revenus annuels de ce couple seront de 27 960 € bruts. Ils se retrouvent dans la tranche B.
  • Pour qu’un couple avec un seul enfant à charge puisse « profiter » des tarifs proposés dans la tranche C ou D, il faut que les deux parents soient au chômage et perçoivent une ARE de 900 € nets par mois.

Est-il normal dans la conjoncture actuelle que les Yerrois les plus modestes se retrouvent dans les tranches les plus élevées ?

Lorsque j’ai fait cette démonstration à Monsieur le Maire lors du dernier conseil municipal, il a paru surpris.

Lors du dernier CCVS élargi consacré à la réforme des rythmes scolaires, Nicolas Dupont-Aignan a avancé l’argument que 84% des familles yerroises ayant choisi de s’organiser le mercredi pour s’occuper de leurs enfants, si la ½ journée travaillée était le mercredi, cela bouleverserait l’emploi du temps de toute la famille.

Lorsqu’on regarde de plus près les tarifs proposés par la mairie pour les centres de loisirs et les cantines qui vont avec, on est en droit de se poser la question suivante :

« Parmi les 84% de familles qui n’inscrivent pas leurs enfants au centre de loisirs, combien ont fait ce choix parce qu’ils n’en avaient tout simplement pas les moyens ? »

Dans ces conditions, vendredi dernier, nous avons choisi de voter contre cette « révision des tarifs des services municipaux » et nous attendons que Nicolas Dupont-Aignan tienne sa promesse de campagne pour des quotients plus justes qui profitent à tous les Yerrois, mais surtout aux plus précaires.

C’est pourquoi il est urgent d’augmenter le nombre de tranches et de passer de 6 à 10 tranches au moins (tarifs extérieurs mis à part) en proposant des tarifs cohérents et accessibles à tous les Yerrois, quels que soient leurs ressources. Il n’est pas normal que les classes moyennes paient le même prix que les Yerrois les plus aisés ni que les plus modestes se retrouvent dans les tranches les plus hautes.

Elodie Jauneau

Nicolas Dupont-Aignan, un homme du passé aux valeurs dépassées

NDA Manif pour tousA l’heure où la campagne pour les Municipales bat son plein à Yerres, où tous les candidats se font connaître et partagent avec les Yerrois leurs programmes, nous venons d’apprendre que le maire sortant Nicolas Dupont-Aignan, candidat à sa propre succession, avait signé la honteuse charte de la Manif Pour Tous.

Cette signature confirme que Nicolas Dupont-Aignan est un homme du passé aux valeurs dépassées, en décalage total avec les réalités de la société d’aujourd’hui, convaincu que Yerres est en marge du reste de la France et qu’il pourra, s’il est réélu, s’engager pour:

  • Abroger la Loi Mariage et Adoption pour Tous sans rétroactivité pour préserver et restaurer la filiation père-mère-enfant et favoriser l’éducation des enfants par leurs parents,
  • Refuser la marchandisation du corps, en particulier via l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux célibataires ainsi que la GPA quelle que soit la composition du couple,
  • Inscrire dans le droit la reconnaissance pour les élus de se prévaloir de la liberté de conscience dans l’application de la Loi Mariage et Adoption pour Tous.

Car c’est ainsi stipulé dans cette charte rétrograde. Mais ce n’est pas tout. Nicolas Dupont-Aignan fait partie de celles et ceux qui véhiculent des mensonges au sujet de la prétendue « théorie du genre » puisqu’en signant cette charte, il s’engage à:

  • Préserver l’enfant de toute expérimentation basée sur les concepts de Genre, diffusés sous couvert de lutte contre les stéréotypes et pour l’égalité Homme / Femme, en particulier en maternelle, dans les crèches et dans les temps périscolaires à l’école.

En tant qu’élu de la République, cumulard de surcroît, Nicolas Dupont-Aignan devrait se méfier des idées reçues, éviter de croire tout ce qu’on raconte et se renseigner un peu mieux sur le genre, non pas comme théorie, mais comme concept pour envisager l’égalité entre les femmes et les hommes sous un autre angle que celui colporté par les pires réacs de la société.

Cette charte stipule également que celui qui la signe s’engage à:

  • utiliser tous ses pouvoirs de police administrative pour préserver la jeunesse en luttant contre le trafic et l’usage de drogue ainsi que la pornographie sous toutes ses formes.

C’est ce qui s’appelle « enfoncer une porte ouverte ». Car il n’est pas nécessaire de signer un tel torchon pour prouver sa bonne volonté envers ses concitoyens. Mais ce qui m’interpelle ici, c’est cette expression « la pornographie sous toutes ses formes ».

De quoi parle-t-on?

  • de films pour adultes?
  • d’homosexualité?
  • de la légende honteusement colportée qui voudrait qu’on apprenne à nos enfants à se masturber dès l’âge de 3 ans?

Nicolas Dupont-Aignan se rend-il compte de ce qu’il a signé?

Doit-on rappeler à Nicolas Dupont-Aignan que l’homosexualité n’est ni pornographie ni délit?
Doit-on rappeler à Nicolas Dupont-Aignan que les violences sexuelles ou la pédophilie ne sont pas de la pornographie mais des actes criminels?

Comment peut-on accepter, quand on est un élu républicain, de signer une telle charte qui mélange allègrement des faits, des légendes et des erreurs grossières indignes de la République?

Les Yerrois doivent savoir que leur maire actuel est un homme du passé aux valeurs dépassées qui a signé une charte dont les 3/4 des signataires sont des candidats de l’extrême-droite ou d’une droite conservatrice et homophobe.

Et pour conclure, il serait de bon ton que Nicolas Dupont-Aignan assume ouvertement ses positions en mentionnant dans son programme la signature de cette charte.

Exactement comme nous l’avons fait puisque nous nous engageons, nous, à signer:

  • La charte du Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne
  • La charte ANTICOR pour les municipales 2014
  • La charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale

Elodie Jauneau