SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

Aménagement

Yerres, ville fleurie (ce qui se cache derrière ce label)

Yerres ville fleurieLe concours des « villes fleuries » existe en France depuis 1959, et il sert à promouvoir le développement des espaces verts dans les villes. Par extension, cela revient à promouvoir aussi l’équipe municipale en place qui œuvre au fleurissement de la commune.

Autrement dit :

« Je fais du beau et du visible pour montrer que je m’occupe bien de ma ville et que je pense à votre bien-être. »

C’est l’arbre qui cache la forêt.

Ce concours est National et gratuit. Mais attention : c’est le concours qui est gratuit… pas les dépenses engagées pour « villefleuriser » la commune.

Les récompenses vont de 1 à 3 fleurs décernées par le Conseil Régional des Villes et Villages fleuris, et de 4 fleurs à 1 fleur d’or attribuées par le Conseil National des Villes et Villages Fleuris.

Il existe également un classement européen, baptisé « Entente Florale ». Mais il serait surprenant que Yerres concourt dans cette catégorie compte tenu de l’anti-européanisme affiché de Nicolas Dupont-Aignan, notre maire jardinier.

Passées ces quelques considérations d’ordre règlementaires, la question qui se pose à nous désormais, c’est :

« Quelles sont les réelles retombées économiques pour notre commune ? »

En effet, ce concours comporte plusieurs critères d’attribution :

  • Biodiversité, culture respectueuse de l’environnement.
  • Soutenabilité du fleurissement.
  • Motivation de l’’équipe municipale.
  • Démarches de mise en valeur par le végétal et le fleurissement sur l’ensemble de la commune.
  • Augmentation de la fréquentation touristique tout en améliorant continuellement cette démarche auprès de toute la population.
  • Mise en avant des moyens de gestion pour entretenir le patrimoine naturel tout en respectant la biodiversité.
  • Sans oublier toutes les autres actions d’embellissement et d’entretien de la voirie, des façades et du mobilier urbain (bancs, éclairages publics, poubelles, etc…)

Le tout en harmonisant les aménagements paysagers et la gestion sur la commune, cela va sans dire.

Comme on peut le constater, le principal et que cela soit visible au premier coup d’œil, tout en laissant tel quel les quartiers cachés, invisibles de la rue et des lieux de passage peu fréquentés.

C’est ainsi que se pratique le fleurissement de la ville de Yerres, à l’image de l’exposition de Nicolas Dupont-Aignan qui aime se montrer, se faire voir, s’exposer, prendre Yerres en exemple, tout en omettant soigneusement de dévoiler sa face cachée, celle qui se situe sous le vernis fleuri.

Mais combien coûte réellement cette mégalomanie jardinière ?

Dernièrement, Nicolas Dupont-Aignan a annoncé une augmentation de 4 % de nos impôts locaux. Est-ce pour financer ce jardinage urbain ? Toutes ces dépenses orchestrées depuis tant d’années, n’auraient-elles pas été plus utiles dans des activités socio-éducatives et / ou culturelles plutôt que dans une politique « m’as-tu-vu » ?

Que ce cache-t-il, à termes, derrière ce paysagisme ?

Autant de question que nous sommes en droit de nous poser et de poser à la majorité municipale.

Ces fleurs qui s’affichent sur nos panneaux d’entrée de ville ont été obtenues grâce à nos impôts locaux.

Payons-nous pour vivre, certes dans une jolie ville, ou pour bénéficier de vrais services de proximité, dignes de ce nom ?

Quelles sont les vraies priorités de notre maire ? Faire du beau, du tape-à-l’œil, pour une population qui vit de plus en plus difficilement à cause de la surfiscalité yerroise ? Ou penser enfin à ses concitoyens, ceux qui ont voté pour lui et tous les autres ?

Denis Montarou

Améliorer la circulation dans le centre-ville de Yerres

Yerres centre-villeLors du dernier Conseil Municipal, au moment des questions orales, nous avons interpellé Monsieur le Maire sur la circulation de plus en plus difficile dans le centre-ville.

Retrouvez ci-dessous notre intervention.

« Après l’accident dont a été victime une fillette l’an passé et la pose de coussins berlinois devant le CEC, le centre-ville a de nouveau été la scène, à la fin de l’année 2014, d’un terrible accident de voiture qui a coûté la vie à une personne, à l’angle de la rue de l’Abbé Moreau et de la rue Marc Sangnier.

Nous saluons les initiatives municipales qui ont abouti à :

  • La matérialisation du passage piéton « bandes blanches » en haut de la rue de l’Abbé Moreau
  • Le cédez-le-passage devenu Stop dans le sens place piétonne vers le CEC
  • Les feux clignotants ajoutés au sommet de chacun des panneaux

Néanmoins, nous regrettons vivement que la circulation à cet endroit soit toujours un casse-tête tant pour les automobilistes que pour les piétons.

Nous regrettons qu’il n’y ait pas eu davantage de communication autour des nouvelles modalités de circulation mises en place à ce croisement afin d’informer et sensibiliser les Yerrois.

Et nous suggérons quelques améliorations :

  • Le positionnement du « nouveau stop » est inapproprié puisque la visibilité ne permet pas d’appréhender sereinement le carrefour. On est donc toujours obligé de « mordre » un peu le stop pour s’élancer.

Aux heures de pointes, c’est encore pire, tant pour les piétons que les automobilistes.

  • Un doute subsiste quant aux clous matérialisés juste après ce nouveau stop. Nombre de piétons considèrent ces clous comme un passage piéton alors qu’il s’agit d’une marque « Zone 30 ». Nous proposons qu’à cet endroit précis, des bandes blanches soient concrètement matérialisées afin de permettre une meilleure cohabitation entre les piétons et les automobilistes. Si cette proposition est acceptée, nous suggérons également l’ajout d’un panneau triangulaire en amont afin d’annoncer ce nouveau passage piéton.
  • Concernant le sens interdit en haut de la rue de l’Abbé Moreau, en dépit du panonceau annonçant le sens interdit à 100 mètres, de nombreux usagers s’engagent dans la rue et font demi-tour sur place. Ce panneau « sens interdit » ne pourrait-il pas tout simplement être retiré dès lors qu’il y en a un autre 100 mètres plus bas et que tous les usagers peuvent manœuvrer en amont et sereinement Place du Marché ?
  • Enfin, les soirs de spectacle au CEC, il est impossible de trouver une place et le stationnement sauvage des véhicules place du Marché entrave la bonne circulation autour du terre-plein. Plusieurs riverains se sont plaints de ne pouvoir se garer pour rentrer chez eux. Envisagez-vous de proposer des solutions aux riverains et / ou aux spectateurs du CEC ? La Police a-t-elle été saisie pour verbaliser la cinquantaine de véhicules garés n’importe comment Place du Marché ? »

L’ensemble de nos suggestions a reçu un accueil favorable et il semblerait que la Majorité accepte de se pencher sur cette question afin d’améliorer encore davantage la circulation dans le centre-ville et permettre aux piétons et aux automobilistes de circuler en harmonie et sans danger.

Elodie Jauneau

Jérôme Rittling

Nos inquiétudes persistantes au sujet de la future zone commerciale du quartier de la Gare

Quartier de la Gare à YerresLors du dernier Conseil Municipal, au moment des questions orales, nous avons interpellé Monsieur le Maire sur nos inquiétudes persistantes partagées par les commerçants yerrois, au sujet de la future zone commerciale du quartier de la Gare.

Retrouvez ci-dessous notre intervention.

« Dans le cadre de la ZAC de la gare de Yerres, avec l’aménagement d’un centre commercial de plus de 3500 m², nous souhaiterions savoir quelles actions vous entendez mener pour préserver les commerces de proximité du centre-ville, mais pas uniquement. Nous souhaiterions savoir dans quelle mesure vous avez pris en considération les inquiétudes de TOUS nos commerçants de Gambetta au Rond-point Pasteur, en passant par les Rives de l’Yerres, ou encore les Godeaux.

Par ailleurs, des inquiétudes relatives à l’engorgement de la circulation aux abords de ce quartier ont été plusieurs soulevées ici en Conseil Municipal – notamment par Madame Ract-Madoux – nous souhaiterions donc savoir si des modifications ou des mesures ont été prises en amont pour répondre à cette inquiétude.

Enfin, nous avons ouï dire que sur les 7 boutiques attenantes au nouveau Leclerc, 5 d’entre elles seraient des boutiques estampillées « Leclerc ». Autrement dit, si c’est avéré, nous ne sommes plus dans une concurrence équitable. S’il s’avère que 5 boutiques appartiendront au groupe Leclerc, vous n’êtes pas sans savoir qu’en termes de prix et de qualité, de telles boutiques achèveront de mettre en difficulté nos commerces historiques. »

Il semble que la Majorité soit sourde à ces inquiétudes et, malgré les recours déposés par une grande majorité de commerçants yerrois et montgeronnais, la perspective d’une modification de ce projet en vue de protéger nos commerces de proximité n’est toujours pas à l’ordre du jour.

De nombreux Montgeronnais, commerçants, habitants, élus ou non, partagent également nos inquiétudes.

Quelle ne fut donc pas notre surprise de constater que les candidats aux élections départementales, soutenus par Nicolas Dupont-Aignan, osaient se présenter en défenseurs du petit commerce!

Tout est bon pour récupérer des électeurs, y compris les mensonges.

Elodie Jauneau

Le bruit et l’odeur du « nouveau » skate parc de Yerres

Skate parc YerresL’ancien skate parc rasé pour laisser place à un parking (ne revenons pas sur cet épisode…) a été réimplanté sous la pression des jeunes, ailleurs certes mais visiblement à la hâte et en dépit du bon sens, ça ne fait aucun doute.

Skateur mais pas vraiment habitué des parcs, je n’en suis pas pour autant papa de deux enfants qui aiment ça. Nous fréquentions déjà l’ancien équipement, c’est pourquoi je peux affirmer que le nouveau skate parc est sans comparaison possible avec l’ancien.

Tout d’abord, le nouveau skate parc est plus bruyant puisqu’en bordure de route, nocif ensuite puisque nos enfants respirent à pleins poumons les gaz d’échappement, et enfin, il présente une dangerosité puisque aucune séparation ne sécurise le parking qui le jouxte. Par ailleurs, il est plus petit que l’ancien et inadapté pour la vraie pratique de la rampe.

La municipalité se gargarise de sa bonne fréquentation mais si elle se donnait la peine de se rendre sur place, elle pourrait constater que cet espace est devenu un lieu plus vraiment dédié à la pratique de la vraie glisse urbaine. En effet, s’y côtoient les rollers, les skateurs débutants et confirmés, les trottinettes, les enfants à vélo, etc… sans parler des parents qui doivent se contenter de 2 bancs seulement.

De plus, les adolescents que j’y croise régulièrement sont déçus du lieu d’implantation puisque depuis ’ancien skate parc, ils avaient accès, en cas de fringale ou de soif, aux supérettes et aux boulangeries du centre ville. Désormais pour eux, c’est Mc Do sinon rien.

D’un point de vue économique et nutritif, c’est un choix très contestable !

Je me permets ce petit réquisitoire car il y a plusieurs semaines, j’ai rencontré un élu de la municipalité pour lui faire part de mes remarques, en particulier sur le point de la sécurité, et ceci dans une démarche constructive.

Malheureusement pendant les vacances de la Toussaint, j’ai constaté qu’aucune action concernant la séparation avec le parking n’avait été prise. Mais, pire : une des structures était en train d’être ressoudée (ça laisse songeur sur la qualité) par des opérateurs en plein milieu des enfants sans aucun périmètre de sécurité.

Pour conclure, alors que l’ensemble des équipements sportifs de Yerres porte un nom, le skate parc n’en a pas.

C’est pourquoi, j’ai dit à l’élu qu’il serait de bon ton de donner un nom à cet espace, un nom qui incarne la jeunesse et le skate board.

Stéphane Fabe

Le Journal des Yerrois pour les nuls

Journal des Yerrois pour les nulsNous allons être directs, le Journal des Yerrois n’en est pas un. Il devrait s’intituler le Journal de la mairie. Ce journal, grand par la taille mais petit par son contenu n’a qu’un seul objectif : entretenir la vision fantasmée de Yerres par l’équipe municipale en place.

Tout ceci avec une ligne éditoriale quasi inexistante, accumulant sans vergogne contre-vérités, volte-face du maire au gré des tendances, et compilations d’informations formelles sans oublier la rubrique « chats écrasés ».

Faisons un jeu :

Masquez les photos, la pub, l’état civil… etc. Que reste-t-il ?

Un contenu purement rédactionnel qui ne dépasse guère celui d’une copie double d’élève de 3ème.

Petits morceaux choisis dans le Journal du mois de Mai 2014 :

  • Edito du maire en page 3  « Priorité à la jeunesse » :

Un florilège de bonnes intentions sur le jeune Yerrois de sa naissance à son premier emploi, oubliant au passage les quotients familiaux (à moins que les enfants ne s’élèvent tout seuls), l’opération « un bébé, un arbre » tellement utile pour les jeunes, les places en crèches « objectif : plus de 300 places » alors qu’il y a déjà 286 (courage Monsieur le Maire : plus que 14 places à créer dans les 6 prochaines années), la démolition du skate parc deux jours après les élections, ce qui a valu à Nicolas Dupont-Aignan d’être chahuté par les jeunes eux-mêmes lors du 1er conseil municipal.

  • Page 4 « L’actualité des réseaux sociaux » :

Une rubrique sensée s’adresser aux jeunes qui maîtrisent le langage 2.0… Sauf que : à la lecture de l’article, on se demande depuis quand l’équipe municipale n’a pas parlé à un jeune.

  • Page 5 « Actualité Elections et  sur le vote blanc » :

Là c’est le summum : la mairie semble oublier qu’un Yerrois sur trois ne s’est même pas déplacé aux dernières élections.

  • Page 6 « Yerres s’oppose à la reforme des rythmes scolaires » :

La mairie s’oppose : ça c’est sûr, mais quid de l’absence totale de réelle concertation avec les parents ?

Petit conseil de lecture, il faut en fait lire : « Je lance une concertation avec les parents puis je décide tout seul »

Soit disant demandé par les jeunes, déplacé sur une zone soit disant moins gênante et pour finir, l’argument de la proximité d’un fast-food (il est vrai que la qualité des cantines scolaires laisse plus qu’à désirer).

C’est la cerise sur le Mc Do.

Stéphane Fabe

Engagement n°2: Nous ferons de Yerres une ville exemplaire sur le plan écologique et en matière d’aménagement du territoire

Jusqu’au 1er tour, découvrez chacun des engagements de la liste

« Yerres avant tout! »

Vous pouvez également télécharger le projet dans son intégralité en cliquant ici.

engagement 2 page 1 engagement 2 page 2engagement 2 page 3engagement 2 page 4engagement 2 page 5engagement 2 page 6

Avez-vous entendu parler du projet de la Gare ?

Mars 2013

Lors du dernier conseil municipal, les élus socialistes ont été surpris de devoir se prononcer sur une délibération désignant le titulaire du marché public pour l’aménagement du site du parking de la gare. Le projet comportera la rénovation du parking, la réalisation d’une crèche, des logements, le local de pôle emploi et enfin des locaux tertiaires dont une moyenne surface de vente et d’autres commerces.

Nous pensons que, tout comme nous, vous devez être étonnés de découvrir un tel projet sans qu’aucune concertation préalable n’ait permis aux Yerrois de donner leur point de vue sur les aménagements souhaités. Interrogée, l’équipe municipale nous a répondu qu’il y avait bien eu concertation en …2006 ! Force est de constater qu’entre temps il y a eu des élections et que depuis le début de ce mandat, aucun Yerrois n’a été consulté.

Or ce projet peut logiquement susciter bon nombre d’interrogations : quels seront les tarifs du nouveau parking, vont-ils augmenter pour les Yerrois qui se garent chaque jour pour aller prendre le RER ? Ce parking devra être partagé avec les parents fréquentant la crèche, les logements et les commerces : sera-t-il suffisamment grand pour accueillir tous ces utilisateurs ? Quelle construction, quels bâtiments pour ce projet dont nous ne savons rien ? Nous ne pouvons vous répondre puisqu’aucun document, ni esquisse ni plans n’étaient joints à la délibération. Aussi que dire de la démocratie locale quand les Yerrois sont consultés après la mise en route du projet ?

Si vous habitiez Yerres avant 2006, peut-être avez-vous encore quelques souvenirs du projet qui avait été alors présenté ? Et pour tous les citoyens qui nous ont rejoints depuis, sachez qu’il y avait alors une patinoire, endroit bien connu des jeunes Yerrois et des villes alentours et un marché dynamique. Sept ans après, un nouveau projet apparait enfin, il était temps, mais rien pour nos jeunes et la grande distribution remplace désormais le traditionnel marché…

Isabelle Sittler, Véronique Hache-Aguilar et Baptiste Danel

L’implantation d’une grande surface commerciale près de la gare est une mauvaise idée!

Mai 2013

Le projet de Nicolas Dupont-Aignan d’implanter une grande surface commerciale dans le secteur de la gare ne répond pas à la seule question qu’il aurait du se poser : « De quoi ont besoin les Yerrois aujourd’hui et de quoi auront-ils besoin demain? »

Cette implantation viendrait tout d’abord détruire l’équilibre commercial fragile qui existe aujourd’hui entre l’Intermarché, plusieurs petites surfaces et de nombreux petits commerces (ces derniers seraient les premiers à faire les frais de cette implantation). De toute façon, les Yerrois qui sont aujourd’hui à moins de 10 kms d’un Cora, d’un Auchan, d’un Leclerc et d’un Carrefour ont-ils besoin d’une grande surface commerciale supplémentaire ? Nous ne le pensons pas.

Par contre ils ont besoin de davantage de places de parking (automobiles et vélos). Actuellement, celles et ceux qui prennent le RER après 8 heures du matin sont obligés de se garer sauvagement un peu partout aux abords de la gare. Tout en augmentant les transports en commun, il faut en parallèle anticiper pour les vingt ans qui viennent et augmenter fortement le nombre de places de parking et prévoir des places pour les vélos.

Ensuite, les Yerrois ont besoin que la ville développe son attractivité économique et crée des emplois. Par la construction de bureaux mais aussi par la mise en place d’une pépinière de petites entreprises. Avec la volonté politique, ce serait très certainement possible dans ce secteur qui offre, avec le RER et la proximité du centre ville, de nombreux attraits.

Enfin, ils ont besoin de logements. La rénovation du secteur de la gare offrirait l’opportunité de créer des logements sociaux en pensant d’abord aux jeunes qui ne peuvent pas aujourd’hui s’installer à Yerres, faute de logements accessibles.

Bref, autant d’idées en cohérence avec les besoins des Yerrois et l’évolution de leur ville et non un projet inutile, démesuré et dangereux pour son équilibre.

Isabelle Sittler, Véronique Hache-Aguilar et Baptiste Danel

Quel avenir pour la quartier de la gare de Yerres?

Ce week-end, la Section PS de Yerres a tenu à informer les Yerrois des projets de Nicolas Dupont-Aignan au sujet de l’aménagement du quartier de la Gare. D’aberrations en contradictions, Nicolas Dupont-Aignan compare des situations incomparables dans le seul but de parvenir à ses fins. Et les arguments qu’il avance sont loin de répondre à nos questions et à nos inquiétudes.

Vous trouverez ci-dessous l’un des 10 000 tracts que nous avons distribués sur la commune.

Les projets de Nicolas Dupont Aignan à YerresLes projets de Nicolas Dupont Aignan à Yerres