Rester unis dans la douleur et le deuil national

Marianne qui pleure rougeAprès la tragédie d’hier soir à Paris. Denis Montarou a souhaité s’exprimer. Nous partageons ici son émotion.

Pourquoi cette sensation de déjà vu, de déjà vécu ?

Pourquoi ce sentiment d’impuissance devant tant d’incompréhension ? Pourquoi ces larmes de colère et de peine refoulées au plus profond de mon âme ?

Je ne comprends pas cette haine, cette violence. Je ne comprends pas ces vies volées ces familles brisées. Mon cœur est empli de douleur et de peine pour toutes ces victimes de la barbarie imbécile et aveugle.

Dans cette dure et nouvelle épreuve, nous nous devons d’oublier nos identités politiques. Nous nous devons de ne faire qu’un, qu’une plutôt : République. Nous devons nous unir dans l’union en mémoire des victimes du 13 novembre mais aussi de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher. Ne rien oublier. Mais ne pas haïr, ne pas faire d’amalgame trop facile en rejetant la faute sur Pierre, Marie, Mohammed, Fatima, David, ou Sarah. Ce n’est pas parce qu’une fraction de pseudo croyants s’est muée en terroristes que toutes et tous sont leurs semblables.

Aujourd’hui, et plus encore demain, nous devons être solidaires, montrer que nous sommes vivants pour que les victimes des ces attaques aveugles et terroristes ne nous aient pas quittés pour rien.

Unissons-nous dans la douleur, la paix et la prière dans le respect des croyances et principes de chacun.

Denis Montarou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *