SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

CAVY

CAVYVS – Jérôme Rittling réélu au Conseil communautaire

Jérôme RittlingHier soir, jeudi 18 février 2016, à l’occasion du conseil municipal au cours duquel les futurs conseillers communautaires devaient être élus, nous avions proposé à M. Dupont-Aignan de faire liste commune afin que Monsieur le Maire puisse démontrer son attachement à l’expression de l’opposition qui lui tient tant à cœur, comme il ne cesse de l’affirmer.

Étant le seul élu sortant de l’opposition du conseil communautaire, cette liste commune me semblait la plus démocratique.

Mais quelques instants avant le conseil municipal, celui-ci m’informe qu’il n’a pas pu obtenir l’accord de son groupe.

Fort heureusement, les discussions politiques ne s’arrêtent pas sur les intentions des un-e-s et des autres…

C’est pourquoi, je me suis également rapproché de Mme Ract-Madoux, élue du MoDem, qui siège également dans l’opposition.

Considérant que notre minorité se devait de mener des combats communs en privilégiant les enjeux locaux, Mme Ract-Madoux m’a assuré de son vote afin que l’opposition yerroise soit représentée au Conseil communautaire.

Je tiens à la remercier, encore une fois, de son vote.

Nous continuerons donc à nous impliquer dans l’ensemble des dossiers sur un périmètre plus large, que représente celui de la nouvelle communauté d’agglomération du Val d’Yerres- Val de Seine, et vous pouvez être assuré-e-s de ma mobilisation pleine et entière pour défendre vos intérêts.

Je vous donne donc rendez-vous le 9 mars à 20h, à l’Astral de Montgeron pour le 1er Conseil communautaire de notre nouvelle communauté d’agglomération.

A bientôt,

L’absurdité des tarifs du Cinéma Paradiso à Yerres

Cinéma Paradiso YerresLors du dernier conseil municipal, le point n°6 à l’ordre du jour portait sur la révision des tarifs du Cinéma Paradiso.

Que les tarifs augmentent, c’est regrettable certes, mais sans aucun doute nécessaire pour le bon fonctionnement du cinéma. Par ailleurs, les tarifs pratiqués par le Paradiso étant déjà préférentiels, même en augmentant, ils resteront attractifs.

En revanche, ils ne sont pas préférentiels lorsque les Val d’Yerrois achètent une carte d’abonnement de 10 places. On aurait pu imaginer que pour l’achat d’une carte de 10 places, la 11ème soit offerte ou qu’on n’en paie que 9 pour 10.

Mais non. Et voici l’argument avancé dans le rapport de présentation :

« Le délégataire souhaite maintenir le principe du coût de la carte d’abonnement du Val d’Yerres identique à la vente à l’unité, afin de garantir l’équilibre financier du cinéma mais d’inciter les extérieurs au Val d’Yerres à fréquenter également assidument ce dernier. »

Ainsi, pour les Val d’Yerrois, la place de cinéma passe de 5 € à 6 € et la carte d’abonnement de 10 places passe de 50€ à 60€.

Pour les spectateurs hors Agglomération du Val d’Yerres, la place de cinéma passe de 7,50€ à 8€ et la carte d’abonnement de 10 places passe de 60€ à 70€. Elle est donc plus avantageuse pour eux.

Dans ces conditions, quel est l’intérêt pour les Val d’Yerrois d’acheter une carte d’abonnement ?

La réponse qui nous a été fournie en conseil municipal ne manquera pas de faire sourire celles et ceux d’entre vous qui ont l’habitude de fréquenter le Paradiso.

En effet, Madame Renonciat nous a expliqué qu’en cas d’affluence, la carte d’abonnement faisait office de « coupe-file » !

Ce qui est totalement faux.

Jamais, et même en cas de forte affluence aux projections par exemple de Gravity d’Alfonso Cuarón, de Samba, d’Intouchables d’Olivier Nakache et Éric Toledano ou encore de Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne, jamais les cartes d’abonnement n’ont servi à couper les files.

Et ce pour deux raisons : la première, c’est que la carte ne donne pas accès à la salle, elle donne le droit à un ticket de cinéma après débit de la carte ; la seconde, c’est qu’il n’y a qu’une seule personne au guichet et que, pour des raisons évidentes, il lui est impossible de gérer en même temps les spectateurs abonnés des spectateurs occasionnels.

Par conséquent, l’argumentaire de la Municipalité censé nous expliquer pourquoi la carte est plus avantageuse pour habitants hors Val d’Yerres plutôt que pour les Val d’Yerrois, ne tient pas la route une seule seconde.

Enfin, en commission Finances et Affaires Générales du 13 novembre, Jérôme Rittling a expliqué que la Fédération Nationale du Cinéma Français a mis en place début 2014 un tarif de 4€ pour les jeunes de moins de 14 ans, alors que les tarifs proposés aujourd’hui au Paradiso sont de 5 € pour les moins de 12 ans. Il conviendrait donc que ces tarifs soient ajustés afin d’être conformes à la politiques tarifaire nationale.

Par ailleurs, au Cyrano de Montgeron, certains spectateurs (famille nombreuse, étudiant, personne en recherche d’emploi ou de plus de 60 ans) hors agglomération de Sénart Val de Seine peuvent bénéficier d’un tarif réduit, ce qui n’est pas le cas au Paradiso pour les spectateurs hors Val d’Yerres. Le tarif réduit est de 5,10€ et la carte d’abonnement de 10 places est à 46€, sans parler du tarif réduit pour les jeunes de moins de 12 ans (3,50€) et de moins de 14 ans (4€).

Dans ces conditions, les familles nombreuses, les étudiants, les personnes en recherche d’emploi ou de plus de 60 ans du Val d’Yerres ont plus intérêt à se rendre au Cyrano à Montgeron (tarif réduit à 5,10€) qu’au Paradiso à Yerres (6€ au 1er janvier 2015).

C’est pourquoi, Jérôme Rittling et moi-même nous sommes abstenus au moment du vote parce que nous exigeons une tarification logique et équitable basée sur des arguments solides et davantage de justice sociale.

Ci-dessous le rapport de présentation.

Elodie Jauneau

Rapport de présentation Cinéma Paradiso Yerres

La culture, le conservatoire… Et Nicolas Dupont-Aignan

Conseravtoire Val d'YerresLe point 19 à l’ordre du jour du dernier Conseil Communautaire concernait l’avenir du Conservatoire à Rayonnement Départemental (CRD) et sa nouvelle offre pédagogique sensée répondre aux inquiétudes des élèves, des parents et du personnel enseignant.

Comme à son habitude, Monsieur le Maire a rejeté la faute sur l’Etat, la baisse des subventions du Ministère de la Culture et du Conseil Général. Dans le contexte actuel, il a usé de sa sempiternelle rhétorique:

« Vous voulez qu’on maintienne les choses en l’état. D’accord. mais alors on augmente les impôts. Et je m’y refuse. »

C’est également ce même argument qu’il avance au sujet de la réforme des rythmes scolaires.

Avant la mise au vote du point 19, voici ce qu’a déclaré Alain Bétant:

Nous avons tous, autour de cette table, reçu un courrier des opposants à ce projet. Comme je partage l’essentiel de leurs arguments, je ne reviendrai pas dessus. Je voudrai dire deux ou trois choses. D’abord que ce qui arrive n’est pas très étonnant. Déjà, il y a 19 ans, vous vouliez fermer l’Ecole de Musique et de Danse, qui était alors nationale. Une mobilisation des usagers avait permis de la sauver. Suivant l’adage que « Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage », la patinoire de Yerres, quelques années plus tard, n’a malheureusement pas eu cette chance. De mon point de vue, la seule logique comptable pour gérer un service public procède d’un mauvais pilotage. Le terme même de déficit est ici inapproprié ou alors il faut l’assortir de beaucoup de précautions, ce que vous ne faites pas. C’est comme si je vous parlais, moi, s’agissant de Yerres, du déficit  des frais d’embellissement, de la vidéo-surveillance ou encore de l’inutile brigade équestre, sans même évoquer l’exposition Caillebotte ? En fait, la culture ne semble être pour vous qu’une variable d’ajustement comme une autre. A l’exception de Caillebotte bien sûr. Je le déplore. Il est à ce titre révélateur que nous n’ayons pas, à Yerres, depuis plus de 15 ans, d’adjoint à la culture mais seulement un conseiller en charge des animations culturelles. Pour moi, la culture, et notamment un outil comme le conservatoire, contribue pleinement à l’activité économique en termes d’emplois, d’attractivité et de cohésion sociale. Je dirai même qu’en période de difficultés économiques, cela devrait être la dernière chose à sacrifier. Ceci étant dit, je ne nie pas qu’il faille avoir une véritable réflexion sur le CRD. Mais plutôt que d’agir dans la précipitation et vouloir passer en force dans le sens d’un démantèlement, je regrette que vous n’ayez pas maintenu un statu quo pour la rentrée et pris le temps d’une vaste concertation avec l’ensemble des acteurs, avec le seul mot d’ordre qui vaille : « Comment, malgré les difficultés économiques actuelles, pouvons-nous maintenir le CRD dans ses missions actuelles, voire le développer ? »

Bien sûr je voterai contre votre proposition de démantèlement.

Enfin, après cette intervention, Nicolas Dupont-Aignan a, comme à son habitude, déformé les propos de l’opposition. C’est pourquoi, afin de dissiper tout malentendu, Alain Bétant a repris la parole pour indiquer que les propos de Nicolas Dupont-Aignan étaient caricaturaux car :

  1. Il n’a jamais dit que Nicolas Dupont-Aignan n’accordait aucune importance à la culture,
  2. Il n’a jamais dit qu’il ne fallait pas réfléchir à l’avenir du CRD
  3. Il n’a jamais dit non plus que la logique comptable devait être ignorée
  4. Il n’a jamais fait courir aucune rumeur sur une éventuelle fermeture du CRD

Ce qu’il a dit, c’est que, s’agissant d’un service public, la logique comptable n’était qu’un critère parmi d’autres et que cette question du conservatoire illustre une nouvelle fois la différence fondamentale entre l’opposition et la majorité qui réside dans la façon de répartir les dépenses. Nos priorités ne sont pas les mêmes.

Alain Bétant et Elodie Jauneau

Ordre du jour du Conseil Communautaire de la CAVY du 30 juin 2014

compte_rendu Retrouvez ci-dessous les documents relatifs au prochain Conseil Communautaire de la CAVY qui se tiendra lundi 30 juin 2014 à 19h à la Grange au Bois de Yerres.

Ordre du jour détaillé

Règlement intérieur du Conseil Communautaire

Convention Association AFFEVYES

Avenants contrats eau potable

Et retrouvez également tous les documents relatifs aux conseils municipaux et communautaires et à toutes les commissions en cliquant ici.

Requiem pour le conservatoire du Val d’Yerres ?

Conservatoire Val d'YerresLorsque des élus ne se positionnent pas sur des projets ou des lois, on leur reproche de ne pas s’y intéresser. Lorsqu’ils soutiennent une action militante, on les accuse de récupération politique.
Nos élus au Conseil Municipal soutiennent
la mobilisation d’Ardamuse, l’association des musiciens et danseurs des conservatoires du Val d’Yerres, et partagent leurs inquiétudes. Mais en aucun cas, leurs prises de parole ou de position ne se substitueront à celles des premiers intéressés que sont les usagers, les personnels ou les élèves du conservatoire.
C’est pourquoi ils ont tenu à publier dès aujourd’hui sur Vox de Gauche, leur tribune qui paraîtra dans le Journal des Yerrois au mois de juillet.

La voici:

Chaque année, le Conservatoire de musique et de danse du Val d’Yerres (CRD) accueille près de 1300 élèves qui suivent un enseignement artistique riche et diversifié, dispensé par 80 enseignants qualifiés.

Aujourd’hui, plusieurs menaces pèsent sur cette institution qui fait partie du paysage culturel local depuis 30 ans.

Mi-juin, date à laquelle nous devons rendre cette tribune, l’inquiétude est vive chez ses usagers.

Bien que les rumeurs de fermeture aient été démenties par la Présidence de la Communauté d’Agglomération, il y a tout lieu de s’alarmer sur les restructurations qui s’annoncent.

Le courrier qui a été adressé aux parents d’élèves du CRD le 3 juin dernier n’a rien de rassurant et il y a fort à parier que dans un futur proche il n’y ait plus de 6ème « classe à horaires aménagés musique / danse » (CHAM/CHAD).

Ce qui risque aussi d’arriver, c’est la perte du label national du conservatoire, une réduction drastique des cours et une suppression de postes dont certains sont occupés par des intermittents déjà précaires. A terme, une telle restructuration pourrait aboutir à un démantèlement donnant naissance à une sous-structure pauvre, peu dynamique et vouée à disparaître.

Que resterait-il alors aux enfants qui souhaitent recevoir un enseignement artistique de qualité ? Des structures privées hors de prix ?

Nous ne pouvons l’accepter !

Par ailleurs, et contrairement à ce que pensent les réactionnaires de tout poil pour lesquels la culture n’est qu’une variable d’ajustement, ce secteur contribue pleinement à l’activité économique en termes d’emplois, d’attractivité et de cohésion sociale. Aussi, le démantèlement du CRD serait une faute inacceptable dès lors que nous sommes en période de crise.

C’est pourquoi, nous invitons les Yerrois à signer la pétition en ligne « Halte au démantèlement du Conservatoire du Val d’Yerres » lancée par Ardamuse, l’association des musiciens et danseurs des conservatoires du Val d’Yerres.

Alain Bétant