SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/

CONTACTEZ VOS ÉLUS

Contactez Elodie Jauneau et Jérôme Rittling copie

COMMISSIONS & CONSEILS

http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/

LE CANARD’YERRES

http://canardyerres.blogspot.fr/

BLOGROLL

Alain Bétant

Comment Nicolas Dupont-Aignan contourne la loi sur le non-cumul des mandats

Depuis que M. Dupont-Aignan a été contraint par la Loi sur le non-cumul des mandats à laisser son siège de maire à son 1er adjoint M. Clodong, les Yerrois ont reçu dans leurs boites à lettres plusieurs publications émanant de la mairie : Le Journal des Yerrois, Le programme du forum des associations, Sortir à Yerres, Bouger à Yerres, le programme des Journées du Patrimoine

Alors que ces documents auraient dû être préfacés par le nouveau maire, tous ont été co-préfacés par M. Dupont-Aignan, devenu pourtant simple conseiller municipal. Cette double-signature indique clairement aux Yerrois-es que M. Dupont-Aignan a décidé, avec l’aval du nouveau maire, de contourner la Loi afin de garder une tutelle pleine et entière sur la mairie. D’ailleurs, s’il a cédé son écharpe de maire, il reste, même officieusement, seul maître à bord. Ainsi, après avoir refusé de mettre en oeuvre il y a 3 ans la réforme des rythmes scolaires au seul motif qu’il y était opposé, M. Dupont-Aignan refuse une nouvelle fois d’appliquer une Loi de la République. Pour un député, il faut le faire !

Quant aux 5 adjoints et conseillers en charge des domaines concernés par ces publications, une simple mention de leurs noms et coordonnées figure dans les documents, démontrant ainsi, s’il en était besoin, qu’à ses grandes qualités de démocrate et de républicain, M. Dupont-Aignan ajoute une humilité hors pair et un sens inné de la mise en valeur de ses « anciens » collaborateurs.

Alain Bétant

« Il ne faut pas dire toute la vérité, mais il ne faut dire que la vérité » (Jules Renard)

Voici quelques exemples d’informations relevées dans le Journal des Yerrois de Février qui nécessitent quelques précisions, voire quelques rectifications :

Page 3.

Le maire indique avoir pris l’initiative de suspendre son éditorial afin de « respecter scrupuleusement l’esprit de la règlementation en période électorale ». En réalité, rien ne l’y oblige à partir du moment où il demeure neutre et hors de toute polémique électorale. Mais sans doute a t il craint de ne pas savoir comment faire pour rester neutre ? Ou bien a t-il pensé en écrivant cela, passer pour un parangon de vertu en matière démocratique ?

Page 6.

Dans la présentation du budget 2017, la comparaison entre les budgets 2017 et 2016 est utilisée pour justifier une « maîtrise rigoureuse » du budget. En réalité, seule la comparaison entre le bilan de fonctionnement 2016 (quand nous le connaitrons) et le budget 2017 permettra de savoir si le budget 2017 est réellement rigoureux. De leur côté, les élus socialistes Elodie Jauneau et Jérôme Rittling ont déjà eu l’occasion de dire en quoi le budget 2017 ne correspondait pas à celui dont les yerrois-e-s ont besoin.

Page 18.

L’accord financier signé fin 2016 pour la gestion de notre Communauté d’Agglomération n’a pas été proposé par M. Dupont-Aignan, comme l’indique M. Clodong (1er adjoint) dans la tribune Libre mais par M. Gallier (maire de Brunoy) et M. Colas (maire de Boussy-st-Antoine). Mais bon… nous pouvons comprendre que M. Clodong cherche à flatter le maire à quelques mois du départ de celui-ci de la mairie. Il est en effet plus que probable que pour se mettre en conformité avec la loi du 14 février 2014 visant à interdire à un parlementaire d’exercer simultanément une fonction de chef ou d’adjoint d’un exécutif local, M. Dupont-Aignan soit contraint de laisser son fauteuil de maire à son 1er adjoint. Rappelons que cette loi, prise suite aux travaux de « la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique » présidée par Lionel Jospin, entrera en vigueur à partir de juillet de cette année.

Page 19.

Deux familles yerroises sont mises à l’honneur pour avoir accueilli des enfants nés avec de graves malformations cardiaques. C’est naturellement une excellente nouvelle et on ne peut que mettre à l’honneur ces familles et les féliciter pour leur générosité. Mais quand on sait que dans le même temps M. Dupont-Aignan se répand dans tous les médias pour dire qu’il ne veut accepter à Yerres aucun des réfugiés qui fuient actuellement leurs pays en guerre, on s’interroge sur la compassion à plusieurs vitesses dont il fait preuve.

Ce ne sont que quelques exemples relevés dans le dernier Journal des Yerrois qui illustrent nos différences d’appréciation avec le maire. Il y en a naturellement bien d’autres…!

Alain Bétant

Nom : Dupont-Aignan, profession : candidat !

Nicolas Dupont-AignanMaire, député, président d’une agglomération, candidat à la Présidence de la République, président de parti… M. Dupont-Aignan aurait-il le don d’ubiquité, lui qui, lors des Présidentielles de 2012, se disait « pour la limitation à 2 mandats à l’avenir » ajoutant « Personnellement, j’exerce un mandat de député-maire et cela ne me semble guère excessif dans la mesure où mes deux mandats sont scrupuleusement accomplis ».

Bon, d’accord… tout le monde peut changer d’avis. Et puis… peut-être que M. Dupont-Aignan accomplit vraiment scrupuleusement tous ses mandats, lui qui a récemment déclaré, lors de l’annonce de sa candidature à la Présidence de la République de 2017 « Je veux qu’on botte les fesses des feignants, des paresseux et des profiteurs ». Car, qu’on se le dise, M. Dupont-Aignan n’est pas fainéant ! Peut-être même que s’il le voulait, il pourrait encore prétendre à d’autres présidences (comme celle des villes les plus taxées ou les plus vidéo-surveillées de France par exemple).

Soyons sérieux ! M. Dupont-Aignan ne peut pas accomplir scrupuleusement tous ses mandats. C’est impossible. Examinons, par exemple, son activité de député. L’exerce-t-il de façon « scrupuleuse » ? Pour le vérifier il suffit de se rendre sur le site https://www.nosdeputes.fr/.

Voici, pour les 12 derniers mois, ce qu’a consigné cet observatoire citoyen de l’activité parlementaire :

Nicolas Dupont-Aignan député

Nous voyons que dans quasiment tous les domaines de l’activité parlementaire, M. Dupont-Aignan se situe dans les derniers de la classe ! Mais bon… une fois passée la déception de constater qu’il ne possède pas, comme nous l’espérions, le don d’ubiquité, on se dit que s’il est un mauvais député, c’est peut-être pour mieux se consacrer à ses autres mandats ?

Et bien non.

Même pas.

En fait, la seule activité qu’il exerce vraiment, c’est celle de candidat, candidat partout, à tout, tout le temps.

Ainsi il peut faire ce qu’il sait le mieux faire, à savoir parader dans les médias où, monté sur ses ergots soi-disant gaullistes (pas sûr que le Général aurait accepté cette paternité), il aime à donner des leçons à celles et à ceux qui ne sont pas d’accord avec lui ou à leur reprocher de ne pas mettre leurs actes en conformité avec leurs paroles (ce qui, comme nous venons de le voir, n’est pas son genre).

Candidat est incontestablement le métier que M. Dupont-Aignan sait le mieux faire. Aussi, le plus grand service à lui rendre (et à nous rendre, par-dessus le marché) est d’arrêter de l’élire afin qu’il puisse se consacrer à temps plein à cette activité de candidat qu’il aime par-dessus tout.

Alain Bétant

Yerres, tour opérateur pour Yerrois aisés

Yerres voyagesComme tous les Yerrois de plus de 55 ans, je reçois chaque année, en février, un courrier de M. Dupont-Aignan qui débute par ces mots :

« De nouveau, cette année, pour répondre aux souhaits des Yerrois de plus de 55 ans, j’ai demandé à deux agences de vous présenter des voyages et ai le plaisir de vous proposer les destinations suivantes « .

D’abord je m’étonne. Je ne me souviens pas avoir sollicité M. Dupont-Aignan pour me proposer des voyages. Je sais faire tout seul. Et puis, je doute que d’autres Yerrois de plus de 55 ans manifestent ce souhait chaque année. Mais bon… je poursuis.

Deux voyages sont proposés, chacun d’entre eux pour 40 participants.

« La Crête, une semaine pour 1 360 € » et « Le Portugal, une semaine pour 1 395 € « .

Je continue de m’étonner car les prix proposés n’ont rien de compétitif. Ils sont même assez chers. D’autant plus que ces voyages ont lieu hors saison, en septembre et en octobre. Mais peut-être est-ce plus cher car cela permet aux Yerrois aisés qui répondront favorablement à cette proposition, de rester entre eux ? En tout cas, ce courrier pose plusieurs questions.

La ville a-t-elle vocation à se substituer aux agences de voyages alors même que les prix proposés n’ont rien d’intéressant ? Quelle est sa valeur ajoutée sinon à faire du « buzz » en donnant l’impression qu’elle s’occupe des personnes âgées ? Quelles ressources au sein du service des Relations Publiques de la mairie sont mobilisées pour accompagner cette prestation, répondre à d’éventuelles questions de Yerrois, faire le lien avec les agences de voyages ?

Franchement…  la ville n’a rien d’autre à faire de plus utile ?

En fait, la seule raison pertinente qui pourrait expliquer cette démarche serait que M. Dupont-Aignan projette d’abandonner ses mandats pour monter une agence de voyages. Si c’est cela, je suis naturellement prêt à l’aider dans sa reconversion. Quitte à m’inscrire aux voyages proposés.

Alain Bétant

Nicolas Dupont-Aignan, François Durovray : tel père, tel fils !

dupont CD91On savait que M. Dupont-Aignan avait un culot d’acier, mais en écrivant cela, c’est du grand art ! En effet, qu’a fait son ancien bras droit M. Durovray si ce n’est suivre son exemple ? Et encore… M. Durovray, en arrivant à la tête de l’exécutif départemental, a plutôt joué « petit bras » en n’augmentant les impôts « que » de 29 % alors que M. Dupont-Aignan les avaient augmentés de plus de 40 % en arrivant à la mairie de Yerres. Plutôt que de critiquer M. Durovray par simple posture politicienne et démagogie électoraliste, M. Dupont-Aignan aurait dû être fier de voir son ancien élève suivre scrupuleusement son exemple, à savoir :

1) Augmenter fortement les impôts quand on arrive à la tête d’une collectivité en misant sur le fait que les contribuables auront oublié à la fin du mandat.

C’est ce qui s’est passé à Yerres alors que l’augmentation de plus de 40 % appliquée par M. Dupont-Aignan sur la taxe d’habitation se répète mécaniquement chaque année depuis 20 ans et a projeté les Yerrois parmi les plus imposés de France.

2) Invoquer la mauvaise gestion de ses prédécesseurs pour justifier cette augmentation.

En l’occurrence, M. Guedj, ancien président socialiste du Conseil Départemental, a aussitôt mis à mal toutes les accusations qui ont été portées contre lui et les budgets courageux qu’il a mis en œuvre durant sa présidence (courageux car intégrant toujours, malgré la conjoncture budgétaire difficile, une forte dimension sociale sans augmentation d’impôts). Rappelons-nous… il s’était passé la même chose à Yerres quand M. Dupont-Aignan avait accusé M. Lucas, son prédécesseur socialiste, d’être le responsable de l’augmentation de la taxe d’habitation, laissant croire que celui-ci était à l’origine des problèmes budgétaires de la ville, ce qui était complètement faux (et puis… il y aurait eu à l’époque d’autres solutions, plus favorables aux Yerrois, que celle d’augmenter les impôts comme l’a fait M. Dupont-Aignan).

3) Assortir ces hausses d’impôts d’une diminution des budgets de la culture, du social et de la jeunesse, les trois variables d’ajustement classiques de la droite.

En effet, pour la droite, diminuer les budgets des actions qui se voient peu permet d’augmenter ceux des actions qui se voient beaucoup : embellissement, caméras de surveillance, personnes âgées (qui, contrairement aux jeunes, votent), … Pour la droite, le paraître a toujours été plus important que l’être. Là encore il s’est passé la même chose à Yerres qui dispose aujourd’hui de budgets « peaux de chagrin », ridicules au regard d’une ville de 30 000 habitants, notamment en matière de culture, de social et de jeunesse.

4) Appliquer cette politique aux collectivités « amies ».

Ainsi, Montgeron, ville dont M. Durovray était maire avant d’être élu à la présidence du Conseil Départemental et de céder son fauteuil à sa 1ère adjointe, ne s’est pas contentée d’augmenter les impôts. La nouvelle maire LR a aussi réalisé des coupes importantes dans les domaines du scolaire, de la jeunesse et des dotations des services. Ben voyons !

Décidément… Celles et ceux qui, de bonne foi, pensent que la droite et la gauche c’est pareil, devraient consulter au plus vite leur ophtalmologiste. En attendant, avec M. Dupont-Aignan à la mairie et M. Durovray au Département, ce sera double peine pour les Yerrois jusqu’au jour où ils comprendront que le slogan « la douceur de vivre » donné à notre ville par M. Dupont-Aignan ne s’applique qu’à lui-même et à ses amis et que pour les autres, les chômeurs, les précaires et les jeunes, il s’agit plutôt de « la difficulté de vivre ».

Alain Bétant

Avec vous, pour une Île-de-France humaine et inscrite dans le XXIème siècle, votons Claude Bartolone.

Affiche Barto gauche rassembléeDimanche dernier, au soir du 1er tour, le Front National a atteint un niveau particulièrement inquiétant qui doit toutes et tous nous interpeller. Il en va de même pour l’abstention. C’est pourquoi, bien que les causes de cette défiance soient profondes et qu’elles doivent être combattues sans relâche, nous vous appelons dimanche prochain à faire barrage à l’extrême-droite dans notre Région.

Nous ne pouvons pas non plus nous résoudre à laisser les clefs de la Région à Valérie Pécresse, candidate de Nicolas Sarkozy, celui-là même qui a tant abîmé la France lorsqu’il était au pouvoir.

Nous ne pouvons nous résoudre à confier le Conseil Régional à une candidate qui affiche sur ses listes des militant-e-s de la Manif Pour Tous qui luttent sans vergogne contre les droits des femmes, contre l’IVG, contre l’égalité entre les femmes et les hommes au nom de valeurs d’un autre temps.

Nous ne pouvons accepter que Valérie Pécresse dirige notre Région sur la base d’un programme truffé de promesses anticonstitutionnelles et qui ne relèvent pas des compétences de la Région.

Voter pour Valérie Pécresse, c’est voter pour le conservatisme et pour un programme inapplicable basé sur les mensonges, des contre-vérités, quand ce n’est pas de la diffamation contre les candidats de gauche… Mais jamais aucune attaque contre le candidat du Front National dont elle nourrit l’espoir que ses électeurs reportent leur voix sur ses propres listes.

Voter pour Walleyrand de Saint-Just, c’est confier notre Région – la 1ère région de France – à un parti réactionnaire, xénophobe, islamophobe, qui prône la préférence nationale et qui n’a aucun programme régional mais seulement les ambitions de servir des valeurs et des idées qui n’ont rien de républicaines.

C’est pourquoi, nous appelons de toutes nos forces à faire barrage à l’extrême-droite et à la droite dure en votant pour Claude Bartolone, candidat de la gauche et des écologistes rassemblés avec Emmanuelle Cosse et Pierre Laurent.

Dimanche prochain, aucune voix ne doit manquer.

Avec vous, pour une Île-de-France humaine et inscrite dans le XXIème siècle, votons Claude Bartolone.

Flyer 4 pages

Elodie Jauneau, Alain Bétant, Stéphane Fabe, Jérôme Rittling, Denis Montarou

Cérémonie du 11 novembre à Yerres

Comme chaque année, nous étions présent-e-s avec l’ensemble du conseil municipal pour rendre hommage aux mort-e-s pour la France, aux Yerrois et Yerroises touché-e-s par la Première Guerre mondiale et à leurs familles.

Nous étions très nombreux-ses réuni-e-s au pied du Monument aux Morts. Et nous tenons à remercier et à féliciter les portes-drapeaux, les associations d’anciens combattants qui entretiennent cette mémoire collective, la fanfare de Crosne, le conseil municipal des jeunes ainsi que les enfants de l’école des Camaldules, toujours fidèles au rendez-vous, qui ont entonné la Marseillaise et qui ont donné lecture des Yerrois-es mort-e-s pour la France.

Un beau moment de cohésion municipale et républicaine.

11 novembre à Yerres

A Yerres, la culture se limite à celle des fleurs

Culture YerresHier, je suis allé, en famille, voir un spectacle pour enfants à Valenton (13 000 habitants à 5 kms de Yerres). En arrivant à l’entrée du centre culturel, alors que je sortais mon portefeuille, une personne me dit à l’accueil :

« C’est gratuit ici, Monsieur. A Valenton, de très nombreux spectacles sont gratuits, ainsi d’ailleurs que bon nombre d’activités culturelles ».

De retour chez moi je suis allé sur le site de Valenton et ai pu lire ceci, en exergue aux nombreux évènements culturels organisés par la ville :

« La politique culturelle de la Ville vise à faciliter l’accès du plus grand nombre à l’offre culturelle, elle participe à la conservation de la mémoire collective, favorise les actions d’éducation et de sensibilisation à toutes les disciplines artistiques ».

Bref, Valenton a une véritable politique culturelle, une vision, une stratégie, des objectifs qui mettent en œuvre le plus grand nombre de disciplines culturelles possibles, pour tous les Valentonnais.

Que pouvons-nous lire sur le site de Yerres (30 000 habitants) ?

« À chaque nouvelle saison culturelle son lot de nouveautés, d’émotions… La culture se développe autour de deux axes : le spectacle vivant et les expositions ».

Traduisez : la culture se développe autour de spectacles chers, achetés sur catalogue, sans aucune création, destinés quasiment exclusivement aux adultes et notamment au 3ème âge et aux 2 expositions annuelles organisées à Caillebotte.

Comme politique culturelle, il y a mieux !

Il faut dire que la Culture a toujours été le cadet des soucis de M. Dupont-Aignan. La meilleure preuve en est que sur l’organigramme des élus il faut aller à la 14ème place pour trouver une conseillère municipale « déléguée à la Culture ». Cette bizarrerie date de l’époque, il y a une bonne dizaine d’années, où l’adjoint à la Culture de M. Dupont-Aignan avait démissionné quand il avait compris que sans moyen et sous la censure permanente de son chef, il lui était impossible de mettre en œuvre une politique culturelle digne de ce nom. Cela n’a pas changé. Aujourd’hui, à Valenton, ville de gauche dirigée par le PC, l’élue en charge de la Culture est la 4ème adjointe.

Mais bon.. à Yerres, contrairement à Valenton, la flotte automobile est une compétence d’un adjoint et non d’un conseiller. A chacun ses priorités !

Alain Bétant

Sa Suffisance, Nicolas Dupont-Aignan 1er, a encore frappé !

Nicolas Dupont-AignanNous avons pris l’habitude d’entendre M. Dupont-Aignan tenir des propos aussi arrogants que méprisants à l’égard de ses concurrents, à seule fin de se positionner comme un être d’exception, seul capable, après le Général de Gaulle, de sauver la France. Sur le mode de « Tout le monde est nul, sauf moi », il ne se passe plus une semaine sans l’entendre dans les médias nous abreuver de sa suffisance. Avec l’interview qu’il a donné le 25 septembre à Sud Radio, il a franchi un degré supplémentaire dans la démagogie et le mensonge en indiquant que durant la campagne des Régionales :

« je serai le seul maire de terrain candidat. Les autres n’ont pas les pieds dans la boue comme moi dans ma ville de banlieue… Sinon, on aura toujours les mêmes assemblées hors-sol avec des gens qui ne connaissent pas la vie ».

Voilà ce qu’il vient d’assurer, avec son aplomb et sa morgue habituels.

Comment ça ? Claude Bartolone, son concurrent socialiste à la présidence de la région Ile-de-France serait hors sol ? Quelqu’un qui a été successivement (donc, en respectant toujours le non-cumul des mandats) conseiller municipal, maire-adjoint, maire, député, ministre, président d’un Conseil Général, Président de l’Assemblée nationale… Cette personne serait « hors sol » ? On croit rêver !

Qui est M. Dupont-Aignan pour parler de ses concurrents en ces termes ? Et… cerise sur le gâteau, M. Dupont-Aignan traite également dans cet interview ses opposants « d’incapables et de menteurs » ? Lui qui n’a été capable, en 20 ans de mandat municipal, que de multiplier, sous un faux prétexte, les impôts de 50 %, de réduire les prestations sociales et culturelles et de planter toujours plus de fleurs entre des caméras de surveillance inutiles et les sabots d’une brigade équestre aussi inappropriée que dispendieuse, parfaitement illustratrice de sa politique démagogique, inefficace et tape-à-l’œil.

Alain Bétant

Accueil des réfugiés : Nicolas Dupont-Aignan ignore le sens du mot « solidarité »

Yerres irréductibleUne nouvelle fois et, hélas sans surprise il faut bien l’avouer, Nicolas Dupont-Aignan s’illustre avec des propos inacceptables dans les colonnes du Parisien du 7 septembre 2015.

Alors que la France entière (droite et gauche confondues) fait bloc pour venir en aide à ces populations en souffrance qui fuient leurs pays en guerre, Monsieur le Maire fait savoir haut et fort que Yerres refusera d’accueillir ces réfugiés.

Faisant encore et toujours des amalgames dans une tambouille médiatique dont il est accoutumé, il flirte une nouvelle fois avec les idéaux nauséabonds du Front National.

Mais à la lecture de ses déclarations, quelques questions et mises au point s’imposent :

  • Pourquoi qualifier de « concours d’hypocrisie » un mouvement qui, dans de très nombreux pays, consiste à accueillir, à aider, à sauver des vies ? Où est l’hypocrisie ?
  • Quels sont les « efforts sociaux gigantesques » faits à Yerres dont il parle ? Ne sont-ce pas plutôt des efforts qui restent à faire, dans notre ville qui accuse un retard « gigantesque » en termes de logements sociaux, et dont les plus démunis et les plus précaires n’ont jamais été une priorité depuis qu’il est maire ?
  • De quelle « immense manipulation médiatique » parle-t-il ? En Allemagne, par exemple, les citoyens sont allés au-devant des réfugiés pour les accueillir spontanément, sans mot d’ordre de qui que ce soit, médias ou responsables politiques.
  • Sur quelle réalité se fonde-t-il pour affirmer que la France est « le pays le généreux du monde »?
  • Où a-t-il compté plus de 47 nationalités dans notre ville ? Peut-il en dresser la liste ? Dispose-t-il d’un fichier qui lui permette d’affirmer cela ?
  • Que compte-t-il faire vis-à-vis des Yerrois-es qui accueilleront – malgré tout – des réfugiés ?

Aurait-il eu les mêmes propos si les sondages indiquaient que les Français souhaitaient que tout soit fait pour accueillir le maximum de réfugiés ?

« Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur »

A défaut d’avoir réellement lu les Mémoires de de Gaulle, notre maire a sans doute trop lu de bandes dessinées étant plus jeune…

Stéphane Fabe

Alain Bétant