SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX!
https://www.facebook.com/psyerres/
https://twitter.com/PSYerres
https://www.instagram.com/psyerres/
CONTACTEZ VOS ÉLUS
COMMISSIONS & CONSEILS
http://voxdegauche.fr/commissions-conseils-municipaux-et-communautaires-ordres-du-jour-et-comptes-rendus/
LE CANARD’YERRES
http://canardyerres.blogspot.fr/
BLOGROLL

Revenir à la semaine d’école de 4 jours, c’est ignorer l’intérêt de l’enfant

Dès sa prise de fonction, le nouveau ministre de l’Education Nationale a indiqué vouloir laisser les communes revenir à la semaine de 4 jours si elles l’estimaient nécessaire au motif qu’il ne fallait pas avoir peur de la liberté. Mais peut-on parler de liberté quand celle-ci défait le cadre national en accroissant les inégalités ? A Yerres, les parents ont voté massivement pour revenir à la semaine de 4 jours mais est-ce vraiment l’intérêt des enfants ? En fait, l’unique raison de ce retour en arrière porte sur la fatigue des enfants qui serait engendrée par la semaine de 4,5 jours. Mais la fatigue des enfants ne serait-elle pas plutôt due au fait que de trop nombreux parents laissent leurs enfants se coucher trop tard ? C’est en tout cas qu’a révélé une enquête réalisée en début d’année à l’initiative de plusieurs écoles de notre ville. Certains enfants se couchent même à 23 heures pour se lever à 6 heures alors que l’on sait que parmi les enfants qui dorment 8 heures par nuit, 61 % présentent un retard scolaire et que ce pourcentage baisse à 13 % chez les enfants qui dorment plus de 10 heures par nuit.

Alors que toutes les enquêtes internationales reprochent au système éducatif français sa profonde inégalité, les 5 matinées par semaine contribuaient à corriger les injustices en offrant :

  • un temps d’apprentissage plus important pour les enfants qui ont des difficultés,
  • la possibilité pour des enfants défavorisés d’accéder à des activités extra-scolaires,
  • un séquencement mieux adapté au rythme chrono-biologique des enfants,
  • une égalité de traitement entre les enfants dont les 2 parents travaillent et qui doivent se réveiller tôt les mercredis et ceux dont un seul parent travaille et qui peuvent dormir plus longtemps…

Comme l’a indiqué un sénateur « Les Républicains », membre d’un groupe de travail sur le sujet, « revenir à la semaine de 4 jours serait un mauvais signe, car on ferait prévaloir le monde des adultes sur celui des enfants ». Et bien c’est ce qui va se passer à Yerres où l’intérêt des enfants sera une fois de plus relégué derrière celui de la municipalité qui voit dans ce retour en arrière l’occasion de faire des économies, derrière celui des associations qui vont pouvoir élargir leurs durées d’activités et derrière celui des enseignants qui vont gagner une demi-journée de présence par semaine.

Malgré tout, ce retour à la semaine de 4 jours sera effectif dès la rentrée prochaine. Aussi, que peuvent faire et proposer les parents ?

D’abord, rappelons que le raccourcissement des journées de cours devait être accompagné de la création d’activités périscolaires à la charge des communes et partiellement financées par l’Etat. A Yerres, après avoir cadenassé les portes des écoles il y 3 ans afin de protester contre une Loi qu’il était pourtant chargé d’appliquer (imagine-t-on les parents non-favorables au retour à la semaine de 4 jours empêcher les enfants d’entrer dans les écoles le jour de la rentrée ?) M. Dupont-Aignan avait décidé de ne proposer quasiment aucune activité, ce qui ne l’avait pas empêché de se plaindre dans tous les médias que l’application de cette Loi coûtait très cher à la ville. Nous invitons donc les parents d’élèves à réclamer que toute ou partie de la somme que la mairie n’aura plus à verser soit utilisée pour les écoles plutôt que pour l’embellissement de la ville, Caillebotte ou la vidéo-surveillance, les 3 priorités du maire pour lesquelles l’argent ne manque jamais. La mairie pourrait, par exemple, augmenter le nombre de copies octroyées par élève plutôt que de toujours solliciter les parents pour faire des photocopies. Ce n’est qu’un exemple, il y en a d’autres et il revient aux fédérations de parents d’élèves de faire des propositions à la municipalité même si, malheureusement, elles doivent être sans illusion sur l’écoute de M. Dupont-Aignan et sa capacité à prendre en compte d’autres avis que les siens.

Alain Bétant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *