Le débat d’orientations budgétaires n’en est en fait pas un

Budget YerresLors du dernier Conseil municipal, le débat d’orientations budgétaires (DOB) était à l’ordre du jour. Retrouvez ci-dessous le texte de mon intervention.

Cliquez ici pour télécharger le débat d’orientations budgétaires.

Monsieur le Maire,

Mesdames et messieurs les conseillers municipaux et conseillères municipales,

Cher-e-s collègues

Quelques remarques préalables à la lecture de ce DOB.

  1. Nous devons examiner ce DOB et en débattre comme son nom l’indique mais nous avons déjà reçu les convocations pour les prochaines commissions en vue du Conseil municipal du 12 décembre dans lesquelles figure, entre autres, le budget primitif. Par conséquent, il ne s’agit pas de débattre ce soir, mais de prendre acte puisque le budget primitif a déjà été établi et sera délibéré le 12 décembre.
  2. Je m’étonne que nos DOB n’abordent jamais le contexte international qui peut avoir des incidences sur notre budget municipal comme, par exemple, le prix du pétrole qui peut avoir une incidence sur le budget de notre flotte municipale (on sait que ce prix avait baissé l’an dernier) ou encore les projets européens de programmation politique telles que les politiques de relance européenne.
  3. Ces 7 pages, comme chaque année, ne proposent aucune politique publique ou ambition nouvelle. Il s’agit surtout d’un bilan comptable qui ne laisse apparaître aucune nouveauté budgétaire pour aucune politique publique précise (exception faite du paragraphe sur la sécurité page 4). Par exemple, quelles orientations budgétaires pour la culture, la vie associative, éducative, la lutte contre l’isolement des personnes âgées… etc? Ce ne sont que quelques exemples. Le paragraphe sur la révision de la grille des quotients familiaux relève de l’hyper symbolique dès qu’il est fait mention de 400 familles seulement sur presque 30 000 Yerrois qui bénéficient de cette révision alors qu’une telle mesure est sensée répondre à urgence sociale.

Permettez-moi maintenant de poursuivre mon propos en expliquant pourquoi nous n’approuvons pas ce DOB.

Certain-e-s Yerroi-e-s nous ont fait part de leur surprise lorsque nous votons systématiquement CONTRE les décisions budgétaires alors que nous votons majoritairement POUR la plupart des délibérations qui nous sont soumises en CM.

Les délibérations proposées durant l’année portent presque toutes sur des actions et des tâches à réaliser. Que celles-ci portent sur l’entretien de la voirie et des espaces publics, l’éclairage des rues, la rénovation des bâtiments scolaires ou ceux du patrimoine communal, il n’existe pas une manière de gauche et une manière de droite de les réaliser.

A contrario, les budgets reflètent des différences d’appréciation politique sur les actions qu’il convient de financer ou non.

Ceci étant dit, nous constatons, depuis quelques années, qu’au plan national, les marqueurs idéologiques entre la droite et la gauche ont tendance à s’estomper dans la gestion des communes.

Le bon sens prévaut donc de plus en plus sur l’idéologie et le sectarisme et c’est naturellement une bonne chose. De nombreuses villes de droite comme de gauche n’hésitent plus, par exemple, à disposer d’une régie municipale pour l’eau et la restauration, à développer des cantines bio, à construire davantage de logements sociaux, à entreprendre des actions innovantes pour préserver l’environnement, à renforcer leur politique de sécurité et rééquilibrer les dépenses d’investissement au détriment de celles de fonctionnement.

A Yerres, la fiscalité reste une pierre d’achoppement importante et tant que celle-ci ne sera pas levée, il ne nous sera pas possible d’envisager une convergence d’idées et d’actions avec la majorité.

Depuis une dizaine d’années, nous pensons en effet que les équilibres budgétaires sont suffisamment stables dans notre ville pour pouvoir desserrer un peu l’étau fiscal qui étrangle les familles yerroises et leur redonner ainsi du pouvoir d’achat tout en maintenant des services publics nombreux et efficaces.

A l’heure où nous avons reçu nos avis d’imposition locaux – et je ne reviendrai pas sur l’augmentation injuste de 30% de la part départementale sur la taxe d’habitation – je tiens à porter à votre connaissance la stupéfaction dont certain-e-s Yerrois-e-s m’ont fait part – et parfois de nouveaux Yerrois-e-s qui découvrent pour la 1ère fois le montant de la taxe d’habitation, extrêmement élevé ici à Yerres. Et particulièrement l’une d’entre eux qui vit seule dans un 46 m² et dont la taxe d’habitation s’élève à plus de la moitié de son salaire mensuel.

Pour résumer, si nous ne sommes pas d’accord avec la municipalité sur certaines dépenses que nous estimons pour les unes trop faibles et pour les autres trop fortes, l’essentiel de notre opposition continuera de porter sur la justice fiscale, notion qui semble bien étrangère aux préoccupations de la majorité. Et ce, même si l’ordre du jour du prochain conseil municipal affiche une stabilisation des taux d’imposition.

Mais toujours pas de baisse.

Je vous remercie.

Elodie Jauneau

Une réponse à Le débat d’orientations budgétaires n’en est en fait pas un

  • C. Desplanques dit :

    Bonjour,

    je confirme que le montant de la taxe d’habitation est très difficile à supporter pour les petits revenus. A titre personnel, suite à une séparation, le montant de mon foyer se trouve divisé par 2 cette année. Or ma taxe d’habitation, que je paie désormais seule, n’a pas quasiment pas changé (l’augmentation étant à peine compensée par l’abattement dont je bénéficie). Il représente presque la moitié de mon revenu mensuel moyen, comme dans l’exemple que vous citez.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *