PS Yerres

Démission de mon mandat de Conseillère municipale: merci à tous-tes celles et ceux qui m’ont accompagnée pendant ces 3 années

Chers Yerrois, Chères Yerroises,

J’ai décidé de mettre un terme à mon mandat de conseillère municipale. Cette démission sera effective courant novembre.

J’aurais préféré faire cette déclaration lors du prochain Conseil municipal, mais je n’en connais pas la date à l’heure où je dois rendre cette tribune au Service Communication (14 octobre 2017).

Pour des raisons personnelles, parmi lesquelles la pression fiscale, je vais prochainement quitter la ville de Yerres. Considérant qu’un-e élu-e se doit de vivre dans la ville où il-elle exerce son mandat et, dans un souci d’honnêteté vis-à-vis de celles et ceux qui nous ont accordé leur confiance en 2014, je ne peux envisager de rester Conseillère municipale à Yerres alors que je n’y réside plus.

Pendant ces trois années, mon mandat a toujours été animé par la défense des plus modestes, la lutte contre les inégalités, la justice fiscale, la solidarité, l’accès aux loisirs et à la culture pour tous en dépit d’une majorité municipale qui n’a jamais fait une priorité de ces questions, pourtant essentielles au « vivre ensemble ».

Ce mandat a été source de belles rencontres, tant politiques que personnelles. Je profite donc de cette tribune pour remercier une nouvelle fois les Yerrois-es qui ont accordé leurs suffrages à notre liste « Yerres avant tout » en 2014. Et je passe le témoin à mon amie Fabienne Gabbanelli qui a toute ma confiance pour exercer son mandat avec ferveur, comme je l’ai fait.

Je resterai une militante politique passionnée, pour davantage d’égalité, pour plus de justice sociale, et pour que notre territoire, notre communauté d’agglomération et nos villes soient toujours plus accessibles et solidaires.

Et je suis sûre que nous aurons l’occasion de nous croiser à nouveau dans le Val d’Yerres – Val de Seine.

Elodie Jauneau

Nicolas Dupont-Aignan, Olivier Clodong et Linky

Résultat de recherche d'images pour "compteur linky"M. Clodong (maire officiel de Yerres qui est en fait n°2 de la mairie) et M. Dupont-Aignan (maire officieux de Yerres qui est en fait n°1 de la mairie) ont envoyé le 2 octobre un courrier aux Yerrois pour indiquer leur opposition au déploiement des compteurs Linky. Sans refaire le débat et entrer dans le détail des arguments favorables et défavorables à ce déploiement, les Yerrois avertis ont pu noter dans ce courrier plusieurs mensonges. Sur 17 lignes, c’est pas mal !

– Tout d’abord, la délibération du 11 avril 2016 qui interdit le déploiement de ces compteurs sur le territoire de Yerres n’a pas été votée à l’unanimité comme ils l’écrivent puisque les élus de l’opposition se sont abstenus, estimant à l’époque n’avoir pas assez d’informations pour se faire une idée précise. Par ailleurs, si M. Dupont-Aignan et Clodong (M. Clodong-Aignan ?) ont naturellement le droit d’exprimer leur opposition au déploiement de ces compteurs, ils ne peuvent l’empêcher et donc l’interdire, contrairement à ce qu’ils écrivent. Cette délibération du 11 avril 2016, telle qu’elle est formulée, n’a donc aucune valeur et leur courrier du 2 octobre est parfaitement inutile, si ce n’est coûter de l’argent aux Yerrois qui aurait été plus utile ailleurs.

– Ensuite, M. Clodong-Aignan justifie son opposition aux compteurs Linky en invoquant le principe de précaution, du fait d’effets de ces compteurs qui, dit-il, sont encore incertains. Ce n’est pas vrai ! Les mesures réalisées par des organismes indépendants donnent une émission à 20 cm du compteur de 1 Volt par mètre soit la moitié d’une box WIFI et 60 fois moins qu’une plaque à induction. Rappelons par ailleurs que M. Dupont-Aignan (l’ancien maire qui est toujours maire) a déployé des antennes WIMAX sur les toits de certains immeubles, dans les écoles et les crèches de la ville, alors que ces antennes ont besoin pour émettre de puissances supérieures, de l’ordre de 30 volts par mètre. M. Dupont-Clodong aurait dont été mieux inspiré à utiliser d’autres arguments pour convaincre les Yerrois de la non-pertinence des compteurs Linky que celui d’une éventuelle dangerosité de leurs ondes. Mais ont-ils d’autres arguments ? Nous pouvons en douter.

En fait, M. Dupont-Aignan n’avait qu’un seul objectif en faisant voter en avril une délibération et en envoyant en octobre un courrier aux yerrois, courrier rempli de mensonges. Une fois de plus, il voulait faire le buzz, faire du bruit, se faire de la pub en apparaissant dans les médias comme le chevalier blanc protecteur de ses administrés, ce qu’il n’est pas. Cette attitude déplorable se fait, une fois de plus, sur le dos de la vérité et des Yerrois.
Espérons au moins que si la ville écope d’une amende du fait du refus de M. Dupont-Clodong de généraliser le compteur Linky, celle-ci ne soit pas répercutée sur les impôts locaux des Yerrois (qui restent d’une année sur l’autre totalement extravagants malgré les argumentaires en trompe-l’oeil lus dans le dernier Journal des Yerrois).

Alain Bétant

Communiqué de presse – Expulsion de journalistes par la police municipale lors du Forum des Associations à Yerres: Nicolas Dupont-Aignan fait à nouveau honte à notre ville

Communiqué de presse des socialistes et écologistes yerrois-es.

Télécharger le communiqué de presse (PDF)

C’est encore un bien triste spectacle que Nicolas Dupont-Aignan, Député de la 8ème circonscription de l’Essonne, ancien Maire de Yerres, censé n’être plus que Conseiller municipal, nous a offert ce matin à l’occasion du Forum des Associations de notre ville.

Alors que des journalistes étaient présents pour un reportage de terrain, c’est par la force que Nicolas Dupont-Aignan a exigé leur expulsion de l’Île Panchout.

Arguant qu’il s’agissait d’une « fête familiale pendant laquelle on ne fait pas de politique », Nicolas Dupont-Aignan a sommé son ancien Directeur de Cabinet de faire appel à la police municipale pour escorter les journalistes hors des lieux.

Pour autant, le Forum des Associations de Yerres à une particularité: il accueille tous les partis politiques présents dans notre commune. Et Nicolas Dupont-Aignan n’est pas en reste puisque Debout la France a son propre stand, de même que son association politique « Agir au Quotidien »!

Qu’importe l’absurdité de l’argument, c’est donc contraints et forcés qu’un journaliste, une camerawomen et un perchiste ont quitté les lieux sous la stupéfaction générale des bénévoles associatifs.

Ces méthodes ne sont pas sans rappeler celles, quasi systématiques du Front National, nouvel allié de Nicolas Dupont-Aignan depuis l’élection présidentielle de mai dernier.

Elles ne sont ni plus ni moins que des méthodes parfaitement autoritaires aux dérives fascisantes.

C’est pourquoi, nous interpellerons notre nouveau Maire, Olivier Clodong, afin de comprendre les raisons pour lesquelles la presse ne semble plus avoir droit de cité à Yerres et nous exigerons également des explications sur l’utilisation de la Police municipale comme d’une milice qui, pourtant, ne doit recevoir ses consignes que du Maire et non pas d’un Député-Conseiller municipal, aussi omnipotent et omniprésent soit-il.

Elodie Jauneau et Jérôme Rittling, Conseillers municipaux

Fabienne Gabbanelli, Responsable locale pour EELV

Comment Nicolas Dupont-Aignan contourne la loi sur le non-cumul des mandats

Depuis que M. Dupont-Aignan a été contraint par la Loi sur le non-cumul des mandats à laisser son siège de maire à son 1er adjoint M. Clodong, les Yerrois ont reçu dans leurs boites à lettres plusieurs publications émanant de la mairie : Le Journal des Yerrois, Le programme du forum des associations, Sortir à Yerres, Bouger à Yerres, le programme des Journées du Patrimoine

Alors que ces documents auraient dû être préfacés par le nouveau maire, tous ont été co-préfacés par M. Dupont-Aignan, devenu pourtant simple conseiller municipal. Cette double-signature indique clairement aux Yerrois-es que M. Dupont-Aignan a décidé, avec l’aval du nouveau maire, de contourner la Loi afin de garder une tutelle pleine et entière sur la mairie. D’ailleurs, s’il a cédé son écharpe de maire, il reste, même officieusement, seul maître à bord. Ainsi, après avoir refusé de mettre en oeuvre il y a 3 ans la réforme des rythmes scolaires au seul motif qu’il y était opposé, M. Dupont-Aignan refuse une nouvelle fois d’appliquer une Loi de la République. Pour un député, il faut le faire !

Quant aux 5 adjoints et conseillers en charge des domaines concernés par ces publications, une simple mention de leurs noms et coordonnées figure dans les documents, démontrant ainsi, s’il en était besoin, qu’à ses grandes qualités de démocrate et de républicain, M. Dupont-Aignan ajoute une humilité hors pair et un sens inné de la mise en valeur de ses « anciens » collaborateurs.

Alain Bétant

Lettre ouverte à Messieurs Nicolas Dupont-Aignan et Olivier Clodong

Monsieur Nicolas DUPONT-AIGNAN et Monsieur Olivier CLODONG

Hôtel de Ville, Rue Charles de Gaulle

91330 Yerres

Elodie Jauneau et Jérôme Rittling

Conseillers municipaux

Yerres, le 20 juillet 2017

Messieurs,

Convoqués le 17 juillet dernier – soit 6 jours avant seulement – pour un Conseil municipal « extraordinaire », dimanche prochain, 23 juillet 2017 à 10h15, nous sommes au regret de vous informer que nous ne pourrons être présents.

Convoquer un Conseil municipal un dimanche matin en plein cœur de l’été relève sinon d’un mépris total des disponibilités des uns et des autres, au moins d’un déni de démocratie qui ne vous honore ni l’un ni l’autre.

Que Monsieur Dupont-Aignan attende le dernier moment de la légalité pour démissionner de son mandat de maire a, comme nous l’avons souligné lors du Conseil municipal du 29 juin dernier, de fait, entraîné une précipitation estivale pour l’élection de son successeur désigné, Monsieur Clodong.

Cette façon de faire est non seulement méprisante pour les Yerrois-es mais également irrespectueuse pour les élu-e-s que nous sommes.

Pour autant, si nos emplois du temps respectifs nous l’avaient permis, nous aurions bien évidemment, en dépit de ces conditions bien méprisantes, été présents.

Par ailleurs, malgré l’opposition et la dissidence de Monsieur Clodong, ouvertement et médiatiquement affichées au mois de mai dernier après que Monsieur Dupont-Aignan a appelé à voter Marine Le Pen au 2nd tour de l’élection présidentielle, nous avons pris acte que les arrangements étaient plus forts que les convictions.

Nous avons pris acte que cette agitation personnelle de Monsieur Clodong n’était qu’un buzz et que la ville de Yerres serait désormais dirigée par deux maires, deux « copilotes » (dixit Nicolas Dupont-Aignan dans la presse et les médias).

Enfin, parce que nous sommes attachés à la démocratie locale et que nous ne saurions être pénalisés par cet agenda qui ne satisfait que vous, nous vous prions de bien vouloir prendre en considération que nous souhaitons conserver nos sièges dans les commissions suivantes :

Elodie Jauneau

  • Commission des Affaires sociales, scolaires et petite enfance
  • Commission Sports, Loisirs, Jeunesse, Culture et Vie associative
  • Conseil d’administration du Centre Communal d’Action Sociale

Jérôme Rittling

  • Commission Finances et Affaires générales
  • Commission Sécurité, Démocratie locale, Transports, Circulation et Stationnement
  • Commission d’appel d’offres
  • Commission d’ouverture des plis en matière de délégation de service public

Vous remerciant par avance pour votre réponse,

Bien cordialement,

Elodie Jauneau et Jérôme Rittling

Conseillers municipaux pour le groupe socialiste

Revenir à la semaine d’école de 4 jours, c’est ignorer l’intérêt de l’enfant

Dès sa prise de fonction, le nouveau ministre de l’Education Nationale a indiqué vouloir laisser les communes revenir à la semaine de 4 jours si elles l’estimaient nécessaire au motif qu’il ne fallait pas avoir peur de la liberté. Mais peut-on parler de liberté quand celle-ci défait le cadre national en accroissant les inégalités ? A Yerres, les parents ont voté massivement pour revenir à la semaine de 4 jours mais est-ce vraiment l’intérêt des enfants ? En fait, l’unique raison de ce retour en arrière porte sur la fatigue des enfants qui serait engendrée par la semaine de 4,5 jours. Mais la fatigue des enfants ne serait-elle pas plutôt due au fait que de trop nombreux parents laissent leurs enfants se coucher trop tard ? C’est en tout cas qu’a révélé une enquête réalisée en début d’année à l’initiative de plusieurs écoles de notre ville. Certains enfants se couchent même à 23 heures pour se lever à 6 heures alors que l’on sait que parmi les enfants qui dorment 8 heures par nuit, 61 % présentent un retard scolaire et que ce pourcentage baisse à 13 % chez les enfants qui dorment plus de 10 heures par nuit.

Alors que toutes les enquêtes internationales reprochent au système éducatif français sa profonde inégalité, les 5 matinées par semaine contribuaient à corriger les injustices en offrant :

  • un temps d’apprentissage plus important pour les enfants qui ont des difficultés,
  • la possibilité pour des enfants défavorisés d’accéder à des activités extra-scolaires,
  • un séquencement mieux adapté au rythme chrono-biologique des enfants,
  • une égalité de traitement entre les enfants dont les 2 parents travaillent et qui doivent se réveiller tôt les mercredis et ceux dont un seul parent travaille et qui peuvent dormir plus longtemps…

Comme l’a indiqué un sénateur « Les Républicains », membre d’un groupe de travail sur le sujet, « revenir à la semaine de 4 jours serait un mauvais signe, car on ferait prévaloir le monde des adultes sur celui des enfants ». Et bien c’est ce qui va se passer à Yerres où l’intérêt des enfants sera une fois de plus relégué derrière celui de la municipalité qui voit dans ce retour en arrière l’occasion de faire des économies, derrière celui des associations qui vont pouvoir élargir leurs durées d’activités et derrière celui des enseignants qui vont gagner une demi-journée de présence par semaine.

Malgré tout, ce retour à la semaine de 4 jours sera effectif dès la rentrée prochaine. Aussi, que peuvent faire et proposer les parents ?

D’abord, rappelons que le raccourcissement des journées de cours devait être accompagné de la création d’activités périscolaires à la charge des communes et partiellement financées par l’Etat. A Yerres, après avoir cadenassé les portes des écoles il y 3 ans afin de protester contre une Loi qu’il était pourtant chargé d’appliquer (imagine-t-on les parents non-favorables au retour à la semaine de 4 jours empêcher les enfants d’entrer dans les écoles le jour de la rentrée ?) M. Dupont-Aignan avait décidé de ne proposer quasiment aucune activité, ce qui ne l’avait pas empêché de se plaindre dans tous les médias que l’application de cette Loi coûtait très cher à la ville. Nous invitons donc les parents d’élèves à réclamer que toute ou partie de la somme que la mairie n’aura plus à verser soit utilisée pour les écoles plutôt que pour l’embellissement de la ville, Caillebotte ou la vidéo-surveillance, les 3 priorités du maire pour lesquelles l’argent ne manque jamais. La mairie pourrait, par exemple, augmenter le nombre de copies octroyées par élève plutôt que de toujours solliciter les parents pour faire des photocopies. Ce n’est qu’un exemple, il y en a d’autres et il revient aux fédérations de parents d’élèves de faire des propositions à la municipalité même si, malheureusement, elles doivent être sans illusion sur l’écoute de M. Dupont-Aignan et sa capacité à prendre en compte d’autres avis que les siens.

Alain Bétant

Lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan

Monsieur Dupont-Aignan,

Nous souhaitons réagir à un courrier que vous avez envoyé aux Yerrois dans lequel vous tentez de justifier votre ralliement avec le Front National conclu entre les deux tours de l’élection présidentielle.

Nous passerons rapidement sur vos critiques de « diabolisation » (de votre décision) et de « manipulation » (pour imposer M. Macron à la tête de l’Etat) si ce n’est pour constater que vous n’avez pas perdu de temps pour emprunter le langage victimaire, totalement infondé, de vos nouveaux amis politiques.

Vous vous demandez si nous vivons encore en démocratie et vous vous étonnez que des non-Yerrois participent aux manifestations qui ont lieu devant votre mairie. Etrange paradoxe puisque le droit de manifester est l’un des principes fondateurs de la démocratie et étrange oubli puisque, nous vous le rappelons, vous n’êtes pas seulement le maire d’Yerres mais aussi le président d’une agglomération de 9 villes (dont les 8 autres maires ont réclamé votre démission) et le député d’une circonscription de 5 villes.

Vous vous réaffirmez gaulliste et humaniste, sans réaliser l’incompatibilité de ces valeurs avec celles du Front National, un parti dont le projet s’articule autour de l’hostilité envers l’étranger qui serait coupable de tous les maux dont souffrent les Français et du dogme de la préférence nationale, pourtant un danger mortel pour nos valeurs républicaines. Aussi, comment ne pas comprendre cette question posée devant votre mairie par l’un des manifestants « imagine-t-on de Gaulle se soumettre à Pétain ? ».

Comment pouvez-vous ignorer que, si la vitrine de vos nouveaux alliés s’est quelque peu adoucie en reléguant au deuxième plan la figure tutélaire de Jean-Marie Le Pen, l’arrière boutique reste pleine des mêmes idées nauséabondes portées par les mêmes pétainistes, racistes, xénophobes, négationnistes et intégristes en habits démocratiques ? Comment avez-vous pu vous entendre avec ces gens-là dont certains disaient encore récemment que Vichy n’était pas responsable du Vel d’Hiv. et que le gaz Zyklon B n’avait pas pu être utilisé dans les chambres à gaz ?

Comment vous étonner de la colère ressentie par les Yerrois, mais aussi par leurs voisins de l’agglomération et de la circonscription, qui ont sorti Mme Le Pen au 1er tour de la Présidentielle avec 2 fois moins de suffrages que la moyenne nationale et qui l’ont vue revenir en votre compagnie pour concourir au 2ème tour ? Comment ne pas comprendre la honte qu’ils ressentent de voir leur ville désormais montrée du doigt comme une ville d’extrême-droite?

                  Les socialistes et écologistes yerrois

Ralliement de Nicolas Dupont-Aignan au FN: la lettre d’un Yerrois en colère

lettreMonsieur le maire,

Par voie de presse, j’apprends que vous aller écrire aux Yerrois.

En premier lieu, sachez que ma boite aux lettres n’est pas une poubelle.

Je n’ai que faire de vos justifications, je sais depuis longtemps que vous et le FN, c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Mais maintenant ça a le mérite d’être clair.

Vos comptes de campagnes sont déjà suffisamment dans le rouge, évitez-vous des frais de postage.

Mais peut-être comptez-vous sur l’argent public de la municipalité ou de l’intercommunalité pour financer ce courrier?

Cela dit, je suis sans doute mauvaise langue. Peut-être que les frais de postage de ce courrier vont être pris en charge par le parti de Madame Le Pen.

Mais si vous prévoyez effectivement d’envoyer une lettre, ne l’envoyez pas uniquement aux Yerrois. N’oubliez pas de l’adresser également aux habitants des communes dont vous êtes le Député et de celles dont vous êtes le Président de la Communauté d’Agglo. Et ça fait beaucoup de monde.

De plus, si vous prévoyez effectivement d’envoyer une lettre, celle-ci se doit avant tout d’être une lettre d’excuses.

Un Yerrois en colère.

ps: si ce courrier devait arriver par voie électronique, je me ferais un plaisir de le classer dans les mails « indésirables », terme français qui vous va si bien, beaucoup plus parlant que SPAM.

Communiqué de presse – Nicolas Dupont-Aignan: le masque tombe!

Ce vendredi 28 avril, au journal de 20h de France 2, M. Dupont-Aignan, interviewé par Laurent Delahousse, a déclaré rallier Marine Le Pen pour le second tour des présidentielles.

M. Dupont-Aignan est maire de Yerres dans l’Essonne depuis 1995. Depuis 22 ans, nous ne cessons de dénoncer ses idées proches de celles de l’extrême-droite qu’il a traduites dans sa politique locale par une hausse vertigineuse de la fiscalité, un manque criant de mixité sociale et un appauvrissement général des services publics au bénéfice d’un embellissement très contestable en période de crise, d’une vidéo-protection surdimensionnée et d’un clientélisme exacerbé.

Nous tous, élus et militants socialistes et écologistes Yerrois, pointons du doigt depuis des années le durcissement de son discours à l’égard des étrangers, du repli sur soi, du retour au nationalisme et au protectionnisme. En réalité, son ralliement au Front National à l’aube du second tour des Présidentielles ne nous étonne pas. Il conforte notre honte d’avoir un maire qui à force de flirter avec les idées les plus réactionnaires et les plus nauséabondes a fini par s’écarter définitivement des valeurs d’humanité qui devraient guider les pensées et les actes des responsables politiques républicains, qu’ils soient de gauche, du centre ou de droite.

Lui qui se revendique en fils spirituel du Général de Gaulle… Imagine-t-on le général de Gaulle donner les pleins pouvoirs au maréchal Pétain ?

Elodie Jauneau, conseillère municipale
Jérôme Rittling, conseiller municipal et communautaire et secrétaire de section PS de Yerres
Fabienne Gabbanelli, représentante EELV à Yerres
L’ensemble des militants socialistes et écologistes de Yerres

Tribunes

Ces articles proviennent des tribunes de l’opposition publiées chaque mois dans le Journal des Yerrois.

Avril 2017Inquiétudes autour de la restauration scolaire et du respect de la planète

Mars 2017 – 2017, grande année électorale

Janvier 2017 – Rendez-vous les 22 et 29 janvier 2017 pour les Primaires citoyennes

Novembre 2016 – Un maire qui nous fait honte

Octobre 2016 – Une rentrée au goût bien amer

Juin 2016 – A quand une politique culturelle accessible à tous-tes ?

Mai 2016 – La municipalité doit baisser les impôts et revoir les quotients familiaux !

Avril 2016 – Budget 2016 : aucune surprise, aucun souffle nouveau

Mars 2016 – Elections départementales : des lendemains qui déchantent

Février 2016 – Yerres, une ville devenue belle mais triste

Janvier 2016 – Logements ou espaces verts ?

Tribunes 2013-2015